L’université de Rennes 2 offre 9000 kits de protections périodiques à ses étudiantes… On applaudit et on espère que d’autres universités françaises suivront l’exemple.

Alors que Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes semble toujours réfléchir à la gratuité des protections périodiques pour les femmes les plus démunies, l’université de Rennes a décidé d’agir en interne en offrant plus de 9000 kits de tampons et serviettes jetables aux étudiantes de l’université de Rennes 2.

Les protections périodiques sont évidemment indispensables pour chaque femme mais le sujet reste tabou en France et de nombreuses femmes n’ont pas les moyens financiers de se protéger chaque mois. On estime à 20 000 € dans la vie d’une femme, le coût des protections périodiques… Il y a bien sûr des alternatives (coupes menstruelles, culottes de règles) mais ces dispositifs ne font pas encore l’unanimité !


A lire également : Marguerite et Cie, une box de tampons menstruelle 100% coton biologique à 9€/mois


L’opération rennaise baptisée « Changeons les règles » semblent ravir les étudiantes qui bénéficient de ces dons. Pour aller plus loin dans la démarche, des distributeurs seront installés prochainement dans les toilettes des filles pour faciliter encore un peu plus l’accès en fonction du besoin de chacune.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Deux étudiantes ont inventé une ceinture pour soulager les règles douloureuses

Vidéo : Des protections hygiéniques gratuites en Écosse (BRUT)

Ce projet dont le coût est estimé à 42000€ pour l’année est pris en charge par l’université. Les étudiantes sont effectivement une cible à privilégier quant à ce problème du coût des protections hygiéniques. En effet, on sait qu’il est parfois difficile de boucler un budget quand on est étudiants et qui plus est quand on est une femme !

L'article continue apres l'annonce

Et oui l’inégalité avec l’homme est bien réelle puisqu’ils n’ont pas besoin de ces protections ! Un coup de pouce de l’université de Rennes qu’il faut saluer, tout en espérant que de nombreuses autres universités françaises leur emboîteront le pas. Quant à Marlène Schiappa, dès qu’elle aura terminé sa réflexion sur le sujet, promis, on vous fera signe !

Photo de couverture de Lukas Majercik / Shutterstock