Innovation

Cette serre passive, solaire et sans chauffage permet de cultiver des tomates toute l’année, au Canada !

Alors qu'il était arrivé au Canada pour travailler dans une grande entreprise pétrolière, il s'est reconverti par hasard en maraîcher 100% autonome, et produit des légumes toute l'année !

Dong Jianyi est un habitant de l’Alberta (Canada), né en Chine. A son arrivée au Canada en 2014, l’expatrié chinois vient pour travailler dans une grande société pétrolière et gazeuse. Diplômé de géologie, il ne se doutait pas qu’un milieu très éloigné du sien le ferait devenir chef d’entreprise… Alors qu’il ne connaît pas grand-chose au milieu de l’agriculture, l’homme se souvient n’avoir pas trouvé sa place dans son milieu professionnel, que rien ne lui appartenait et que son avenir n’était pas le plus sûr qui soit. Il a donc décidé de cultiver des légumes ! Dong Jianyi cultive aujourd’hui des tomates, poivrons ou courgettes totalement biologiques et sans aucune utilisation d’énergie fossile; le comble pour un ex-employé de l’industrie pétrolière ! À FRESHPAL FARMS à Olds, en Alberta, Dong et sa famille cultivent et expérimentent la plantation des variétés rares dans un milieu un peu particulier : des serres solaires totalement passives. Explications.

Une culture 12 mois par an

Dans sa ferme originale, il peut cultiver chaque jour de l’année des légumes qui ne seraient pas vraiment adaptés au climat rude du Canada… Dans des serres passives alimentées à 100% par l’énergie solaire, il peut se targuer de cultiver des tomates juteuses et sucrées toute l’année ! Contrairement aux serres conventionnelles, les siennes ne dépendent d’aucune énergie fossile, mais uniquement du soleil. La technologie solaire passive permet de piéger et de stocker l’énergie solaire, qui est ensuite libérée lentement pour réchauffer la serre. Quelques années seulement après son arrivée au Canada, il s’est donc reconverti en maraîcher 100% bio !

Dong Jianyi et sa femme, Ting Wang, ont investi dans un terrain situé près d'Olds, en Alberta.
Dong Jianyi et sa femme, Ting Wang, ont investi dans un terrain situé près d’Olds, en Alberta. Crédit photo : Dong Jianyi

Les serres solaires, une rareté au Canada

Alors que dans son pays d’origine, la Chine, les serres solaires sont déjà très utilisées, elles n’existaient pas, au Canada, à l’échelle commerciale. En 2017, il investit donc, avec son épouse, dans un immense terrain à Olds pour y construire leur première serre solaire passive (10.5 mètres de large, 100 mètres de long et 6 mètres de haut). La serre est construite à double couche, avec une structure en tubes d’acier et un Poly cover, puis un second isolant vient recouvrir la structure. La serre reçoit la chaleur durant la journée, peut la stocker grâce aux couches isolantes, puis la libérer la nuit. Au Nord de la serre, un mur d’argile de 50 centimètres d’épaisseur pour l’isoler des vents glaciaux qui la refroidiraient. Mais également pour que le soleil chauffe ce mur à 30° la journée, pour en libérer la chaleur la nuit. « Lorsque les gens découvrent que les légumes de ma serre peuvent survivre sans chauffage, ils sont très surpris », déclare l’entrepreneur.

À LIRE AUSSI :  Solhyd : l'invention d'un panneau de toit qui produit de l'hydrogène pour le chauffage et l'électricité

Des légumes 100% biologiques

Le maraîcher explique que la serre solaire est assez grande pour faire les semences à l’aide d’un petit tracteur, et qu’il utilise des méthodes biologiques pour faire pousser ses légumes (compost, fumier, zéro pesticide, zéro herbicide). Au cours de l’hiver dernier, il a cultivé des légumes jusqu’en janvier, même lorsque les températures ont chuté à -40°C. Il a pu conserver ses récoltes pendant 10 jours sous ces températures extrêmes, alors que la température de la serre est maintenue autour de 30°C. Il a tenté les plantations hors serre, mais le climat et les fortes pluies ont eu raison de ses cultures en plein champ… Il a donc pu se rendre compte combien les serres passives étaient efficaces. Il ne s’attendait peut-être pas à réussir cette expérience, mais désormais, il envisage d’en faire son unique métier et d’agrandir sa production pour vendre des légumes bios et locaux toute l’année, même au Canada ! Plus d’infos : Dong Jianyi (YouTube)

Source
Rr2cs.ca

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

12 commentaires

  1. Bonjour,
    Cet article très intéressant m’interpelle et je souhaiterait savoir si il serait possible d’acquérir une serre de ce type mais de petite taille. Je vous remercie.

  2. Bonjour,
    Cet article très intéressant m’interpelle et je souhaiterait savoir si il serait possible d’acquérir une serre de ce type mais de moyenne taille. Je vous remercie. Pour une Association maraîchère de Cergy-pontoise 95.

  3. Bonjour pouvez-vous me donner des renseignements pour en construire une de taille familiale merci

  4. C’est une serre classique. Au nord il y a un mur de terre par exemple isolé côté extérieur qui tient chaud la nuit. Parfois aussi des bidons d’eau en plus car l’eau a une grande capacité de retenue de chaleur. Autre subtilité : double épaisseur de bâche mais moins nécessaire en France. En Mongolie ils déroulent une couverture extérieure la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page