À 45 ans, il construit (presque seul) une superbe maison en A de 220m²

Les maisons en A plaisent et offrent une alternative écologique et économique aux constructions traditionnelles. Dans le Périgord, Antony se lance dans "le chantier du bonheur".

Nous vous avons très souvent parlé d’Élizabeth Faure dans nos colonnes. Cette femme est la pionnière des maisons en A en autoconstruction en France. En juin 2012, architecte à la retraite, elle se lance dans la construction de sa maison en A avec seulement 35 000 €. Elle commence par faire visiter sa maison au fil de la construction, puis distille ses conseils sur une chaine YouTube dédiée : la maison en A. Devenue l’inspiratrice et la conseillère de nombreux projets d’autoconstruction, c’est aussi Élizabeth qui a inspiré et aidé Antony Debarre, un habitant du Périgord de 45 ans à s’y lancer. Après un reportage sur la maison en A d’Élizabeth et une séparation personnelle, Antony décide de commencer son chantier. Voici son histoire, et celle de sa superbe maison en A.

D’où lui est venue cette idée ?

En 2021, Antony vient de se séparer. Il vit seul et doit se loger, de préférence, en devenant propriétaire. Avant de se lancer dans la construction d’une maison en A, il recherche des biens à retaper et à rénover. Aucun coup de cœur à l’horizon ! Il se penche alors sur les maisons en kits et découvre le concept de la maison en A. Antony doute de la fiabilité de ces maisons et épluche des tonnes de documentation. Curieux, il connaît l’existence de la maison en A d’Élizabeth Faure, qui vit à 30 km de chez lui et tombe sous le charme. Il dépose un permis de construire, l’obtient rapidement et facilement, car « le maire est ouvert au projet », nous l’explique Nicolas que nous avons contacté. En septembre de la même année, les premiers coups de pelleteuse donnent le coup d’envoi de son projet. La tâche promet d’être longue, son terrain se résume à un simple champ !

La magnifique maison en A d'Antony.
La magnifique maison en A d’Antony. Crédit photo : Antony Debarre

La construction de sa maison en A débute…

À la fin du mois d’octobre 2021, il se fait livrer 16 m³ de bois, venus d’un exploitant de Brive qui, à cette époque, n’est pas encore touché par la forte augmentation. Il choisit un bois « écoresponsable », et cette « écoresponsabilité » sera le fil conducteur de son chantier. J’ai envie de revenir aux fondamentaux, être autonome, avec du photovoltaïque, un puits, la récupération des eaux de pluie, des animaux… Je veux un mode de consommation sain, confie-t-il dans une interview accordée au journal Sud-Ouest.

Antony exerce une activité professionnelle, pilote de drone, et n’a donc que son temps libre à consacrer à sa construction. Au départ, aidé de quelques amis et de proches, il décide de poursuivre le chantier tout seul et à son rythme. Avec beaucoup de volonté, des heures passées sur Internet à chercher des conseils, des tutoriels et des techniques, il avance peu à peu sur son chantier, mais « je ne suis pas pressé par le temps » nous explique Anthony.

L'intérieur de la maison en A
L’intérieur de la maison en A. Crédit photo : Antony Debarre

Le bilan, un an plus tard ?

En attendant que sa maison puisse l’accueillir, Antony vit encore chez des proches, juste à côté du chantier, mais pense pouvoir habiter sa maison au début de cet été. La maison en A avance et l’on aperçoit déjà la structure, la terrasse, la baie vitrée, etc. Il espère pouvoir l’habiter rapidement et quand il fait le bilan de son aventure, il se dit probablement qu’il a réalisé de belles économies.

Le rez-de-chaussé de la maison en A.
Le rez-de-chaussé de la maison en A. Crédit photo : Antony Debarre

Antony va dépenser environ 150 000 € pour une surface au sol de 220 m², soit 680 € / m², un prix inférieur de moitié au prix du m² dans la zone géographique. « C’est une bonne solution. Si quelque chose ne me va pas, je peux le refaire moi-même. Et, puis là, ma maison a déjà des souvenirs, un vécu, une âme… Ce n’est pas un bloc de béton sans charme. C’est le chantier du bonheur », conclut Antony.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page