Lifestyle

Un premier écoquartier de maisons containers va bientôt sortir de terre

L'écoquartier Orion situé à Ham-Sud au Québec devrait être le premier du genre: les propriétaires s'engagent à n'y construire que des maisons à base de containers maritimes.

Depuis quelques années, les projets de construction à base de containers maritimes se multiplient. Ces immenses caisses métalliques destinées au transport de marchandise maritime sont de véritables brique de LEGO que l’on s’arrache de plus en plus. Au vu du nombre de containers mis au rebut chaque année, la matière première ne risque pas de manquer de suite. Au Canada, une entreprise a décidé de construire le premier quartier de maisons containers. Cet écoquartier a été imaginé par la compagnie HighCube et se situe à Ham-Sud, au Québec. A terme, il devrait permettre de disposer de 65 emplacements, dont l’impact écologique serait minime. Présentation.

Une première phase avec 8 emplacements

Cet éco-quartier, baptisé Orion, sera exploité par le promoteur et le constructeur immobilier avec une première phase de 8 emplacements qui seront mis à la disposition des acheteurs. Ces derniers, de leur côté, devront s’engager à construire des maisons écologiques, bâties à partir de containers maritimes. L’entreprise Highcube n’est pas le propriétaire du terrain, mais une entente avec les propriétaires lui permet d’agir en tant que promoteur et constructeur. L’aménagement des containers se fait en usine, puis ils sont livrés clés en main sur le site du futur lotissement écologique. Par choix esthétique, le promoteur a opté pour un revêtement extérieur qui ne laisse plus apparaître le métal d’origine.

Modèle OSTARA
Modèle OSTARA. Crédit photo : Highcube
Modèle FLORA
Modèle FLORA. Crédit photo : Highcube

Un lotissement écologique, évidemment !

Patrick Sauvé est le cofondateur de l’entreprise Highcube, et pour lui, le respect de la nature se devait d’être au cœur du projet. Les maisons containers sont souvent esseulées, construites en pleine forêt ou par des propriétaires qui souhaitent passer à un habitat alternatif. Ce quartier québécois, qui réunira uniquement des maisons container,s est l’un des pionniers dans ce domaine. Mais le côté écologique n’est pas la seule ambition d’Highcube: l’entreprise souhaite également que les futurs propriétaires aient un mode vie commun, rassembleur et respectueux. En d’autres termes, un propriétaire qui ne trie pas ses déchets, gaspille l’eau potable ou ne composte pas, ne sera peut-être pas le bienvenu….

Highcube voit les choses en grand

Chaque terrain vendu devrait avoir une surface minimale de 5000 m²; le propriétaire devra le déboiser et installer une maison container qui soit peu ou pas visible depuis la route. L’idée est de se fondre dans le paysage environnant et de lutter contre toute forme de pollution visuelle ou sonore. Pour installer leurs maisons containers, les propriétaires devront les poser sur des dalles… Par la suite, l’utilisation d’énergies alternatives serait fortement encouragée, même si cela ne sera pas obligatoire. L’entrepreneur proposera également l’installation de toits végétalisés et des systèmes de récupération d’eau.

Modèle CÉRÈS
Modèle CÉRÈS. Crédit photo : Highcube
Modèle KISHAR
Modèle KISHAR. Crédit photo : Highcube

Combien cela va-t-il coûter ?

En moins d’un an, le projet commence déjà à sortir de terre; l’aval de la municipalité sur laquelle sera installé le futur écoquartier a permis d’accélérer le lancement du projet. Certaines mairies sont encore réfractaires à ce type d’habitation, mais ce n’était pas le cas de Ham-Sud. Le prix de vente annoncé est de 190 000€ pour une unité de 45m² environ, ce qui correspond à la taille d’un chalet. Le prix comprend le terrain, les installations septiques, le puits, la dalle en béton et le container de départ. Et apparemment, il y aurait déjà quelques clients fortement intéressés par ce concept écologique. Plus d’infos : highcube.ca


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Latribune.ca

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page