Science

Les scientifiques ont développé un capteur de gravité quantique pour examiner les profondeurs de la Terre

Aucune technologie ne permet encore d’observer efficacement les entrailles de la Terre. Au vu de cette réalité, une équipe d’experts a inventé l’«Edison Moment», un capteur de gravité qui exploite la puissance de la physique quantique pour examiner les profondeurs de notre planète.

Ce gradiomètre à gravité quantique est une version améliorée des capteurs de gravité traditionnels. L’Edison Moment tire son nom de celui du grand inventeur Thomas Alva Edison. Au cas où vous ne le sauriez pas encore, ces dispositifs permettent d’étudier les petites différences dans les positions d’ondes lumineuses identiques. Les capteurs de gravité classiques sont efficaces pour examiner les structures de grande envergure. Toutefois, lorsqu’il s’agit de petits objets cachés, les choses deviennent plus complexes en raison du scintillement et des secousses du sol, pour ne citer que ces phénomènes. Le nouveau capteur résout ce problème.

Comment fonctionne le gradiomètre à gravité quantique ?

D’après un rapport publié dans la revue Nature, le gradiomètre à gravité quantique offre une meilleure précision grâce à l’ajout d’un filtre spécial qui élimine les parasites dus aux vibrations, à l’activité magnétique et aux variations thermiques sous terre. Concrètement, ce composant utilise le principe ondulatoire des atomes dans les nuages ultra-froids en chute libre. En observant ces caractéristiques très difficiles à percevoir, les scientifiques peuvent détecter les cavités sous la surface de la planète. Lors d’un essai en condition réelle, le nouveau capteur a permis de mettre en évidence un tunnel situé à un mètre sous le sol. En outre, il présente de multiples avantages, à commencer par son coût de fabrication moins cher, sa rapidité d’exécution et ses fonctionnalités plus vastes pour la cartographie.

À LIRE AUSSI :
Selon cette étude, certaines bactéries utilisent des effets quantiques pour survivre
Le noyau de la terre
Crédit photo : Shutterstock / cigdem

Une percée importante selon les scientifiques

Le physicien Kai Bongs, de l’Université de Birmingham au Royaume-Uni, place de grands espoirs dans cette invention. D’une part, le capteur de gravité quantique permettra de cartographier avec plus de précision la géographie souterraine de notre planète; d’autre part, il pourra servir pour prédire certains types de catastrophes naturelles, comme les éruptions volcaniques. Le géophysicien George Tuckwell insiste de son côté sur la nécessité d’étudier les conditions du sol pour mener à bien des projets de construction : chantiers miniers, tunnels, logements, etc.

Les limites du gradiomètre à gravité quantique

L’apparition de ce capteur de gravité qui exploite la puissance de la physique quantique est un pas de plus vers une étude plus approfondie des entrailles de la Terre. Cependant, la portée de la technologie reste encore limitée. L’efficacité de la mesure varie selon la taille et la position des structures souterraines ciblées. Les chercheurs sont néanmoins optimistes et les travaux se poursuivent pour perfectionner le dispositif. Les ingénieurs s’attendent notamment à ce que le gradiomètre arbore une sensibilité 100 fois supérieure à celle de la version actuelle d’ici dix ans.

Source
indiatimes.com

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page