Science

Cerveau : des « gènes zombies » neuronaux s’activent après la mort

Jusqu’ici, nous pensions que la mort était la fin de tout, l’arrêt complet de notre corps – incluant toutes nos cellules, notre cœur, notre cerveau, etc – et sa destruction. Mais une nouvelle étude remet cette certitude en doute.

Même l’OMS (Organisation mondiale de la santé) définit la mort comme étant « la disparition irréversible de l’activité cérébrale ». Pourtant, en parlant d’activité cérébrale, des chercheurs ont révélé une nouvelle étude qui démontre que tous les gènes ne meurent pas au moment de la mort. Au contraire, certains semblent même plus vivants que jamais : les “gènes zombies”.

Cette nouvelle étude est parue dans le journal Scientific Reports. Elle révèle que certains gènes neuronaux présentent un pic d’activité après l’arrêt du cerveau. Cette activité intense se tiendrait jusqu’à 24 heures après la mort et les gènes concernés continueraient même de concevoir des cellules.

Des chercheurs de l’Université de l’Illinois à Chicago ont effectivement eu accès à des tissus cérébraux humains fraîchement collectés sur des personnes épileptiques qui avaient subi une chirurgie afin d’atténuer leurs crises. Par la suite, elles ont été mises dans un état de mort contrôlé et les scientifiques ont examiné les activités de leurs gènes au cours de 24 heures après leur « mort ».

Les gènes zombies se réveillent après la mort et continuent de réguler les fonctions vitales

Il a été observé que 80% des gènes analysés présentaient une activité stable durant 24 heures. C’étaient tous des gènes assurant les fonctions cellulaires de base. Néanmoins, un autre groupe de gènes présent dans les neurones s’était rapidement dégradé dans les heures suivant la mort. Ce sont les gènes impliqués dans la mémoire, la pensée et l’activité convulsive.

Un implant cérébral retranscrit en texte les pensées d'un homme paralysé avec une précision de 94 %
Cerveau : des « gènes zombies » neuronaux s'activent après la mort
Les gènes zombies se réveillent après la mort et continuent de réguler les fonctions vitales. Crédit photo : Shutterstock / mybox

En revanche, les chercheurs ont observé un troisième groupe de gènes qui ne se comportaient pas du tout comme les deux précédents. Les activités de ces gènes ont augmenté durant les heures suivant la mort, arrivant à leur pic d’activité 12 heures après la mort.

Ce sont les gènes zombies et selon le chercheur principal Jeffrey Loeb, ces gènes sont liés aux cellules inflammatoires appelées cellules gliales. Ces gènes zombies continuent ainsi de retranscrire des protéines et de réguler les fonctions vitales. Selon les chercheurs, ces cellules grandissent et construisent de longs appendices en forme de bras plusieurs heures après la mort.

L’organisme tente de revenir à la vie avec ces gènes zombies

Cette activité de certaines cellules après la mort est forcément intrigante. Mais Jeffrey Loeb explique que ce n’est pas étonnant étant donné que les cellules gliales « jouent un rôle inflammatoire et que leur travail consiste à nettoyer les dégâts après des lésions cérébrales comme une privation d’oxygène ou un accident vasculaire cérébral ».

En d’autres termes, l’organisme est leurré et croit encore que le processus de mort peut être inversé en réveillant les cellules inflammatoires. Une tentative de survie du corps que l’on peut même avoir déjà expérimenté de notre vivant puisqu’une étude parue en 2018 a révélé que certains neurones étaient plus actifs durant le sommeil, provoquant de mini-réveils.

Quand la science s'intéresse aux enfants réincarnés et à la vie après la mort

Arielle Lovasoa

Je me retrouve dans les mots de Françoise Giroud dans Lou: Histoire d'une femme libre: "C'est une fille irréductible qui n'en fait et n'en fera jamais qu'à sa tête, non pas par caprice mais par nature". A cela, j'ajouterai le sage conseil de Confucius, mon leitmotiv: "Si tu veux profiter de ta vie, apprends à profiter de ta simple journée"

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page