Science

Göbleki Tepe : vieux de 12 000 ans, « le plus vieux sanctuaire connu de l’humanité » continue de livrer ses secrets

Ce temple de pierre mystique aurait été construit par des groupes de chasseurs-cueilleurs du Néolithique précéramique. Ces mégalithes auraient vraisemblablement été utilisés pour des rituels et des évènements collectifs.

Des monuments très anciens comme le sanctuaire Göbleki Tepe témoignent du génie créatif des sociétés préhistoriques. En effet, ce site a été découvert en 1965 par l’archéologue allemand Klaus Schmidt. Puis, il a été étudié à partir de 1994. Il est classé Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2018. Ce trésor archéologique est situé dans la chaîne montagneuse de Germuş, en Anatolie du Sud-est, en Turquie. Il aurait été érigé entre 9 600 et 8 200 avant notre ère, à la fin du dernier âge glaciaire. Cette époque aurait été marquée par l’une des plus importantes transitions de l’histoire de l’humanité. Les populations auraient effectué leurs premières expériences agricoles en domestiquant des céréales sauvages et en les croisant. Ils auraient également commencé à pratiquer une religion d’un nouveau genre. À travers cet article, nous vous proposons de découvrir ce site monumental.

Une série de menhirs imposants et ornés de bas-reliefs

Bâti au sommet d’une crête de montagne calcaire, le sanctuaire Göbekli Tepe (colline ventrue) occupe un site de 9 ha et de 300 m de diamètre. Par ailleurs, il aurait été utilisé par une « amphictyonie », une sorte de ligue regroupant quelques communautés locales. Il est composé de structures monolithiques en forme de T, disposées en cercles. Ces étranges menhirs ou piliers en pierre calcaire s’élèvent jusqu’à 5,5 m de haut. Bien que les humains n’aient pas encore développé des outils en métal à cette époque, ils ont réussi à réaliser ce projet architectural monumental. Certains monolithes massifs constituent de surprenantes représentations des humains, avec des bas-reliefs montrant des mains, des pagnes, des ceintures, etc. Les autres piliers sont soigneusement sculptés d’animaux sauvages tels que des sangliers, des renards, des vautours, des lions et des scorpions.

La structure A
La structure A. Crédit photo : Wikimedia / Par Klaus-Peter Simon — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

Bien d’autres éléments architecturaux et artistiques surprenants

Sur le sanctuaire Göbleki Tepe, on trouve aussi des murs d’enceinte en pierre, interrompus à intervalles réguliers par des piliers moins hauts que ceux installés au centre du site. Plusieurs statues et figurines en pierre, ainsi que des œuvres parées de divers symboles et représentations artistiques y ont été fouillées. Ces découvertes démontrent que des artistes existent bel et bien dès la Préhistoire.

Photographie aérienne montrant les principales zones de fouilles du site archéologique néolithique de Göbekli Tepe.
Photographie aérienne montrant les principales zones de fouilles du site archéologique néolithique de Göbekli Tepe. Crédit photo : / Wikimedia German Archaeological Institute, photo E. Kücük. — Dietrich L, Meister J, Dietrich O, Notroff J, Kiep J, Heeb J, et al. (2019) Cereal processing at Early Neolithic Göbekli Tepe, southeastern Turkey. PLoS ONE 14(5): e0215214.  Copyright: © 2019 Dietrich et al, CC BY 4.0,

Ils se sont certainement inspirés de la nature, du paysage, des animaux sauvages et du mode de vie des communautés locales. Une équipe d’archéologues a, d’ailleurs, trouvé une statue de sanglier grandeur nature sur ce site préhistorique. Elle a été surprise par la découverte de résidus de pigments rouges, noirs et blancs à la surface de cet objet. Il s’agirait donc de la première « statue peinte » connue du Néolithique. Celle-ci a été placée sur un banc décoré de symboles et d’images.

L’utilisation des matériaux présents dans la nature

Les anciens bâtisseurs avaient exploité des ressources naturelles présentes dans l’environnement lors de la construction de ce site complexe. En effet, les pierres calcaires utilisées sur place étaient certainement puisées dans les montagnes environnantes. Sur sa page LinkedIn, Maxime Blondeau, cosmographe et entrepreneur, a notamment donné son avis sur cet ancien complexe architectural, en disant que la méthode employée à cette époque lointaine pourrait être à l’origine des dérèglements écologiques.

Le chantier de fouilles, zone principale, vue au sol depuis l'est : au premier plan en contrebas, sont visibles les structures du niveau II, l'enclos C à gauche et l'enclos D à droite ; au second plan, structures du niveau II.
Le chantier de fouilles, zone principale, vue au sol depuis l’est : au premier plan en contrebas, sont visibles les structures du niveau II, l’enclos C à gauche et l’enclos D à droite ; au second plan, structures du niveau II. Crédit photo : Wikimedia / Rolfcosar — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

D’ailleurs, cela continue jusqu’à présent. L’exploitation des ressources naturelles telles que le sable et les graviers se poursuit dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Néanmoins, des chercheurs travaillent à développer des alternatives plus écologiques à ces matières premières non renouvelables. Pour avoir plus de détails sur Göbekli Tepe, Göbekli Tepe (Wikipédia). Que pensez-vous de cette découverte ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
linkedin.com

Tsiory Laurence

Titulaire de Licence en communication et en langue française, j’exerce le métier de rédactrice francophone web depuis une dizaine d’années. Avant de rejoindre l’équipe de rédaction de Neozone, j’ai collaboré avec quelques agences de communication web locales, ce qui m’a permis de consolider mon expérience et mes connaissances en matière de création de contenus web. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris afin de vous fournir des informations, des solutions, des conseils ou des idées pour nous faire avancer. Je suis capable de traiter divers thèmes, mais je préfère surtout les sujets autour de l’innovation, de la technologie, du voyage, de l’immobilier et des actualités en général. À travers les articles que je rédige pour Neozone, j’espère vous faire connaître des inventions et des produits utiles au quotidien, ainsi que des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’Homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficace. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page