Santé

Un médicament anti-cicatrice stimule les cellules productrices de collagène

Les bienfaits de l'alphaCT1 sur la cicatrisation des plaies sont notoirement connus. Mais les chercheurs ne sont pas encore parvenus à expliquer le mécanisme de fonctionnement de cette molécule.

Les cicatrices, qu’elles soient le résultat d’une simple opération ou de blessures graves, sont souvent désagréables. En plus d’être des marques déplaisantes, elles peuvent limiter l’élasticité de la peau. Dans le pire des cas, certains patients voient leur mobilité réduite.

La cicatrisation est un phénomène de régénération et de consolidation rendu possible par le collagène. Cette famille de protéines garantit la résistance mécanique des tissus à l’étirement. Sa production massive pendant la cicatrisation et la perte d’élastine — protéines responsables de l’élasticité des tissus — font que les cicatrices peuvent devenir problématiques.

Il y a une dizaine d’années, la découverte de l’alphaCT1 dans les laboratoires de l’Institut polytechnique et université d’État de Virginie, aux États-Unis, a considérablement amélioré le traitement des plaies. Une nouvelle étude permet désormais de mieux comprendre comment cette molécule contribue à la cicatrisation.

Un essai sur plusieurs patients

On doit cette étude à une équipe de Virginia Tech, dirigée par le professeur Robert Gourdie. Elle a été publiée dans le journal de la Fédération des sociétés américaines de biologie expérimentale. La recherche a consisté en une excision cutanée de 5 mm du biceps interne de chaque bras de 49 participants en parfaite santé. Les plaies ont ensuite été traitées avec des gels appliqués localement : un contenant de l’alphaCT1 et un autre sans la molécule.

À LIRE AUSSI :  Des scientifiques de l’UCLA ont réussi à relancer le cerveau de patients comateux grâce à des ultrasons

Après une période de cicatrisation de 29 jours, les marques des deux plaies ont été photographiées et biopsiées pour analyse. Dans les plaies traitées avec l’alphaCT1, le collagène qui constituait la cicatrice a pris la forme de bandes emmêlées. Cette configuration a permis au tissu de s’étirer dans toutes les directions, se comportant comme une peau qui n’avait jamais été blessée.

La danse des fibroblastes

En revanche, les plaies non traitées ont produit des cicatrices beaucoup moins souples. Les bandes de collagène étaient disposées parallèlement les unes aux autres. Des résultats similaires ont été observés chez les rats et les cobayes.

Un médicament anti-cicatrice stimule les cellules productrices de collagène
Gros plan sur l’épaule de la femme avec une cicatrice après l’opération. Crédit photo : Shutterstock /BLACKDAY

Les observations au microscope des cultures de cellules de peau ont permis de voir comment l’alphaCT1 agissait. La molécule étire les fibroblastes, les cellules productrices de collagène. Celles-ci reprennent ensuite leur forme d’origine et changent de direction. Les chercheurs de Virginia Tech appellent ce phénomène la danse des fibroblastes.

Des tests cliniques en phase 3

Le secret du pouvoir cicatrisant de l’alphaCT1 repose donc sur le comportement inhabituel des fibroblastes. Les essais cliniques de la molécule se situent en phase 3, ce qui constitue une étape supplémentaire vers la commercialisation.

À LIRE AUSSI :  Une nouvelle étude pourrait déboucher sur un traitement de la maladie de Parkinson

À noter que l’entreprise FirstString Research finance les travaux sur l’alphaCT1 depuis 2018. Elle se chargera également de la production et de la distribution du traitement à base de la molécule.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page