Science

L’effet Matilda ou quand les qualités scientifiques d’une femme sont minimisées au profit d’un homme

Certaines femmes sont à l'origine de découvertes scientifiques incontournables comme Pulsar ou l'ADN ! Pourtant le fruit de leurs travaux a été attribué... à des hommes !

Même si aujourd’hui, la tendance commence à s’inverser, il apparaît souvent que les femmes scientifiques sont moins reconnues que leurs homologues masculins. Faut-il être un homme pour être scientifique ? La « non-reconnaissance » des femmes scientifiques, cela porte un nom : l’effet Matilda.

Cette théorie nous vient de Margaret Rossiter dans les années 80. Elle explique que lors de recherches scientifiques menées par des femmes, celles-ci profitent moins de leurs retombées, et que les lauriers de la gloire reviennent souvent aux hommes ! Quant aux prix Nobel, les femmes en sont souvent tout simplement évincées : 57 femmes nobélisées contre 871 hommes… Le constat est flagrant !

À LIRE AUSSI :  Cage à bébés, bride de mégères, paille de réanimation anale... Voici les pires inventions qui n’ont (heureusement) pas marqué l’Histoire

Citons par exemple la biologiste Rosalind Franklin, physico-chimiste et pionnière de la biologie moléculaire. Elle est la première à publier un rapport sur l’ADN. Sa découverte lui sera volée par Watson et Crick. Elle ne recevra un prix qu’en 2008, à titre posthume et 50 ans après son décès.

Ou encore Jocelyn Bell, astrophysicienne britannique. Elle est la première à découvrir Pulsar (objet astronomique produisant un signal périodique). Mais c’est son directeur de thèse Antony Hewish qui obtiendra le Nobel de Physique en 1974 à la place de Jocelyn Bell !

La théorie de l’effet Matilda

Margaret Rossiter, historienne des sciences, s’intéresse dans les années 80 à la théorie de Robert King Merton nommée « l’effet Mathieu ». Cette théorie fait référence à un verset de l’évangile selon Mathieu : « Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a.”

À LIRE AUSSI :  D'après cette étude, la consommation raisonnable de café diminuerait le masse graisseuse chez les femmes !

Elle reprend donc ce concept mais va encore plus loin. Selon elle, l’effet Mathieu est démultiplié dès lors qu’il s’agit de recherches scientifiques féminines ! Elle nomme sa théorie l’effet Matilda en référence à Matilda Joslyn Gage qui avait déjà remarqué à la fin du 19ème siècle que les hommes accaparaient l’intellectualité des femmes !

Connaissez-vous l'effet Matilda ? C'est le déni ou la minimisation de la contribution des femmes scientifiques à la…

Publiée par Norédine Benazdia sur Mercredi 7 octobre 2020

Et cela ne date pas d’hier !

Trotula de Salerne, une femme médecin et chirurgienne publia plusieurs ouvrages sur la santé des femmes. L’un de ses livres «Le Soin des maladies des femmes » fût un ouvrage de référence, traduit en plusieurs langues… Pourtant les livres de Trotula de Salerne ont tous été attribués à des savoirs masculins ! Il serait peut-être temps que les femmes soient reconnues à leur juste valeur intellectuelle… La science ou la physique ne sont pas réservées aux hommes !

Photo de couverture Solis Images / Shutterstock

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page