Mobilité / Santé

Le SCT ou syndrome du choc toxique : comment l’éviter ? Quelles sont les alternatives possibles au tampon hygiénique ?

Maëlle, 17 ans, cette jeune belge est morte le 9 janvier, victime d'un choc toxique dû à un tampon hygiénique ! Il devient urgent d'éduquer les jeunes filles à ne plus utiliser de tampons mais d'autres alternatives !

Avez-vous déjà entendu parler du SCT ? Autrement dit le Syndrome du Choc Toxique ! Ce choc toxique causé par un tampon hygiénique qui a tué Maëlle, 17 ans le 9 janvier dernier… Malheureusement, on ne parle de ce choc toxique uniquement quand un drame se produit !

Pourtant il menace de nombreuses femmes, chaque mois, insidieux et souvent fatal ! Des nausées ou des vomissements pendant les règles ne sont pas des syndromes menstruels normaux… Ces symptômes semblables à ceux d’une gastroentérite peuvent passer inaperçus… Il faut cependant que plusieurs facteurs soient réunis pour qu’un choc toxique se produise. Explications.

Qu’est ce que le Syndrome du Choc Toxique ?

Pas de psychose du tampon, ce syndrome du choc toxique touche environ 4% des femmes réglées… Le problème étant qu’il ne prévient pas ! Le SCT est en fait une septicémie causée par la toxine TSST-1, qui provient elle-même du staphylocoque doré. 10 à 40% des êtres humains portent ce staphylocoque doré et parmi cette population, 4% sont des femmes !

A LIRE AUSSI :
Silk'n Stop Period promet la fin des douleurs menstruelles

En France, on recense environ 20 cas par an qui, heureusement n’entraînent pas tous une issue fatale. Cependant, il peut en découler de graves séquelles allant jusqu’à l’amputation d’un membre. Lauren Wasser, mannequin a perdu ses deux jambes à la suite d’un choc toxique ! Elle milite depuis contre l’utilisation des tampons hygiéniques !

Comment se produit-il ?

On estime qu’une femme utilisant des tampons en consomme environ 11 000 dans sa vie… 11 000 risques donc, de provoquer un choc toxique ! Si certains médecins remettent en cause la composition du tampon, d’autres pensent que c’est la stagnation du tampon (ou de la coupe menstruelle) qui pourrait provoquer le SCT.

Le sang stagne à l’intérieur du vagin et développe des bactéries dont découle l’infection. La composition des tampons reste cependant très vague quant aux additifs, encres ou colorants… On connaît tout au plus les matières premières telles que viscose ou coton ! La cup menstruelle est également mise en cause quant au développement interne des bactéries, malgré le côté écologique et bon pour la santé qui l’entoure !

Les conseils pour l’éviter :

Afin d’éviter le SCT, il est conseillé de ne pas garder le tampon ou la cup plus de 4h et donc de ne pas en porter la nuit ! Et bien sûr il existe des alternatives écologiques et plus sûres que les produits intravaginaux… Les serviettes hygiéniques jetables ne présentent aucun risque de SCT puisque le sang s’écoule naturellement. D’autres alternatives existent également : les culottes menstruelles, parfaitement filtrantes et sans aucun danger concernant le SCT. Mais également les serviettes hygiéniques réutilisables. On en trouve aujourd’hui de nombreux modèles à prix très raisonnables… Cela demande peut-être quelques manipulations supplémentaires (lavage, séchage) mais ne vaut-il pas mieux que de perdre la vie à cause d’un tampon ou d’une cup !

Photo de couverture Ocskay Bence / Shutterstock

Intimate Portal Femme Culottes de Coton Menstruelles Slips Règles - Doit Utiliser avec des Serviettes Hygiéniques ou Tampons
  • Protection anti-fuites : sous-vêtement de protection mi-haut pour femme avec protection arrière extra large et avant contre les fuites inattendues des bandes et tampons. Plus besoin de se salir les matraztes ou les taches peintes sur les vêtements.

Source
moustique.be
Tags

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer