Pourquoi n’utilisons-nous plus la bakélite, l’ancêtre du plastique ?

Lorsqu'elle a été inventée, la bakélite a révolutionné l'industrie mondiale. Mais pourrait-elle désormais remplacer le plastique ?

Dans sa chanson « Sea, Sex and Sun » sortie en 1978, Serge Gainsbourg emploie un terme que l’on a aujourd’hui oublié. Il chante : « Tes petits seins de bakélite. Qui s’agitent ». Si vous l’écoutez aujourd’hui, vous vous demandez peut-être ce qu’est cette bakélite à laquelle il fait référence ? Sachez qu’il parle sans doute d’un vêtement sexy de l’époque, le bustier en bakélite, semblable à un bustier en simili cuir ou en latex. La bakélite est une très vieille invention et elle fut le premier plastique fait de polymères synthétiques. Alors que le plastique que l’on dira traditionnel provoque de larges débats et pollue le monde entier, la bakélite pourrait-elle refaire surface ? Retour sur cette invention presque oubliée, qui pourrait connaître un nouvel essor.

Qui a inventé la bakélite ?

La bakélite est un matériau synthétique qui a été le premier plastique fabriqué de manière entièrement synthétique. Elle a été développée par le chimiste belge Leo Baekeland en 1907 et a rapidement gagné en popularité en tant que matériau isolant et résistant à la chaleur. La bakélite est un type de résine phénolique, produite par la réaction chimique entre le phénol et le formaldéhyde. Ce matériau possède plusieurs propriétés intéressantes qui en ont fait un choix populaire dans diverses applications. Cependant, la présence de formaldéhyde, reconnu toxique et potentiellement cancérigène depuis, a fortement ralenti son utilisation.

Une téléphone « fixe » en bakélite.
Une téléphone « fixe » en bakélite. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Quelles sont les propriétés et les utilisations de la bakélite ?

La bakélite est résistante à la chaleur et aux produits chimiques. C’est pourquoi c’est un matériau idéal pour les applications électriques et les pièces soumises à des conditions difficiles. De plus, elle est un isolant électrique efficace, ce qui en fait un choix courant pour les prises, les interrupteurs et autres composants électriques. Elle est également utilisée dans la fabrication de poignées de casseroles et d’ustensiles de cuisine, en raison de sa résistance à la chaleur. La bakélite a été largement utilisée dans l’industrie automobile, notamment pour les pièces électriques, les tableaux de bord et les freins.

Elle a également été utilisée dans la fabrication de téléphones, de radios, d’appareils électroménagers et d’autres produits de consommation. Souvenez-vous des vieux postes brillants, avec un énorme bouton qu’il fallait tourner pour chopper une station, ils étaient en bakélite. Les anciens ventilateurs étaient aussi fabriqués à base de bakélite. Soulignons que ce matériau a révolutionné le monde de l’industrie dans de nombreux domaines. D’ailleurs, elle continue d’être utilisée dans certains domaines spécifiques où ses propriétés uniques sont nécessaires.

La bakélite pourrait-elle, alors, revenir en force ?

Sur le fond, la réponse à cette question est oui, car elle procure de nombreuses possibilités. Toutefois, sur la forme, il semble quasiment impossible que la bakélite vienne remplacer le plastique. Et ce, pour la simple et bonne raison qu’elle serait presque une hérésie pour l’environnement. Comme nous vous l’avons expliqué plus haut, la bakélite contient du formaldéhyde, un composé toxique et sa fabrication peut impliquer l’utilisation de produits chimiques nocifs. Les fabricants actuels cherchent plutôt à neutraliser le formaldéhyde, comme Dyson l’a fait avec son purificateur d’air. Alors, elle est révolutionnaire la bakélite, mais totalement obsolète. Qu’en pensez-vous ?

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Wikipedia.org

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

8 commentaires

  1. C’était un progrès mais…. En son temps. Et on ne remonte pas le temps. Il arrive que l’on réutilise une partie d’un dispositif an ien pour le réutiliser autrement en l’ameliorant généralement comme c’est le cas des éoliennes qui reprennent l’idée d’exoiter la force du vent et en utilisant une helices comme le faisaient les anciens moulins mais d’une part en en modifiant les profiles et pour entraîner un alternateur et non une meule à moudre le grain. Et pour cela ce n’est pas les anciens moulins qui reviennent.
    Un véritable retour d’un dispositif ancien ne s’est jamais vu.

  2. La bakélite peut revenir très fort mais seulement pour des formes pas élastique du à la dureté et la no reformabilité du matériel. elle est très résistant au feu et ça sans avoir recours aux additives comme pour le polyurethanee les polyester etc.
    Et il est un plastique qui peut être manger par des bactéries type colii. Avec des fillers comme la chanvre des copeaux de bois il substitue facilement des poliurethanes aussi cancérigène et des polistyrole des appareils d aujourd hui avec des additives antifeu cancerogene
    Le bakélite ne contient plus de formaldéhyde si la mélange est bien fait sauf à sa production.

  3. À mon avis Gainsbourg faisait plutôt allusion aux petits seins très fermes d’une jeune femme noire, éventuellement rendus brillants par la chaleur torride qu’exhale la chanson.

  4. Le bakélite, qui chauffe bien qu’il est très resistant degage une odeur très désagréable lorsque chauffé.

    Comme les poignées des chaudrons que la flamme du poêle à gaz lèchait occasionnellement

    Ou, une fois placé au four, ou lors d’un short électrique  » un cour de circuit  »
    Dans une radio ou un panneau électrique, j’ai encore cet odeur en mémoire depuis toute ses années

  5. Ce matériau à prouve son utilité.
    On pourrait le remettre en service à peu de frais, éventuellement en remplaçant sa composante nocive par une autre…

  6. Quel sujet sans intérêt.. Comme si on nous demandait de retourner à l’âge de pierre..Le ou la rédactrice est renumerée pour ça?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page