Environnement

Un pneu pour réduire la pollution des microplastiques

La pollution par le microplastique provient de l'usure des pneus sur le bitume en grande partie. Pour tenter d'endiguer cette pollution, trois designers coréens inventent un pneu révolutionnaire.

Une étude scientifique parue dans la revue Nature Communications en juillet 2020 revient sur la pollution par les microplastiques dans le domaine du transport de marchandises. Ces particules peuvent provenir du transport maritime quand des containers de nurdles viennent à s’échouer, mais aussi de l’usure des pneus pour le transport routier: les millions de camions qui roulent chaque jour dans le monde laisse des morceaux de gomme de pneus sur leur passage. Cette pollution, pourtant devant nos yeux, passe presque inaperçue tant nous sommes habitués à voir ces camions rouler ! Pour tenter de limiter la pollution au microplastique par les pneus des camions, trois designers coréens affirment avoir mis au point des pneus qui en réduiraient sa production. Leur nom : les Pureback Nexen Tires ! Présentation.

Les microplastiques, un fléau pour l’environnement

Toujours selon l’étude norvégienne, les produits chimiques qui découlent de l’usure des pneus serait à l’origine de la détérioration des saumons dans l’océan Pacifique. Au vu de la taille de ces microplastiques, ils sont difficiles à ramasser, mais très faciles à avaler par la faune maritime. Or, les pneus ne sont pas seulement conçus en caoutchouc, ils sont en fait un mélange de caoutchouc synthétique et de nombreux produits chimiques additionnels. 7000 milliards de particules de microplastiques viendraient se loger dans la baie de San Francisco… Et dans le monde, une autre étude parue dans la revue Springer Open en 2021 explique qu’il y aurait 24.4 milliards de milliards de particules de microplastiques de taille comprise entre 1 et 5 millimètres, en suspension dans les eaux de la Terre… Et ce chiffre est en constante augmentation.

À LIRE AUSSI :
A Rennes, l'entreprise Happy Cyclette répare des vélos, mais recycle également de manière innovante les pneus usagés
Le pneu pureback nexen de profil
Crédit photo : cheolhee lee, junhoo lee et seongjong kang

Quelle est cette innovation coréenne ?

Les trois designers Cheolhee Lee, Junhoo Lee et Seongjong Kang affirment que leur pneu a été développé pour séparer et évacuer les microplastiques qui se détachent de la bande de roulement… Ce procédé serait rendu possible grâce à une microcapsule centrale qui récupère les particules en temps réel. Ce concept de pneu innovant met en évidence le rôle des moteurs à hydrogène. S’il existe de nombreux avantages à ce nouveau carburant, ils diffusent de nombreuses microparticules à cause de l’usure de leurs pneus.

Le pneu Pureback en détails

Les designers coréens auraient pu créer un nouveau pneu avec leur système innovant. Mais, ils ont préféré opérer un petit changement de forme et de structure sur le pneu existant. Non seulement, cela le rend original esthétiquement parlant, mais surtout, cela permet de récupérer les microplastiques. Ces particules pourront ensuite être compressées et déposées dans une station de recharge d’hydrogène. Les designers ont beaucoup travaillé sur le prototype en sélectionnant avec minutie la couleur, le matériau et l’échelle du pneu. Ils expliquent que “la forme générale est basée sur les motifs imbriqués de divers motifs organiques, permettant aux plastiques micro-abrasifs d’être collectés entre les bandes de roulement”. Le côté en acier, a, quant à lui, été pensé pour réduire la sensation de distance par rapport au pneu classique. La forme des plastiques micro-abrasifs tourbillonnent et collecte les microplastiques, les menant de la bande de roulement vers la capsule. Enfin, celle-ci peut être séparée de la structure facilement et peut être collectée. Un système d’éclairage prévient l’utilisateur qu’il est temps de vider la capsule.

Source
behance.net

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page