Innovation

Berge Olympus, le premier vraquier mondial alimenté à l’énergie éolienne

La société Berge Bulk, spécialisée dans le transport maritime de vrac sec, vient de présenter son navire équipé de quatre éoliennes « WindWing » et d’un générateur d’arbre. Il s’agirait du cargo à voile le plus puissant du monde.

L’Organisation maritime internationale (OMI) vise à atteindre la neutralité carbone du secteur du transport maritime mondial d’ici 2050. Dans ce sens, les navires devraient être soumis régulièrement à des points de contrôle strict pour vérifier leur taux d’émission de gaz à effet de serre (GES). Leur rejet de GES devrait, d’ailleurs, être réduit de 20 à 30 % d’ici 2030 et de 70 à 80 % d’ici 2040. Afin de se conformer à ces objectifs climatiques et énergétiques, la compagnie Berge Bulk passe progressivement à l’énergie propre et renouvelable. Elle vient notamment de dévoiler son cargo à voile alimenté à l’énergie éolienne. Ce vraquier accueille quatre modules d’éolienne BARTech WindWing développés par l’entreprise Yara Marine Technologies. Cette initiative marque l’engagement de ce spécialiste du vrac sec en faveur du progrès technologique et de la durabilité de la planète. Dans cette rubrique, nous vous convions à découvrir ce bateau de transport de marchandises écologique.

Des voyages en mer sans impact carbone

Quatre éoliennes à axe vertical sont installées à bord du vraquier Berge Olympus, de classe Newcastlemax. Chaque module possède une envergure aérodynamique de 37,5 m de haut et de 20 m de large. Selon Berge Bulk sur son site internet, ce navire pourrait réaliser des économies de carburant de 6 t par jour sur un trajet mondial moyen. Par conséquent, il pourrait réduire d’environ 19,5 t par jour ses émissions de carbone. D’ailleurs, cette entreprise prévoit d’étendre ce projet de rénovation à plusieurs autres navires de sa flotte naviguant sur des mers où les conditions de vent sont favorables.

Les éoliennes de ce navire pourraient réduire de 19.5 tonnes d'émission de carbone par jour.
Les éoliennes de ce navire pourraient réduire de 19.5 t d’émission de carbone par jour. Crédit photo : Yara Marine Technologies (capture d’écran vidéo YouTube)

Il est bon de préciser que cette société de transport maritime de vrac sec travaille, depuis 2008, à limiter l’impact environnemental de sa flotte. Selon James Marshall, son directeur général, une baisse importante de 46 % des émissions de carbone par tonne-mille a été atteinte entre 2008 et 2023. Ce qui signifie que cette compagnie a déjà dépassé l’objectif climatique fixé par l’OMI pour 2030 (30 %). Et elle compte renforcer son engagement afin de passer plus rapidement vers des carburants et énergies propres. Elle a collaboré avec l’architecte naval BAR Technologies et l’entreprise Yara Marine Technologies pour développer ce système de propulsion éolienne.

Un cargo à voile très puissant

L’adoption de la technologie éolienne ne constitue aucunement un obstacle pour améliorer l’efficacité du navire Berge Olympus. En plus des modules WindWing, l’entreprise a également installé un système de générateur d’arbre à bord de ce vraquier. Ce générateur de 1 MW est entraîné par le moteur principal afin de fournir de l’électricité au navire. Cela contribue à réduire davantage la consommation de carburant et les émissions de CO₂. Grâce à cette technologie, il n’est plus nécessaire de faire fonctionner les moteurs auxiliaires durant les périples en mer.

Une flotte de navires neutre en carbone d’ici 2025

Cette compagnie maritime aspire à réaliser son objectif de neutralité carbone dès 2025, tout en augmentant l’efficacité de ses navires. Pour y parvenir, elle a élaboré un plan de décarbonation comprenant quatre grands objectifs :

  • l’efficacité de sa flotte existante ;
  • le recours aux dernières technologiques maritimes ;
  • le pilotage de nouveaux carburants sans carbone ;
  • l’investissement dans le captage du carbone.

Selon cette entreprise, la réalisation du projet WindWing est le fruit de plusieurs années de recherche effectuée par son partenaire BAR Technologies. Celle-ci démontre qu’il est possible pour les propriétaires de navires de passer rapidement à l’énergie verte et de limiter l’impact climatique de leur flotte. Plus d’informations : Bergebulk.com.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
bergebulk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page