L’invention d’un test salivaire permettant de détecter le cancer du sein

Les scientifiques ont mis au point un dispositif portatif qui permet de dépister le cancer du sein. Une solution qui promet d’être une alternative moins coûteuse aux instruments de diagnostic traditionnels.

« Imaginez le personnel médical effectuant le dépistage du cancer du sein dans les communautés ou les hôpitaux », s’est enthousiasmé Hsiao-Hsuan Wan, auteur d’une étude parue plus tôt ce mois-ci dans la revue Journal of Vacuum Science & Technology B. Effectivement, en collaboration avec des chercheurs de l’Université nationale Yang Ming Chiao Tung de Taiwan, ce doctorant à l’Université de Floride, aux États-Unis, et ses collaborateurs ont développé un dispositif de test rapide du cancer du sein. Qui plus est, les résultats peuvent être interprétés rapidement et facilement. Par rapport à la mammographie, à l’échographie et à l’IRM qui sont coûteuses et impliquent la mise en œuvre de gros équipements, la nouvelle approche se veut plus économique et plus discrète.

Une bandelette réactive

Rappelons que ces méthodes de diagnostic traditionnelles impliquent aussi une exposition à une certaine dose de rayonnement, ce qui n’est pas sans danger pour certaines catégories de patients. Le nouvel appareil mis au point par le groupe de recherche fonctionne en plaçant un échantillon de salive sur une bandelette de test. Traitée avec des anticorps spécifiques, cette dernière interagit avec les biomarqueurs du cancer. La présence de gouttes de salive entraine la formation d’impulsions électriques qui parviennent aux contacts électriques du capteur. Grâce à ces impulsions, les biomarqueurs s’allient aux anticorps.

Le circuit imprimé dans un biocapteur à base de salive pour détecter le cancer.
Le circuit imprimé dans un biocapteur à base de salive pour détecter le cancer.Crédit photo : HSIAO-HSUAN WAN

Une plateforme open-source

En interprétant les variations de tension électrique au niveau de l’électrode à l’aide d’une plateforme dédiée, il devient possible d’évaluer le risque de cancer. Pour cela, les chercheurs se sont appuyés sur la plateforme open source Arduino. Il faut savoir que l’un des biomarqueurs cibles est la protéine HER2 qui est à l’origine de 15 à 20 % des cancers du sein. Un autre est l’antigène CA 15-3 libéré dans le sang par la maladie. Pour vérifier la fiabilité de l’appareil, les scientifiques l’ont testé pour évaluer des échantillons de salive d’une vingtaine de personnes.

Une technologie peu couteuse

Les résultats ont montré que le biocapteur innovant pouvait déterminer si un individu souffrait d’un cancer du sein, et ce, avec un degré de fiabilité comparable à celui des instruments conventionnels. Mieux encore, il était capable de déterminer le stade de la maladie, c’est-à-dire précoce ou avancé. En plus de sa fiabilité et de sa facilité de mise en œuvre, ce qui est également intéressant avec cet appareil de diagnostic rapide, c’est son coût relativement faible.

Une technologie beaucoup moins couteuse que les systèmes de détection existants.
Une technologie beaucoup moins couteuse que les systèmes de détection existants. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

« Notre technologie est plus rentable. La bandelette réactive coûte seulement quelques centimes et le circuit imprimé réutilisable vaut 5 dollars […] Nous sommes enthousiasmés par le potentiel d’avoir un impact significatif dans des domaines où les gens n’avaient peut-être pas eu auparavant les ressources nécessaires pour effectuer des tests de dépistage du cancer du sein », a déclaré Hsiao-Hsuan Wan. Que pensez-vous de cette innovation médicale ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Via
goodnewsnetwork.org
Source
pubs.aip.org

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page