Science

Découverte scientifique : l’homme aurait acquis une caractéristique surprenante au cours de son évolution

Une étude scientifique révèle une nouvelle spécificité qui sépare les humains des autres primates.

Les singes et les humains ont un ancêtre commun. Ce n’est pas vraiment une nouvelle, tant les similitudes entre les humains et les primates sont nombreuses. Une nouvelle étude d’Herman Pontzer, professeur associé d’anthropologie évolutionniste à l’université de Duke serait à l’origine d’une nouvelle caractéristique surprenante sur l’évolution humaine.

Et cela viendrait de la forme de notre nez ! Nos ancêtres les primates possédaient un nez beaucoup plus évasé que notre appendice actuel… Et ce rétrécissement nasal aurait pour bénéfice de nous permettre de consommer entre 30 et 50% d’eau de moins que les primates dont nous descendons !

Notre position de « bipède à station verticale » fait de nous des être spéciaux dans les espèces animales. Mais l’utilisation de l’eau est une différence majeure entre notre corps et celui d’un animal. D’après l’étude parue dans Current Biology, cette faculté à utiliser moins d’eau viendrait des chasseurs-cueilleurs qui devaient toujours parcourir de plus en plus de distance pour s’approvisionner. Et sans forcément de sources d’eau à proximité. N’oublions pas que les premiers hommes vivaient sous des climats bien plus arides qu’aujourd’hui, et consommer moins d’eau leur aurait rendu service !

Immortalité : pouvons nous retarder le processus de vieillissement indéfiniment ?

Une étude sur un panel « actuel »

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont choisi 309 personnes d’horizons différents :

  • Agriculteurs
  • Chasseurs – Cueilleurs
  • Employés de Bureau

Ces humains ont été comparés à 72 singes répartis dans les zoos et les sanctuaires. Les scientifiques ont alors calculé l’apport en eau de chaque personne participant à l’étude, qu’il provienne de boissons ou de nourriture. Ils ont également suivi la quantité d’eau perdue par l’urine, la sueur ou le tractus gastro-intestinal.

Après la synthèse de tous ces éléments, les résultats sont sans appel : entre la perte d’eau et l’apport en liquide, l’humain consomme environ 3 litres chaque jour… Les chimpanzés ou gorilles, eux, en consomment 6 litres !

Découverte scientifique : l'homme aurait acquis une caractéristique surprenante au cours de son évolution
Notre corps s’est adapté pour avoir besoin de moins d’eau tout en restant en bonne santé. Crédit photo : Shutterstock / Great Pics – Ben Heine

Pourtant les humains semblent transpirer plus que les animaux ! La différence viendrait de nos glandes sudoripares, dix fois plus développées chez l’humain que chez le chimpanzé. Mais nous sommes aussi bien plus actifs que les singes de zoos ou de sanctuaires !

Mais alors pourquoi consommons-nous moins d’eau ?

Les chercheurs pensent que la différence est liée au mécanisme d’évolution. Notre corps s’est adapté pour avoir besoin de moins d’eau tout en restant en bonne santé. Et cette différence viendrait en partie de la forme de notre nez ! Concrètement, notre nez forme une protubérance que les singes n’ont pas. Notre nez rejette de la vapeur d’eau mais sa forme fait qu’elle s’accumule à l’intérieur et est réutilisée par notre corps… Ce qui n’est pas le cas avec les singes qui possèdent un nez plat, la vapeur d’eau expiré est immédiatement rejetée dans l’air !

L'homme serait génétiquement équipé pour transformer sa salive en venin

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Il faut vraiment avoir la FOI, pour croire que l’homme a évolué des espèces primates.

    Moi, j’ai ne pas assez de foi pour croire à cette hipothèse évolutive.

    L’évolution des espèces continue à être une théorie….pour moi une théorie absurde.

  2. La foi religieuse est ignorée de la science, laquelle n’a rien à en dire. Sauf à étudier le cerveau d’un croyant en cours de prière…
    Vous qualifiez de théorie des faits avérés.
    En tout dernier, j’ai lu le livre de David Reich, un généticien qui a étudié le génome de nos ancêtres comme de nous-mêmes (maintenant) depuis deux millions d’années.
    Non, l’homme ne descend pas du signe. Le chimpanzé est notre plus proche cousin, mais il a régressé… quand l’homme a progressé.
    Autre point très important de ce livre : nous nous sommes tellement mélangés dans tous les sens (depuis au moins ces deux millions d’années), que les “théories” ou mêmes “les fois” dans les racismes sont pulvérisées à tout jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page