Science

Le mystère enfin percé ? Le géocroiseur Oumuamua ne serait ni un astéroïde ni une sonde extraterrestre…

Les origines et la nature du visiteur stellaire repéré en 2017 font débat depuis qu’un professeur de Harvard a publié plus tôt cette année un livre affirmant qu’il s’agissait d’une sonde extraterrestre. Une nouvelle étude vient alors d’émerger, fournissant des éléments de réponse alternatifs face aux nombreuses questions qu’on se pose au sujet d’Oumuamua.

En dépit de l’hypothèse formulée par Avi Loeb qui suggère dans son livre « Extraterrestrial: The First Sign of Intelligent Life Beyond Earth » publié en janvier dernier qu’Oumuamua était une sonde extraterrestre, le mystère reste entier pour cette chose observée dans les confins du système solaire en 2017.

L’objet s’est d’ailleurs déplacé à très grande vitesse (à plus de 315 000 km/h) suivant une trajectoire laissant penser qu’il provenait d’un autre système stellaire. Mais de quoi s’agissait-il réellement ?

Une nouvelle théorie

Dans l’espoir de trouver des explications plus concrètes, des scientifiques sont actuellement à pied d’œuvre et une équipe vient justement de publier deux articles fournissant une nouvelle théorie. Ayant été portée à la connaissance du public dans une revue de l’American Geophysical Union, celle-ci avance qu’Oumuamua n’était pas un vaisseau extraterrestre, mais plutôt un éclat provenant d’une petite planète appartenant à un autre système stellaire.

« Nous avons probablement résolu le mystère d’Oumuamua. Nous pouvons raisonnablement l’identifier comme un morceau d’un “exo-Pluton”, une planète semblable à Pluton dans un autre système solaire », a déclaré dans un communiqué Steven Desch, astrophysicien à l’université d’état d’Arizona et co-auteur de l’étude.

La conséquence d’une collision ?

Les recherches effectuées par Desch et ses collaborateurs ont montré qu’Oumuamua était probablement le fruit d’une collision d’un objet spatial avec sa planète mère. La collision en question se serait produite il y a à peu près 500 millions d’années. L’objet aurait alors été projeté dans notre système solaire.

À LIRE AUSSI :
Cygnus X-1 : le premier trou noir jamais découvert est bien plus grand et plus massif qu’on ne le pensait
Le mystère enfin percé ? Le géocroiseur Oumuamua ne serait ni un astéroïde ni une sonde extraterrestre...
La conséquence d’une collision ? Crédit photo : Shutterstock / Dotted Yeti

Les chercheurs pensent qu’il s’agit d’un bloc d’azote gelé avec une composition plus ou moins identique à celle de la surface de Pluton et de Triton. L’équipe a également découvert qu’Oumuamua est entré dans notre système solaire en 1995. Mais à mesure qu’il se rapprochait du Soleil, son corps gelé se vaporisait. Raison pour laquelle l’étude suggère que l’objet avait déjà perdu 95 % de sa masse au moment de sa découverte en 2017.

Ni un vaisseau extraterrestre ni une comète, ni un astéroïde

À cause de sa vitesse particulièrement élevée, les scientifiques n’ont eu que quelques semaines pour observer Oumuamua. Et en plus de sa position très éloignée de la Terre, le corps céleste ne mesurait qu’à peu près 34 mètres de large pour environ 400 mètres de long.

Tout cela a rendu difficile la détermination de sa vraie nature. Pour les auteurs de cette nouvelle étude, l’objet n’était donc ni un vaisseau spatial ni une comète. En effet, il n’a émis aucune trainée de gaz comme le font habituellement les comètes. Sa vitesse, sa trajectoire et sa rotation ne pouvaient pas être expliquées par la gravité seule, suggérant qu’il ne s’agissait pas non plus d’un astéroïde. Reste à savoir si certains insisteront toujours sur la thèse de la sonde extraterrestre !

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page