Handicap / Inclusion

Vigilance, les masques en tissus artisanaux doivent être validés par des tests réels !

Une circulaire du 29 mars indique les masques en tissus artisanaux doivent être testés... et approuvés par une certification, sauf s'ils sont donnés gratuitement... ATTENTION donc aux masques en tissus payants, ils ne sont pas conformes à la vente !

Depuis quelques jours, les masques en tissus A VENDRE fleurissent sur les réseaux sociaux… Certaines couturières professionnelles ont peut-être vu là l’occasion d’augmenter un tant soit peu leurs chiffres d’affaires. C’est contestable mais presque normal finalement. Pourtant les masques en tissus artisanaux ne peuvent être vendus comme ça, sans test, sans certification.

Et c’est aussi presque normal finalement ! Les masques en tissus fabriqués maison doivent être obtenus gratuitement et fabriqués dans le cadre du bénévolat. Si les couturiers professionnels souhaitent les ajouter à leur catalogue, il faudra qu’ils soient certifiés avant ! Attention donc !

Les mesures de certification :

  • Faire réaliser des tests par un tiers compétent. Il faudra que ces tests démontrent les performances des masques (note interministérielle du 29 mars). Le couturier devra pouvoir présenter les résultats des tests aux autorités compétentes. Si les matériaux ont déjà été testés par un autre fabricant, il faudra présenter le rapport d’essai des matériaux.
  • Apposer d’un des logos de lavage, masque à usage unique ou résistant entre 5 et 50 lavages.
  • Demander la publication des résultats de ces essais par mail à dge@finances.gouv.fr
  • Indiquer les performances de filtration sur l’emballage
  • Fournir une notice d’utilisation (lavages, entretien du masque)

Une protection pour les usagers comme pour les fabricants !

Les artisans couturiers, souvent micro-entrepreneurs s’insurgent contre cette nouvelle mesure prise par le gouvernement. Mais en y réfléchissant bien, cette mesure ne protégerait-elle pas les artisans et les clients ? En effet, vendre des masques en tissus sous-entend qu’ils sont fiables, filtrants et donc efficaces. Si les masques vendus ne répondent pas à certains critères, il en va de la santé du client. Ce même client qui pourrait donc se retourner contre le fabricant (artisan ou industriel) en cas de défaillance.

Les masques en tissus fabriqués par des industriels passent une batterie de tests avant la vente et doivent répondre aux critères de filtration, de nombre de lavage etc… Et désormais il en est de même pour les masques artisanaux ! Qui plus est, les prix flambent sur les masques en tissus et ils devraient être encadrés d’ici peu. Ne vous jetez pas sur les masques en tissus non certifiés vendus sur le net… Ces masques en tissus doivent rester dans le cadre du bénévolat et uniquement du bénévolat.

En extrapolant un peu, imaginez que demain, il y ait une pénurie de préservatifs ! Pensez-vous vraiment qu’ils pourraient être fabriqués artisanalement sans certification ? Il en est de même pour les masques ! Attention !

Photo d’illustration De Logra / Shutterstock
Vigilance, les masques en tissus artisanaux doivent être validés par des tests réels !
Vigilance, les masques en tissus artisanaux doivent être validés par des tests réels !
Photo d’illustration De Anita_S / Shutterstock

Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page