FinX dévoile un moteur électrique dépourvu d’hélice (2 kW) pour les bateaux

La start-up française FinX lance un moteur hors-bord électrique pas comme les autres. Avec sa conception biomimétique, le FinS permet aux bateaux de se déplacer plus naturellement.

Comment permettre aux bateaux de naviguer plus naturellement et plus facilement ? Voilà sans doute la question que se sont posés Harold Guillemin et ses collaborateurs lors de la conception du FinS. Il s’agit effectivement d’un moteur hors-bord qui, en plus d’adopter une propulsion électrique, s’inspire de la manière dont les poissons nagent. Exploitant un mécanisme imaginé dans les années 90 par le regretté inventeur Jean-Baptiste Drevet, qui avait également fondé l’entreprise EEL Energy, ce moteur innovant pensé pour les petits bateaux ne pèse que 20 kg. Pour le concevoir, Harold Guillemin s’est appuyé sur les travaux de son père Erik Guillemin qui a fondé la société AMS R&D. Cette dernière est notamment à l’origine d’une technologie membranaire connue sous le nom de Wavera.

Une membrane ondulante en élastomère

Effectivement, le moteur hors-bord de FinX est doté d’une membrane ondulante en élastomère en forme d’anneau qui imite le mouvement des nageoires du poisson. Celle-ci est agitée par un moteur électrique linéaire à ailettes, remplaçant ainsi l’hélice que nous retrouvons habituellement sur les moteurs de bateaux conventionnels. Du fait de sa conception biomimétique, le FinX FinS fonctionne plus naturellement. Après tout, l’objectif de son designer est de permettre aux bateaux de naviguer de façon écologique et plus efficacement, sans pour autant menacer la faune et la flore aquatiques.

Le Fin5 est doté d'une membrane ondulante en élastomère en forme d’anneau qui imite le mouvement des nageoires du poisson.
Le FinS est doté d’une membrane ondulante en élastomère en forme d’anneau qui imite le mouvement des nageoires du poisson. Crédit photo : FinX Motors (capture d’écran vidéo Facebook)

Pratique et moins énergivore

En plus de ces atouts, ce moteur hors-bord révolutionnaire a l’avantage d’être silencieux et agite moins l’eau. Son fabricant promet aussi moins de consommation énergétique par rapport aux moteurs de bateaux à hélice ayant une puissance comparable. En parlant de cela, sachez que le FinS accuse une puissance nominale de 2 kW. Au vu de cette configuration, il est principalement conçu pour les petits bateaux, les petites embarcations pneumatiques et les voiliers pesant moins de trois tonnes. Son montage est facile, car il se fait via deux vis à introduire dans le tableau arrière de l’embarcation.

Performances et prix

Le FinS intègre une batterie au lithium de 48 volts 72 Ah. Il permet de naviguer jusqu’à 11 km/h. À vitesse maximale, c’est-à-dire à pleine puissance, son autonomie est d’environ 45 minutes. À 5 km/h, celle-ci peut aller jusqu’à huit heures. Cela signifie que le bateau équipé peut parcourir une distance comprise entre 19 et 39 km par charge pleine.

Le Fin5 n'a pas d'hélices, il dispose d'une membrane en élastomère qui biomimétique.
Le FinS n’a pas d’hélices, il dispose d’une membrane en élastomère qui biomimétique. Crédit photo : FinX Motors (capture d’écran vidéo Facebook)

Le FinS est disponible en vente au prix de 3 200 euros. À noter qu’en plus de ce modèle, FinX commercialise une version plus grande dotée d’une puissance de 120 kW, le FinE. Celle-ci est conçue pour des bateaux plus grands. Enfin, sachez que l’entreprise prévoit de proposer des modèles alimentés par une pile à combustible à hydrogène. Plus d’infos : finxmotors.com. Que pensez-vous de cette invention ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
newatlas.com

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page