Science

La magnétosphère a perdu environ 9 % de son intensité, faut-il craindre son affaiblissement ?

La magnétosphère perd en intensité de manière progressive depuis plusieurs siècles; le phénomène se produirait tous les 200 millions d’années.

Pour que la vie existe sur une planète, cette dernière doit être à l’abri des radiations cosmiques et posséder une atmosphère respirable. La Terre offre de telles conditions grâce à la magnétosphère: il s’agit d’une sorte de bulle massive entourant la planète.

Sa fonction est de nous protéger des particules solaires et cosmiques et de maintenir l’atmosphère; elle doit son existence au champ magnétique terrestre. Étant donné l’importance évidente qu’elle revêt pour notre survie, nous ne pouvons pas nous permettre de la perdre. Pourtant, la magnétosphère a perdu environ 9 % en intensité au cours des deux derniers siècles.

Pas de quoi s’inquiéter

Selon un article récemment publié dans la revue Pnas, ce constat n’a rien d’alarmant. D’autant que les auteurs de la nouvelle étude, qui sont des chercheurs de l’université de Liverpool au Royaume-Uni, affirment que le phénomène est périodique: il devrait en effet être suivi d’un regain d’intensité.

La magnétosphère s'affaiblit et se renforce tous les 200 millions d'années
Photo d’illustration. Crédit image : Shutterstock / VectorMine

L’étude de l’histoire à long terme de la magnétosphère est difficile, car les matériaux qui peuvent aider les scientifiques à comprendre son évolution se trouvent dans les entrailles de la Terre. Or, ils sont continuellement détruits par les activités internes de la planète, notamment la tectonique des plaques.

Il y a 10 000 ans la Terre a été transformée à 75% par les Hommes, et cela fut bénéfique pour la planète

Les auteurs de la recherche ont donc développé une nouvelle méthode, à savoir l’analyse paléomagnétique thermique et micro-ondes. La combinaison de ces deux techniques a permis d’en apprendre davantage sur deux coulées de lave situées dans l’est de l’Écosse. Les chercheurs de l’université britannique ont vérifié la fiabilité de leur méthode en réanalysant des échantillons collectés lors de précédentes études: ceux-ci dataient de 200 à 500 millions d’années, ce qui a confirmé la validité de leurs calculs.

Un cycle de 200 millions d’années

À en croire les résultats de la recherche, il existe un cycle d’environ 200 millions d’années dans l’évolution de la magnétosphère, et le phénomène serait lié à des processus terrestres profonds. L’équipe de recherche de l’université de Liverpool a identifié une période appelée dépression dipolaire du Paléozoïque moyen, entre 332 et 416 millions d’années, au cours de laquelle le champ magnétique de la Terre représentait moins de 25 % de son niveau actuel. De plus, cette période précédait directement une phase de stabilité magnétique d’environ 50 millions d’années.

Un affaiblissement avec certaines conséquences

La nouvelle étude montre que l’affaiblissement de notre magnétosphère n’est pas un phénomène sans précédent. Toutefois, cela ne signifie pas que ces périodes de baisse sont sans conséquence: « Nos observations soutiennent l’idée que l’affaiblissement du champ magnétique est associé à inversion des pôles », notent les auteurs de la recherche.

La disparition de Neandertal liée à l'inversion magnétique des pôles il y a 42 000 ans ?

Si une inversion des pôles se produit, les conséquences seraient terribles. Le processus peut prendre des milliers d’années et pourrait affecter nos appareils électroniques et la vie de certaines espèces animales qui ont besoin du champ magnétique terrestre pour s’orienter. La surface de la planète pourrait également être davantage exposée aux rayonnements cosmiques.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page