Innovation

Musk veut convertir le CO2 de l’atmosphère en carburant pour ses fusées

Une petite dernière pour 2021 ? Le milliardaire Elon Musk, patron de SpaceX vient d'annoncer qu'il pourrait bientôt faire voler ses fusées grâce à la transformation du C02 superflu qui se trouve dans l'atmosphère !

En juin dernier, le fantasque patron de SpaceX et de Tesla, Elon Musk, lançait un concours à 100 millions de dollars: ce prix serait destiné à celui qui trouverait le moyen d’extraire 1000 tonnes de CO2 de l’atmosphère pour l’utiliser comme carburant pour ses fusées !

Le milliardaire semble avoir trouvé son vainqueur, puisqu’il vient d’annoncer que “le programme pour transformer le CO2 de l’atmosphère en carburant pour fusées”, était en chemin ! On ne sait pas, en revanche, s’il a vraiment déniché un génie capable de cette prouesse, il ne le précise pas… En revanche, il invite le public à le rejoindre dans ce projet ! Info ou Intox, seul l’avenir le dira, mais on commence à être habitué aux déclarations tonitruantes de Musk !

Une idée pas si bête… sur le papier !

Si un système qui récupère le CO2 rejeté dans l’atmosphère pour en faire du carburant venait à voir le jour, ce serait révolutionnaire. Le CO2 dans l’atmosphère, on sait qu’il y en a, à foison même, il est d’ailleurs l’un des plus grands responsables des gaz à effets de serre qui polluent notre planète !

Une technique permettant de le convertir en carburant permettrait donc deux choses: réduire la présence de CO2 dans l’atmosphère, et donc limiter le réchauffement climatique; mais, également utiliser un carburant inédit pour l’aérospatial, qui réduirait donc les émissions de ce domaine hautement polluant. Cela ne permettrait pas d’atteindre la neutralité carbone dont on parle tant, mais ce serait déjà une pierre posée à l’édifice du chantier climatique qui nous attend !

Comment cela pourrait-il être possible ?

En termes de faisabilité, Musk ne donne, en revanche, et, comme d’habitude, aucune indication précise. D’après certains spécialistes, il utiliserait une technique en cours de développement : la Direct Air Capture (Source Bloomberg). Dans l’article, le média explique d’ailleurs que la technique existe déjà mais qu’elle n’est pas encore complètement industrialisée.

Une installation permettant cette transformation vient d’ouvrir en Islande et prévoir d’extraire environ 4000 tonnes de CO2 par an, de l’atmosphère. En Ecosse, il se dit qu’une autre « usine » de ce type devrait voir le jour en 2026 avec un million de tonnes de CO2 transformés chaque année. La vision de Musk n’est pas si fantasque que cela finalement. Encore faudra-t-il le transformer en carburant pour fusée, c’est son objectif !

À LIRE AUSSI :  Cryptomonnaie : Elon Musk a-t-il révélé la véritable identité du créateur du bitcoin ?

Serait-ce finalement l’idée du siècle ?

Si le concept en lui-même est loin d’être farfelu, ce ne sera pas non plus pour demain ! Au stade actuel, les recherches concernant la transformation de CO2 en carburant n’en sont qu’à leurs balbutiements; l’exploitation industrielle devrait être la prochaine étape. Quant aux carburants pour les fusées de Musk, il n’est possible d’avancer aucune date évidemment ! On sait que Musk aime que tout aille vite, et ce pourrait peut-être servir de tremplin au développement de ces technologies de demain.

D’autant que Bill Gates est aussi « sur le coup » avec Carbfix, ainsi que certains projets du MIT. Ce seraient donc les prémices d’une industrie qui ne demanderait qu’à se développer dans l’avenir. Il va falloir suivre ce projet d’Elon Musk, qui, on le sait, ne lâche jamais rien, surtout lorsqu’il s’agit d’innover dans le secteur aérospatial, l’une de ses passions !

Source
bloomberg.com

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page