Innovation

Frelon asiatique : la poule noire de Janzé « n’est pas un remède miracle » sauf dans certaines conditions

Les apiculteurs amateurs se ruent sur les poules noires de Janzé, pourtant elles ne seraient pas miraculeuses, tout est question d'éducation !

Après une période d’accalmie due au froid qui tombe sur la France, les frelons asiatiques vont revenir ! Les reines endormies et terrées pour survivre au froid vont se réveiller et fonder de nouvelles colonies qui viendront décimer les abeilles. Depuis quelques années, certains apiculteurs utilisent une gallinacée pour lutter contre le frelon asiatique, la poule noire de Janzé. Souvent présentée comme une poule miraculeuse qui se délecte des frelons asiatiques, elle est en fait friande de tous les insectes. Pour Fabrice Jan, responsable du parc agropastoral de l’écomusée de la Bintinais, la poule noire de Janzé ne mange pas « naturellement » les frelons asiatiques. En effet, elle doit être « éduquée » pour cela, comme il l’explique dans une interview accordée au journal Ouest-France. On vous explique pourquoi.

La poule noire de Janzé, une poule miracle ?

Cette poule noire aux reflets verts est un peu la star des ruchers et des réseaux sociaux. Les apiculteurs et amateurs sont nombreux à posséder des poules de cette espèce qui s’ébattent tranquillement autour des ruches. Janzé est une petite ville d’Ille-et-Vilaine et le technicien de l’écomusée affirme que les renseignements sur cette poule lui donnent du fil à retordre. Les appels arrivent de toute la France, tous les apiculteurs amateurs veulent désormais des poules de Janzé.

La Poule noire de Janzé est une race de poule domestique originaire de la commune de Janzé, dans l'Ille-et-Vilaine, en France. Elle est caractérisée par son plumage noir et sa belle crête rouge
La Poule noire de Janzé est une race de poule domestique originaire de la commune de Janzé, dans l’Ille-et-Vilaine, en France. Elle est caractérisée par son plumage noir et sa belle crête rouge. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit photo : Shutterstock

Fabrice explique que cette poule peut être efficace, mais qu’elle n’est pas une solution miracle. Concrètement, pour être efficace, la poule noire de Janzé, qui se nourrit de TOUS les insectes et pas uniquement du frelon asiatique, doit « avoir faim ». En d’autres termes, si la poule trouve une gamelle débordante de nourriture, elle ne chassera pas les frelons asiatiques ! Pour être efficace, elle doit être en mode « naturel » et donc devoir rechercher sa nourriture.

À LIRE AUSSI :  Mellon’Harp : des lycéens varois inventent un piège à frelon asiatique sélectif et écologique

Le piège à frelon asiatique Jabeprod

Si vous n’êtes pas convaincu par la poule noire de Janzé, vous le serez peut-être par le piège de Denis Jaffré, un apiculteur breton qui a inventé un piège devenu célèbre ! En 2016, l’apiculteur voit la moitié de ses ruches décimées par les frelons asiatiques et décide d’inventer un piège efficace. Il conçoit alors un dispositif préventif lorsqu’il est installé à la nidification, car il capture les reines. Le piège est également curatif puisqu’il peut capturer les frelons lorsqu’ils évoluent à l’été ou à l’automne. Le BCPA pour bac de capture préventif autonome est une invention qui a reçu la médaille d’or du concours Lépine, fabriqué avec une imprimante 3D. Les petites alvéoles sont calibrées à la taille des frelons asiatiques qui pénètrent dans le bac, mais ne peuvent plus en ressortir. Bien entendu, les alvéoles laissent librement évoluer les abeilles. En savoir plus ? Retrouvez notre article détaillé sur le piège Jabeprod.

Le toit du piège est opaque afin que les insectes non ciblés par ce dispositif puissent trouver la sortie.
Le toit du piège est opaque afin que les insectes non ciblés par ce dispositif puissent trouver la sortie. Crédit photo : Denis Jaffré / Jabeprode

Le tracking, l’avenir de la lutte contre le frelon asiatique ?

En 2022, le verdict est tombé ! Les frelons asiatiques, arrivés en France en 2004, ne pourront plus être éradiqués de nos villes et campagnes, ils sont trop nombreux. Les scientifiques se penchent désormais sur le tracking du frelon plutôt que sur le piège classique. Tuer les frelons asiatiques qui se présentent près des ruches n’est pas assez efficace pour limiter leur prolifération. L’idée des chercheurs étant d’installer des balises sur des individus afin que ceux-ci les conduisent au nid. Détruire les nids, soit environ 1500 individus simultanément, est évidemment bien plus efficace qu’un ou deux frelons par-ci par-là.

Source
Ouest-france.fr

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page