Pourquoi dit-on gaucher contrarié ?

Un gaucher obligé de devenir droitier est appelé « gaucher contrarié ». Ce changement de latéralité est en partie dû à l’environnement dans lequel il vit et peut entraîner divers troubles tels que le bégaiement ou le strabisme.

Longtemps, au Moyen-Orient, en Afrique et dans de nombreux pays européens tels que la France, la main gauche était considérée comme maudite et ne devait en aucun cas être utilisée pour écrire, tenir une cuillère ni réaliser d’autres tâches quotidiennes. Aujourd’hui, les mentalités ont évolué et le nombre de gauchers est en augmentation. D’après une étude, les personnes ayant cette latéralité représentent environ 13 % de la population française, un chiffre en hausse depuis quelques décennies. Toutefois, bien qu’ils soient mieux acceptés par la société, de nombreux gauchers restent contrariés pour diverses raisons, que ce soit en France ou dans un autre pays d’Europe.

Qu’est-ce qu’un gaucher contrarié ?

Un gaucher contrarié est une personne utilisant de manière naturelle sa main gauche pour écrire ou réaliser d’autres tâches, mais qui a été obligée de changer de latéralité pour des raisons pouvant être liées à la culture ou à la religion. Le terme « contrarié » fait référence, entre autres, à l’interdiction de se servir de la main dominante, mais également aux conséquences qu’elle peut entraîner. En effet, bien que certains gauchers n’éprouvent aucune difficulté à privilégier leur main droite dans leurs activités quotidiennes, d’autres peuvent être agacés, désespérés et ressentir une gêne plus ou moins importante. Dans certains cas, ils subissent des troubles tels que des bégaiements, un strabisme, des tics ou des difficultés à écrire. Pour information, un gaucher contrarié ne devient jamais totalement droitier, malgré les interdictions et les pressions qu’il subit.

26 % des enfants nés gauchers ont des parents gauchers.
Près de 26 % des enfants nés gauchers ont des parents gauchers. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Des gauchers contrariés à cause d’un système conçu pour les droitiers

La religion et la culture ne sont pas les seules raisons qui imposent les gauchers à délaisser leur main dominante. Bien que les mentalités aient changé et que la tolérance occupe une place prépondérante dans de nombreuses sociétés, l’environnement dans lequel ils vivent les incitent, dans une certaine mesure, à s’auto-contrarier. En effet, dans des pays tels que la France, le système est surtout conçu pour les droitiers et oblige les gauchers à fonctionner comme ces derniers. Dans le cas d’un texte, par exemple, la lecture doit normalement se faire de gauche à droite.

Ce qui peut entraîner des difficultés chez les gauchers, dont le sens d’ouverture est de droite à gauche. Si certains d’entre eux parviennent à fonctionner comme des droitiers, tout en conservant l’utilisation de leur main dominante, d’autres s’auto-contrarient. Par ailleurs, pour favoriser l’adaptation des enfants qui ont cette latéralité, de nombreux parents et éducateurs les encouragent à privilégier leur main droite, sans connaître les conséquences de ce changement.

Gaucher, mais droitier du cerveau, L’hémisphère droit régit la vie des gauchers, quand le gauche régit celle des droitiers.
Gaucher, mais droitier du cerveau, L’hémisphère droit régit la vie des gauchers, quand le gauche régit celle des droitiers. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Les bienfaits d’un retour à la main dominante pour un gaucher

Pour un gaucher contrarié, réapprendre à utiliser sa main dominante est une excellente source d’épanouissement et de bien-être. Tout d’abord, ce processus permet d’améliorer l’estime de soi et de gagner en confiance. Par ailleurs, il peut contribuer au traitement de certains troubles entraînés par le changement de latéralité, tels que le bégaiement. Toutefois, revenir à sa main préférée est une opération pouvant être relativement longue et compliquée, surtout chez les gauchers qui sont déjà habitués à privilégier leur main droite dans la réalisation de leurs activités quotidiennes. Tout d’abord, il est nécessaire de les suggérer et de les conseiller, de se réconcilier avec leur latéralité. Ensuite, il faut considérer leur état d’esprit, les éventuelles prescriptions thérapeutiques relatives aux troubles qu’ils subissent et consulter un expert en écriture, si besoin est. Êtes-vous un gaucher contrarié ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
lesgauchers.compsychologies.com

Raharisoa Saholy Tiana

Je m’appelle Tiana et je suis rédactrice web professionnelle. J’ai une affinité particulière pour les sujets d’actualités et sur tout ce qui a trait à l’environnement, à l’innovation et au lifestyle. Depuis plusieurs années, j’ai couvert un large éventail de sujets liés entre autres aux questions environnementales et aux nouvelles technologies. Chez Neozone, j’interviens pour vous faire découvrir ces sujets fascinants, qui peuvent apporter de grands changements dans la société et qui méritent d’être mis en lumière. De nature curieuse et créative, j’ai toujours voulu devenir une journaliste web francophone. Après avoir obtenu mon diplôme de maîtrise en droit privé à l'université d’Antananarivo, j’ai décidé de me former aux métiers de la rédaction. J’ai commencé dans une agence web locale, avant de me lancer dans le « freelancing ». Cela fait plus de 10 ans que j’évolue dans ce secteur, en collaborant notamment avec de nombreuses agences et sites internationaux. Cette citation de Léon Trotsky m’inspire et me motive au quotidien : « La persévérance, c'est ce qui rend l'impossible possible, le possible probable et le probable réalisé. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page