Santé

Souffrez-vous de daltonisme ? Un test pour pour le dépister

Nous avons tous entendu un proche nous dire qu'il est Daltonien, ce trouble de la vision caractérisé par une mauvaise perception de certaines couleurs. Voici quelques explications.

Les troubles de la vue sont nombreux, mais il en est un, bien connu, qui intrigue beaucoup : le daltonisme. Cette modification de la vision des couleurs est, en réalité, un trouble héréditaire et très courant. Ce trouble de la vision touche 8 % d’hommes en France, et 0,45 % de femmes, selon le Syndicat National des Ophtalmologistes de France (SNOF). Un être humain peut, normalement, distinguer environ 15 000 nuances de couleurs. En décrivant les anomalies de couleurs qu’il constatait, le physicien John Dalton allait donner son nom à ce trouble héréditaire en 1798. Le daltonien ne perçoit donc pas toutes les nuances de couleurs, et nous avons l’habitude de penser qu’il confond le vert et le rouge. En réalité, c’est un peu plus complexe que cela. Décryptage.

Quelles sont les différentes formes de daltonisme ?

Dans la mesure où si l’on n’est pas daltonien, on ne peut pas percevoir les couleurs de la même manière, ce trouble de la vision intrigue. Et, nous devons bien reconnaître que l’idée d’un test daltonisme nous a souvent effleurés ! Verrions-nous du rouge à la place du vert ? Ou tout en noir et blanc ? En réalité, il existe trois formes courantes de daltonisme. La première forme est appelée protanope, et se traduit pour une absence de perception des flux de lumière rouge. La seconde forme est appelée deutéranope et se manifeste par la non-perception de la lumière verte. C’est la forme la plus répandue. Enfin, la troisième forme se nomme trinatope, soit une non-perception de la lumière verte et de la lumière jaune. C’est la forme la plus rare des trois.

Pomme rouge regardant dans le miroir et se voyant comme une pomme verte - Concept de daltonisme.
Pomme rouge regardant dans le miroir et se voyant comme une pomme verte – Concept de daltonisme. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Quelle est l’anomalie génétique à l’origine du daltonisme ?

Si le daltonisme est plus présent chez l’homme que chez la femme, c’est avant tout à cause de la génétique. En effet, la transmission se fait sur le chromosome X et est de type récessif. En d’autres termes, un garçon qui reçoit le gène de sa mère développera toujours le daltonisme, alors que sur une fille, il faudra qu’elle l’ait reçu de ses deux parents. Le daltonisme est causé par une déficience d’un ou de plusieurs cônes situés dans la rétine. Les cônes contiennent un pigment appelé opsine qui capte les longueurs d’onde des couleurs suivantes : bleu, rouge et vert. C’est donc l’altération de ce pigment ou son absence qui induit le daltonisme qui peut être, comme nous l’avons vu, traduit sous différentes formes.

Un ophtalmoscope sur un graphique de test de la vision des couleurs.
Un ophtalmoscope sur un graphique de test de la vision des couleurs. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Comment dépister le daltonisme et peut-on le soigner ?

Le daltonisme peut être dépisté dès l’âge de 6 ans, même si ce n’est pas une maladie dangereuse, ou qui provoque d’autres lésions. Cependant, elle peut handicaper la vie quotidienne d’un enfant qui ne percevra pas les mêmes choses que ces camarades. Concrètement, si vous êtes vous-même daltonien, il y a de fortes chances que votre enfant, le soit aussi. Il existe trois manières de dépister le daltonisme :

  • Le test d’Ishara a été mis au point par Shinobu Ishihara en 1917. Il consiste en une série de 38 planches qui permettent de détecter les anomalies de la vision des couleurs. Ce test est efficace pour identifier la plupart des déficiences colorimétriques, à l’exception des cas très rares de tritanopie. Les planches de ce test sont conçues avec une mosaïque de points de couleurs variées, apparemment agencés de manière aléatoire, au sein desquels une forme se distingue sur un arrière-plan. Si le patient ne parvient pas à détecter la forme, le daltonisme sera alors avéré.
  • Le test de Holmgren qui consiste à utiliser des laines de couleur (habituellement en rouge, vert et blanc) que le patient doit trier en fonction de la couleur.
  • L’anomaloscope de Nagel utilise une combinaison de lumières spectrales afin de permettre au patient de faire correspondre les couleurs qu’il perçoit.
  • Le test de Farnsworth consiste en un arrangement de 85 pastilles de couleur, disposées en quatre rangées, que la personne testée doit réorganiser selon un gradient de couleur spécifique.

À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement pour soigner le daltonisme. Seul le port de lunettes ou de lentilles disposant de filtre, peut atténuer la confusion des couleurs.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Publirédactionnel

Cet article sponsorisé a été rédigé en partenariat avec une marque ou un sponsor (collaboration commerciale).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page