Innovation

Low Tech : cette « boulangerie solaire » alimente exclusivement ses fours avec l’énergie du soleil

En Seine-Maritime, la première boulangerie solaire inventée par Arnaud Crétot cuit 100 kg de pain gratuitement chaque jour.

Manger du pain frais, cuit par un artisan boulanger, est un privilège que de nombreux Français s’octroient quotidiennement. Le pain de vos artisans provient d’un four électrique ou à bois, et c’est ainsi dans toutes les boulangeries de France. En revanche, si vous passez par la commune de Montville en Seine-Maritime, vous pourriez bien déguster une baguette artisanale, cuite grâce au Soleil. L’inventeur de cette première boulangerie solaire française s’appelle Arnaud Crétot et produit son pain, « dans son jardin », grâce à un four solaire. Loin de lui les factures d’électricité exorbitantes, il ne possède aucun four électrique et cuit tous ses produits grâce à l’énergie solaire. Découverte.

Pourquoi l’idée de cette boulangerie solaire ?

Pour comprendre l’impact des fours électriques professionnels, comme ceux des boulangers, il faut savoir que chacun de ces fours consomme en moyenne 74 300 kWh par an. Avec l’augmentation des coûts de l’électricité, il est aisé de comprendre combien la facture d’énergie de ces professionnels peut augmenter de manière phénoménale. Arnaud découvre la cuisson solaire lors d’un voyage avec des amis de son école d’ingénieur. Lors de ce voyage axé sur les projets énergétiques innovants, il rencontre Eerik Wissenz, fondateur de Solarfire.io. La mission de l’entreprise étant de « résoudre la pauvreté énergétique dans les pays du Sud avec la technologie solaire Lytefire et de donner aux gens des formations pour créer des emplois durables ». Ensemble, ils décident de développer un four solaire destiné à des boulangeries solaires au Kenya, en Tanzanie ou en Ouganda. Arnaud décide ensuite d’installer ce four, en Normandie.

Un four solaire, une solution à la crise énergétique.
Un four solaire, une solution à la crise énergétique. Crédit photo : NeoLoco / Arnaud Crétot (capture d’écran YouTube)

Comment fonctionne cette cuisson solaire ?

La cuisson solaire est un mode de cuisson simple qui nécessite peu de matériel : un four, des miroirs et quelques briques réfractaires pour conserver la chaleur. Les rayons du soleil viennent alors taper dans les miroirs dirigés vers le four. Sur le même principe qu’une loupe pour embraser un peu de paille, le four montre à 250 °C en une heure environ. « Il faut juste concentrer le soleil, plus on fait ça sur une grande surface, plus on a de puissance» expliquait Arnaud Crétot, dans une interview accordée au magazine Reporterre en 2021. Le four de la boulangerie de Montville compte cinquante-sept miroirs, répartis sur une surface de onze mètres carrés. Grâce à ce géant four solaire, Arnaud peut produire approximativement 40 kg de pain à l’époque.

Pour parvenir à ce résultat, il doit seulement déplacer le four toutes les 10 min pour conserver une chaleur optimale à l’intérieur. Tous les boulangers surveillent le pain fréquemment pendant la cuisson, donc pour Arnaud, cela ne change rien. Les jours de grand soleil, il peut cuire jusqu’à 110 kg de pain chaque jour ! Heureusement, le temps parfois maussade de Normandie ne semble pas être frein à son invention. Il affirme pouvoir cuire son pain, même par −4° C… Certes, c’est un peu moins rapide, mais tout à fait réalisable. La cuisson du pain nécessite trois heures de soleil par jour et en cas de nuage, l’inertie thermique du four poursuit la cuisson du pain.

Des miroirs pour alimenter les fours à pain.
Des miroirs pour alimenter les fours à pain. Crédit photo : NeoLoco / Arnaud Crétot (capture d’écran YouTube)

Qui est l’inventeur, Arnaud Crétot ?

L’inventeur de la boulangerie solaire est ingénieur en thermique énergétique, et fondateur de l’entreprise NeoLoco, en 2018, qui emploie aujourd’hui trois salariés. Une entreprise dont la première activité est la boulangerie torréfaction solaire artisanale en Normandie. Cette boulangerie innovante est une source d’inspiration pour la société qui cherche des solutions aux défis actuels liés à la transition énergétique. « Ainsi, à travers son expérience d’artisan solaire, il démontre qu’un autre modèle économique, énergétique et social, basé sur l’utilisation des énergies renouvelables intermittentes, sur la relocalisation des ressources et sur le low tech, est possible », comme expliqué dans le communiqué de presse fourni par Terre Vivante. Depuis le 14 mars dernier, la boulangerie solaire d’Arnaud fait désormais l’objet d’un livre, édité par Terre Vivante, qui relate son histoire. C’est une illustration parfaite d’une petite entreprise qui axe son fonctionnement sur les énergies renouvelables, notamment sur le Soleil pour le cas de cette boulangerie.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Reporterre.net

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page