Innovation

Un filtre laser pour “désintègrer” les microparticules de plastique dans les eaux usées

En Allemagne, des chercheurs sont parvenus à mettre au point une plaque filtrante perforée au laser. Une invention qui devrait révolutionner nos stations d’épuration.

Le plastique occupe certes une place importante dans notre société, mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit de l’une des principales sources de pollution sur Terre. Des particules de plastique sont souvent présentes dans l’air que nous respirons et dans nos ressources aquatiques. Pire encore, cette matière met plusieurs siècles pour se dégrader. Malheureusement, les techniques actuelles ne permettent pas encore d’extraire complètement ces particules extrêmement fines des eaux usées. Face à cette réalité, des chercheurs de l’institut Fraunhofer pour les technologies laser ILT ont décidé de prendre le taureau par les cornes en mettant au point une solution censée changer la donne.

Des dizaines de millions de trous perforés au laser

La solution développée par Andrea Lanfermann, chef de projet chez Fraunhofer ILT, et ses collaborateurs consiste en une plaque filtrante percée au laser. Le filtre à microplastiques contient des trous extrêmement petits, ayant un diamètre de seulement 10 micromètres. Au total, les feuilles qui composent le dispositif intègrent environ 59 millions de pores. Comme le souligne notre source, il s’agit du premier équipement de ce type au monde à faire l’objet d’un test dans une station d’épuration.

Dans le filtre microplastique, les films avec les microtrous sont fixés sur une grille plus grossière afin qu'ils ne se déchirent pas sous la pression de l'eau.
Dans le filtre microplastique, les films avec les microtrous sont fixés sur une grille plus grossière afin qu’ils ne se déchirent pas sous la pression de l’eau. Crédit photo : Fraunhofer ILT, Aix-la-Chapelle, Allemagne.

Un accent sur la durabilité

Ce filtre unique en son genre a été mis au point dans le cadre du projet SimConDrill. À noter que celui-ci bénéficie du soutien financier de plusieurs entreprises, dont KLASS Filter GmbH, LUNOVU GmbH et OptiY GmbH. La durabilité est l’un des paramètres que les designers ont mis en avant lors de la conception de l’équipement. Voilà pourquoi l’équipe du Fraunhofer ILT a eu recours à la technologie laser qui est déjà utilisée pour améliorer l’efficacité des piles à hydrogène ainsi que l’étanchéité des batteries des véhicules électriques.

À LIRE AUSSI :
Jenny : une « côte artificielle » pour contenir le plastique avant qu'il ne se déverse dans le Pacifique

Une technologie révolutionnaire

La technologie ayant permis de percer les trous a été développée par les chercheurs de l’institut allemand eux-mêmes. « Notre défi consistait essentiellement à percer le plus grand nombre possible de trous, aussi petits que possible, dans une feuille d’acier en un minimum de temps », a expliqué Lanfermann. Pour y parvenir, les chercheurs affirment avoir mis en œuvre un processus dit multifaisceaux. Celui-ci consistait à créer une matrice de faisceaux identiques à partir d’un seul faisceau laser à impulsions ultracourtes via un système optique spécial.

D’après l’équipe derrière le projet, le procédé complexe qu’ils ont utilisé est le fruit de plusieurs décennies de recherche sur les lasers. Les ingénieurs affirment également avoir conçu un logiciel permettant de modifier rapidement les paramètres de perçage en fonction des besoins. Leur prochain objectif est de mettre au point une machine de traitement multifaisceaux afin d’augmenter la productivité et ainsi, de produire à grande échelle leur filtre à microplastiques. Plus d’infos : simcondrill.de

Source
techxplore.com

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page