Innovation

Projet Element : des hydroliennes innovantes de 50 kW pour utiliser l’énergie marémotrice et houlomotrice

Une nouvelle turbine sous-marine devrait bientôt être testée en Bretagne dans le cadre d’un projet financé par l’Union européenne. Le but est non seulement de développer un système de contrôle innovant pour les hydroliennes, mais aussi d’améliorer leur rendement.

Les hydroliennes sont au cœur de l’actualité ces derniers temps. Produisant de l’énergie renouvelable, ces turbines, conçues pour la plupart pour un emploi maritime et/ou estuarien, sont convoitées pour leur capacité à générer de l’électricité à moindre coût. De plus, par rapport aux panneaux photovoltaïques et aux éoliennes qui souffrent d’un problème d’intermittence, elles produisent de l’énergie de façon plus stable. Il suffit en général d’une vitesse de courant de moins de 3 m/s pour que ce type d’infrastructure fonctionne de façon optimale.

Une dizaine de partenaires

Compte tenu des qualités qu’il possède, de nombreux pays et organisations s’intéressent de près au concept de l’hydrolien. C’est justement dans cette optique que l’Union européenne soutient le projet ELEMENT. Il s’agit d’un programme visant à développer un système permettant de contrôler efficacement le fonctionnement des hydroliennes. Et ce n’est pas tout: les participants à cette initiative ambitionnent aussi de mettre au point des stratégies pour améliorer la viabilité et le rendement énergétique des turbines. Notons en passant que le consortium est constitué d’une dizaine de partenaires, dont IDETA, Chantier Bretagne Sud, Wood, Nortek AS, l’Université de Strathclyde, DNV GL UK, France Energies Marines, Offshore Renewable Energy (ORE) Catapult et ABB UK.

L' hydrolienne de 100 kW de Nova Innovation
L’ hydrolienne de 100 kW de Nova Innovation. Crédit photo : Nova Innovation

« Nous sommes très fiers de faire partie du consortium du projet ELEMENT. Ce projet touche aux racines d’Innosea, car nous avons été créés à l’origine en mettant l’accent sur l’énergie marémotrice et houlomotrice, ainsi que sur l’éolien offshore (…) Ce projet rassemble des experts industriels et universitaires dans le but commun de réduire le coût de l’énergie marémotrice grâce à des solutions de contrôle innovantes qui se traduisent par des avantages européens et mondiaux.” » Maria Ikhennicheu, ingénieure R&D chez Innosea.

Un projet qui s’achèvera l’année prochaine

Dirigée par Nova Innovation, une entreprise écossaise spécialisée dans les technologies marémotrices, le projet ELEMENT, qui devrait aboutir vers la mi-2023, s’étendra bientôt en France. Après avoir mené les essais d’une hydrolienne à terre, la prochaine étape consistera à tester le même équipement dans un environnement aquatique, et plus précisément dans un estuaire à Etel, en Bretagne. À noter que les essais ne se limiteront pas dans l’Hexagone: l’agenda inclut aussi des tests au large du Shetland Tidal Array en Écosse.

À LIRE AUSSI :
Hydroélectricité : cette hydrolienne de 400 tonnes génère de l'électricité dans les fonds marins au large d’Ouessant
Nova Tidal Turbines
Crédit photo : Nova Innovation

Les tests en France pour bientôt

Innosea, spécialiste de l’ingénierie, du conseil et de la R&D dans le domaine des énergies marines renouvelables, fait partie des partenaires de Nova Innovation dans le cadre de ce projet axé sur les technologies hydroliennes. Selon les explications d’un porte-parole de l’entreprise, le prototype de la turbine sous-marine devrait être déployé en France cet automne.

Source
offshore-energy.biz

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page