Médaillée au concours Lépine, l’invention du Couv’Easy va changer votre façon de cuisiner

Comment poser son couvercle lorsqu'il est chaud et dégoulinant de sauce ? Couv'Easy répond à cette problématique.

Lorsque l’on découvre certaines inventions, on se dit souvent : mais pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ? Et parfois, on peut y penser, mais sans finaliser l’invention, en se disant qu’une personne l’a sûrement déjà créée ! Le dispositif présenté ci-dessous fait partie de ceux que l’on qualifie de simples, alors que personne ne l’a encore conçu. L’inventrice, Nathalie Nicolas, est manipulatrice en radiologie. Toutefois, son invention n’a absolument rien à voir avec son milieu professionnel. Baptisée Couv’Easy, cette petite innovation devrait trouver une place de choix dans votre cuisine. Du moins, si vous utilisez fréquemment des couvercles pour préparer vos repas comme la majorité. Nathalie est désormais médaillée au concours Lépine, grâce à son invention. Présentation.

Couv’Easy, qu’est-ce que c’est ?

Cette invention est dorénavant brevetée (FR3102051A1). Il est donc impossible de la copier, puisqu’elle existe désormais. Elle s’adresse à toutes celles et à tous ceux qui cuisinent avec des poêles, des sauteuses ou des casseroles. Tous ces ustensiles de cuisine sont munis d’un couvercle. Lorsque vous devez mélanger vos préparations ou ajouter des ingrédients en cours de cuisson, vous posez le couvercle sur le plan de travail ou sur la poignée, en vous brûlant les doigts pour le récupérer. C’est à ce moment-là que Couv’Easy intervient, puisqu’il est un support qui va vous permettre de poser votre couvercle et de récupérer la graisse chaude dégoulinant du couvercle. Pas bête, non ?

Il faut une puissance de 500 watts pour maintenir 1 litre d’eau à une température de 100° C, contre seulement 150 watts requis si l'on ajoute un couvercle.
Il faut une puissance de 500 W pour maintenir 1 l d’eau à une température de 100 °C, contre seulement 150 W requis, si l’on ajoute un couvercle. Crédit photo : Nathalie Nicolas / Couv’easy

Comment lui est venue l’idée de cette invention ?

En réalité, Nathalie affirme réfléchir à cette invention depuis une dizaine d’années. En partant simplement d’un constat et d’un besoin personnel. Je cuisinais et je me suis brûlée en posant mon couvercle de casserole, à l’envers. J’ai réalisé qu’on est toujours embêté avec, car il est chaud, on ne veut pas salir le plan de travail et le poser dans l’évier n’est pas très propre. Voici comment Nathalie parle de son idée dans une interview accordée à la radio Alpes du Sud. Par la suite, elle cherché une manière de résoudre son problème sur le Net et s’aperçoit que rien n’existe encore. Alors, elle dessine un prototype puis le fabrique avec du fil de cuivre. Puis, elle appelle son frère, forgeron, à la rescousse pour qu’il fabrique un pied, pour le poser, ainsi qu’u  prototype plus solide. Son frère lui dit chaton, ton truc il est bien. Tu devrais le faire breveter.

Comment ça marche et combien cela coûte ?

Les mots de son frère lui ont donné le déclic pour déposer un brevet auprès de l’INPI, qu’elle a obtenu après deux ans et demi d’attente. Ensuite, est venue l’inscription au concours Lépine, où elle a rencontré « son public », constitué plutôt de jeunes Parisiens, aux petits appartements et aux minuscules cuisines. Outre le fait que le Couv’Easy facilite la pose du couvercle, il se dote également d’un réceptacle, qui permet de récupérer le jus ou la graisse.

Une caractéristique qui permet de garder son plan de travail propre en toute circonstance. Le plat qui réceptionne la graisse peut être n’importe quel plat, et se lavera donc au lave-vaisselle ou à la main d’ailleurs ! Depuis peu, le Couv’Easy est disponible en prévente au prix de 19,90 €. Plus d’informations et précommandes : Couv-easy.fr.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Alpesdusud.alpes1.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

3 commentaires

  1. Ouais pas mal j’avais déjà pensé à ce genre de de truc mais bon le pognon manquant j’ai oublié ! Maintenant à voir le prix ! Sinon possible à fabriqué avec un peu d’imagination !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page