Art / Design

Prvok : une maison flottante écologique et autosuffisante imprimée en 3D et en seulement 48 heures

En République tchèque, l’impression 3D va être utilisée pour construire une petite maison parfaitement fonctionnelle et autosuffisante en moins de deux jours.  

L’impression 3D continue à faire ses preuves dans le secteur de la construction : en République tchèque, un studio d’architecture et une société de construction vont utiliser la technologie d’impression 3D pour construire une petite maison en seulement 48 heures.

Baptisée « Prvok », il s’agit d’une maison qui présente la particularité de pouvoir être construite sur Terre… mais aussi sur l’eau. Nous avons en effet affaire à une « maison flottante » imprimée en 3D sur un ponton qui permet de « voguer » vers des destinations de rêves.

Une maison autosuffisante qui a tout pour plaire : Prvok est un ambitieux projet lancé par Michal Trpak du studio d’architecture Scoolpt, en étroite collaboration avec une société de construction filiale du groupe Erste. Ensemble, ils ont imaginé une petite maison de 43 m² avec trois pièces : une chambre, une salle de bains et un salon avec cuisine intégrée.

Fixée à un ponton, la maisonnette a été pensée pour être écologique et autosuffisante, en embarquant notamment différentes éco-technologies : elle est par exemple dotée d’un toit vert, et intègre également des systèmes de récupération d’eau, une douche à recirculation ou encore des réservoirs d’eau potable et d’eau courante.

À LIRE AUSSI :  Brette Haus : cette mini maison pliable est... adorable !

Comment ça marche ?

Chaque maisonnette Prvok est construite à l’aide d’un bras robotisé qui est capable de déposer une couche de béton à une vitesse de 15 cm par seconde. Il s’agit d’un tout nouveau type de béton qui est enrichi en fibres de nano-polypropylène et en plastifiants : il présente la particularité d’être plus malléable, mais aussi de durcir beaucoup plus rapidement que le béton classique. Tout ça pour permettre de construire une structure solide, capable de tenir pendant 100 ans, et qui, en fin de vie, peut servir à construire une nouvelle maison !

Révolutionner l’industrie de la construction

Avec les maisons Prvok, Michal Trpak et le groupe Erste ont pour but de « changer à jamais l’industrie de la construction ». L’impression 3D permet en effet de réduire les coûts de construction : elle réduit notamment le gaspillage de matière première, mais aussi (et surtout) en permettant un processus de construction ultra-rapide. Il ne faudrait en effet compter que 48 heures, soit deux jours, pour bâtir une maison entière.

En plus d’être rapide, le processus de construction permet également d’économiser sur la main d’œuvre (25 ouvriers seulement contre 65 pour les méthodes de construction traditionnelles), mais aussi de réduire l’émission de carbone d’au moins 20 %.

À LIRE AUSSI :  Le Tipi Français : une "maison en A" en kit et en bois qui s'installe en seulement 2 jours !
Crédit photo : prvokodburinky
Prvok : une maison flottante écologique et autosuffisante imprimée en 3D et en seulement 48 heures
Prvok : une maison flottante écologique et autosuffisante imprimée en 3D et en seulement 48 heures

Les maisons imprimées en 3D ont le vent de la poupe

À l’heure où des millions de gens à travers le monde vivent en dessous du seuil de pauvreté, la technologie d’impression 3D offre une alternative intéressante pour leur construire rapidement des maisons confortables et fonctionnelles.

La technologie est d’ailleurs au cœur du projet de l’ONG ECHALE pour la construction d’un village entier imprimé en 3D dans l’État de Tabasco au Mexique. En tout cas pour ce qui est des maisons flottantes Prvok, les premières constructions ont commencé début juin. Si tout se passe bien, des gens pourront s’y installer dès le mois d’août.

Andy RAKOTONDRABE

Il n’y a pas de réussites faciles ni d’échecs définitifs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page