Innovation

Pour Rolls-Royce, l’utilisation des mini-réacteurs nucléaires va rendre l’aviation moins polluante

Rolls-Royce travaille au développement de mini-réacteurs nucléaires qui vont servir à la fabrication de carburants synthétiques. Le fabricant est convaincu que cela va beaucoup réduire la pollution générée par l’aviation.

Alors qu’il est devenu primordial de réduire l’émission de gaz à effet de serre, Rolls-Royce est bien décidé à réduire son impact environnemental. Pour ce faire, le constructeur de moteurs a consacré les dernières années à concentrer tous ses efforts et ses recherches sur le développement de mini-réacteurs nucléaires ou SMR (Small Modular Reactors).

Lors d’une conférence qui s’est récemment tenue à l’Aviation Club à Londres, Warren East, le PDG de la firme, a affirmé que les mini-réacteurs nucléaires représentent le futur de l’aviation et qu’ils vont bientôt prendre la place des moteurs à réaction.

Warren East a expliqué que ce type de réacteurs est beaucoup plus respectueux de l’environnement car les SMR permettent de fabriquer des carburants synthétiques ou électro-carburants. Ils présentent aussi le gros plus d’être beaucoup moins énergivores durant le processus de fabrication de carburants.

Ainsi pour le PDG de Rolls-Royce, l’utilisation des mini-réacteurs nucléaires dans une usine de carburant synthétique « fournirait une solution très compétitive » avec des coûts d’électricité 30 % moins chers, en plus d’être bénéfique pour l’homme et la nature. Il n’y a donc plus à hésiter !

À LIRE AUSSI :
5 inventions et innovations que nous devons à Nikola Tesla, le génie oublié du 21ème siècle

Pour développer sa technologie, Rolls-Royce a annoncé travailler en collaboration avec une start-up spécialisée dans la production d’énergie alternative. La marque de voiture de luxe a également su trouver les arguments pour convaincre les investisseurs de mettre la main au portefeuille : elle est parvenue à récolter plus de 40 millions d’euros de fonds d’investissement public et privé.

Rolls-Royce a annoncé son intention d’ouvrir une usine de démonstration de carburant synthétique en Allemagne, ce qui ne sera pas une mince affaire du fait que le pays est fermement opposé au nucléaire, de même que plusieurs autres pays en Europe. La firme ne compte cependant pas abandonner son projet, elle est fermement convaincue de son potentiel.

Photo de couverture De andrey_l / Shutterstock

Andy RAKOTONDRABE

Il n’y a pas de réussites faciles ni d’échecs définitifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page