Innovation

Vous utilisez (tous les jours) ces 6 inventions égyptiennes, sans le savoir !

Les Egyptiens ont inventé l'écriture, ce n'est pas un scoop. Mais saviez-vous qu'ils étaient aussi à l'origine du maquillage, des talons hauts ou des serrures ? Heureusement qu'ils étaient là !

Dans notre vie quotidienne, nous utilisons des choses ou effectuons des actions devenues automatiques sans se demander d’où elles nous viennent. Consulter un calendrier, se maquiller, se couper les cheveux, ouvrir une serrure, porter des talons hauts, toutes ces inventions ont pour point commun l’Egypte Ancienne. Aussi étrange que cela puisse paraître, si les femmes se maquillent avec du khôl, c’est grâce aux Egyptiennes. Et si les hommes se coupent les cheveux, c’est aussi grâce à ce peuple, inventeur de nombreuses actions ou accessoires faisant partie intégrante de notre quotidien aujourd’hui. Découvrez six inventions égyptiennes qui nous sont utiles chaque jour de notre vie, ou presque !

Le maquillage des yeux

Les Egyptiens auraient inventé le maquillage des yeux 4000 ans avant notre ère. Dans ces temps anciens, les hommes utilisaient le maquillage au même titre que les femmes. Se maquiller les yeux était un signe de rang social, et plus les yeux étaient maquillés, plus le rang dans la société était élevé. Cléopâtre en est probablement le meilleur exemple, car ce ne sont pas les actrices qui l’ont jouée qui abusaient du pinceau: La reine égyptienne se maquillait énormément ! Dans les croyances populaires égyptiennes, le maquillage des yeux permettaient également de lutter contre les maladies oculaires, et accessoirement de rendre les yeux invisibles au « mauvais œil ». Pour ce faire, les Égyptiens utilisaient de la galène, de la malachite et le khôl noir que nous utilisons encore aujourd’hui.

Une femme maquillée à la mode égyptienne
Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock / tonghui li

Le calendrier de 365 jours

Que le vôtre soit sur votre téléphone, accroché au-dessus de votre bureau, ou sous forme d’un agenda papier, nous utilisons tous un calendrier annuel ! Sans lui, nous serions bien incapables de nous souvenir de tous les anniversaires ! En fait, le calendrier de 365 jours aurait été inventé par les pharaons, mais à l’époque, il se basait sur les crues du Nil. En marquant les jours d’inondation, les Egyptiens pouvait prévoir les crues ou les niveaux les plus bas l’année suivante. C’est grâce à ce calendrier de 365 jours que le système agricole fût l’un des plus performants du monde ancien. Le calendrier, séparé en 12 mois de 30 jours et de 5 jours en fin d’année, permettait de suivre les cultures.

Un calendrier
Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock / xalien

La langue écrite

Même si notre écriture n’a rien à voir avec les hiéroglyphes de l’époque égyptienne, la transcription de l’oral à l’écrit nous vient bien d’Egypte. Souvenez-vous de vos cours d’Histoire et de la Pierre de Rosette, découverte par Champollion: elle est l’une des premières représentations de l’écriture. Pour écrire leurs hiéroglyphes qui se composaient d’environ 1000 caractères distincts, ils ont également inventé le support que nous appelons aujourd’hui papier. Et qui, évidemment à l’époque, était le papyrus. Grâce à l’invention de la langue écrite, les Egyptiens ont pu laisser aux générations futures des traces de leur civilisation. Sans cette langue écrite, l’Histoire aurait été totalement différente !

À LIRE AUSSI :  Brevet d'invention : l'IA va-t-elle remettre en cause notre conception de la propriété intellectuelle ?
La pierre de Rosette
La pierre de Rosette. Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock / Takashi Images

Les serrures de portes

Aujourd’hui, on parle de serrures connectées qui s’ouvrent avec un smartphone, mais on ne sait pas toujours que les serrures avaient été inventées par les Egyptiens en 4000 av JC. A l’époque, les serrures en bois étaient fixées sur les portes le long d’une barre horizontale qui glissait sur le poteau. Les serrures de cette époque n’avaient pas de clé, et servaient simplement à maintenir les portes des palais fermées. Ce sont les Romains qui développeront des serrures à clefs. La serrure égyptienne est en fait l’ancêtre de ce que l’on appelle aujourd’hui une serrure à goupille.

Mécanisme de serrure en fer au Merton College (Oxford), Royaume-Uni. Octobre 2010.
Photo d’illustration. Mécanisme de serrure en fer au Merton College (Oxford), Royaume-Uni. Octobre 2010. Crédit photo : Par © Jorge Royan / http://www.royan.com.ar, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15103063

Les talons hauts

Comme pour le maquillage, les talons hauts étaient un signe de rang social supérieur. Les riches égyptiens s’élevaient du sol quand les plus pauvres marchaient pieds nus. Les talons n’étaient pas un accessoire féminin, et les hommes en portaient aussi. Et plus leur rang social était élevé, plus les talons s’allongeaient. Les hommes utilisaient également les talons hauts pour gagner en stabilité sur les chevaux, et pour des cérémonies ou rituels.

Les pieds d'une femme en chaussures talon haut rouge
Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock / Kaspars Grinvalds

Les coupes de cheveux et le rasage

Les premiers coiffeurs ont été identifiés en Egypte en 5000 avant JC. Ces employés utilisaient alors des silex ou des coquillages tranchants pour couper les cheveux de leurs clients. A cette époque, la coiffure et le rasage étaient réservés aux médecins et aux prêtres, à des fins médicales pour les premiers et cérémoniales pour les seconds. Les plus riches Egyptiens s’offraient déjà les services d’un barbier à domicile pour avoir une barbe parfaitement entretenue; encore un signe d’appartenance à la haute société. Mais que serions-nous aujourd’hui sans les Egyptiens : des gens toujours en retard, mal coiffés, vivant dans des maisons aux portes ouvertes en permanence, sans pouvoir ni lire ni écrire ! Misère, on peut vraiment les remercier non ?

Une femme égyptienne avec une coupe de cheveux au carré
Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock / Dmytro Buianskyi

Source
Historyofyesterday.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page