Un t-shirt connecté baptisé HexoSkin pourrait bientôt permettre aux patients atteints de maladie pulmonaire de bénéficier d’une surveillance précise sans l’encombrement du matériel utilisé actuellement.

Les t-shirts connectés vous connaissez ? Ils sont aujourd’hui utilisés par les sportifs et enregistrent les paramètres de course, les fréquences cardiaques. Ils permettent d’obtenir des statistiques visant à améliorer leurs performances. Des chercheurs ont eu l’idée de transposer ces t-shirts pour sportifs en t-shirt connecté à des fins préventives et médicales.

Ce t-shirt baptisé Hexoskin permet aux malades atteints de MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique) de surveiller leur activité respiratoire dans tous les mouvements de la vie quotidienne. Un espoir pour les patients confrontés à ces maladies souvent graves.


A lire également : Percko : nous avons testé le tee-shirt anti mal de dos


Cette invention pourrait tout de même améliorer grandement la vie de 64 millions de personnes sur Terre. Ces malades souffrent de bronchites obstructives chroniques qui finit par abîmer les tissus pulmonaires et obstruer les voies respiratoires.

Cette maladie peut être traitée mais elle ne peut pas être éradiquée, il faut alors surveiller de près les patients atteints, victimes d’essoufflements et de toux chroniques. Comme ces symptômes surviennent lors d’activité quotidienne comme les montées d’escalier, il est difficile de surveiller mis à part avec un masque et un ordinateur, des appareils encombrants et compliqués à transporter.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Nous avons testé le Woolet, le portefeuille intelligent et connecté

Des chercheurs de l’European Respiratory Society International Congress ont donc conçu l’Hexoskin, un vêtement intelligent capable de mesurer l’activité respiratoire des patients. Il calcule le volume d’air inspiré et expiré et est capable de mesurer le rythme cardiaque en temps réel.

Selon les informations données par le site Objet Connecté, ce t-shirt a été testé sur des personnes sans maladie respiratoire et leurs activités quotidiennes ont été analysées.  Puis ces mêmes personnes ont effectué les mêmes activités avec l’équipement de surveillance traditionnel. Les résultats obtenus par le t-shirt et ceux obtenus par le masque sont très similaires mis à part dans certaines situations avec une différence minime de 3.1%.

Grâce à ces tests concluants, les chercheurs espèrent améliorer le confort de vie des malades et surveiller les symptômes plus précisément de manière à traiter plus rapidement et éviter les séjours incessants en milieu hospitalier. Nous n’avons plus à espérer que les 64 millions de personnes atteintes pourront bénéficier de cette avancée mais ça c’est une autre histoire !