Astuces

Cette astuce datant du « Moyen Âge » permet d’obtenir du bois pour se chauffer gratuitement

Le saviez-vous que le Moyen Âge avait encore des astuces pour vous aider à affronter l'hiver ? Découvrez le droit d'affouage, une tradition qui survit aujourd'hui pour vous offrir du bois de chauffage à moindre coût.

Dans un mois environ, l’hiver signera son grand retour, sans que l’on sache s’il sera doux ou plutôt rigoureux. Ces derniers mois, les températures ont été au-dessus des normales saisonnières habituelles, et malgré une première vague de froid qui devrait arriver, selon les météorologues, impossible de prédire de l’avenir. En attendant, si cela n’est pas encore fait, c’est le moment de faire votre stock de bois de chauffage. Vous pouvez vous fournir chez un vendeur de bois de chauffage, évidemment, mais le saviez-vous qu’il existait un moyen d’obtenir du bois gratuit, ou presque. Cela s’appelle « le droit d’affouage », une pratique qui date du Moyen Âge, mais qui existe toujours dans certaines communes. Retour sur ce droit méconnu qui pourrait vous permettre quelques belles économies.

Le droit d’affouage, qu’est-ce que c’est exactement ?

L’origine du droit d’affouage remonte au Moyen Âge, époque où les communautés rurales dépendaient souvent de la forêt pour leur approvisionnement en bois de chauffage, indispensable pour se chauffer et cuisiner. Les forêts appartenaient généralement au seigneur local et il en disposait comme bon lui semblait. Dans la plupart des domaines, le seigneur accordait aux habitants de prélever du bois en échange de divers services ou redevances. Ce droit était habituellement assorti de règles strictes, limitant la quantité de bois pouvant être prélevée et les méthodes d’exploitation de la forêt. Lors de la Révolution française, les propriétaires forestiers, et donc les seigneurs, ont perdu certains de leurs privilèges, dont leurs forêts qui, pour certaines, sont devenues des domaines nationaux ou régionaux. Le droit d’affouage existe toujours aujourd’hui et peut être proposé par les communes propriétaires de forêts ou l’Office National des Forêts.

Connaissez-vous le droit d’affouage ?
Connaissez-vous le droit d’affouage ? Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Comment fonctionne le droit d’affouage ?

Attention, sans ce « droit d’affouage », il est strictement interdit de ramasser du bois, même mort, dans une forêt. Couper des arbres est également interdit et peut être sévèrement réprimé. Une forêt est une propriété privée, elle appartient soit à un propriétaire particulier, soit à la commune, à la région ou à l’État. La promenade y est autorisée, le ramassage des champignons et autres produits y est encadré, mais on ne touche jamais au bois ! Dans une commune qui pratique le droit d’affouage, et donc autorise le prélèvement d’une certaine quantité de bois pour ses habitants, il est réglementé.

Les décisions prises par le conseil municipal :

Les élus communaux décident du sort du bois (vente ou dons en affouage) et choisissent le mode de répartition et les particuliers autorisés à prélever du bois. Il fixe le montant de la taxe d’affouage et répartit les lots par tirage au sort. Il doit ensuite transmettre les décisions à l’ONF et préciser la manière dont sera coupé le bois : par la commune ou par les habitants. Enfin, il choisit trois habitants comme garants, solidairement responsables de la qualité de l’exploitation, c’est la commission des bois.

Le rôle de la commission des bois ou de l’ONF :

La commission des bois, après avoir défini les lots, les matérialise elle-même ou recourt à l’ONF par le biais d’une convention. En parallèle, le forestier, en charge de superviser les coupes d’affouage, rappelle rigoureusement les conditions établies par les différents cahiers des charges régissant l’exploitation des coupes. Il garantit ainsi le respect des normes et sanctionne toute infraction commise par les affouagistes pour préserver l’intégrité du peuplement forestier. L’ONF, garante de la bonne santé des forêts, marquera ensuite les arbres destinés à l’affouage et seuls ceux-là devront être prélevés.

Un droit, « sous certaines conditions » !
Un droit, « sous certaines conditions » ! Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Comment savoir si le droit d’affouage existe pour vous ?

Puisque la décision vient du conseil municipal, il faut évidemment vous renseigner auprès de votre mairie. Le droit d’affouage tend à se perdre, puisque les forêts se raréfient au profit de l’urbanisation. Toutefois, s’il est pratiqué, le droit d’affouage peut être un véritable bon plan pour avoir du bois de chauffage gratuit ou presque. Certains particuliers, propriétaires de forêts, autorisent aussi le ramassage de bois mort, renseignez-vous, toujours auprès de votre mairie, afin de connaître les propriétaires des différents bois aux alentours de chez vous. Votre commune pratique-t-elle le droit d’affouage ? Avez-vous déjà profité de ce droit issu de l’Histoire ? Donnez-nous votre avis ou partagez avec nous votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Tf1info.frOnf.fr

8 commentaires

  1. Interdiction de ramasser du bois de chauffage en forêt domaniale (merci ONF !) :
    L’affouage n’est pas autorisé en forêt domaniale.
    Il est absolument interdit pour les particuliers de ramasser du bois dans ces forêts pour des besoins de chauffage ou autres.
    => En cette période de “crise” il faudrait faire évoluer les pratiques

  2. Oui j ai encore ce droit il est encore fait ils à
    quelques années il était livré a domicile plus maintenant il faut le faire soit même et le rapporter au domicile tiré au sort pour la parcelle j’ai en moyenne 5a6steres de bois certains ont 15steres c est aléatoire

  3. Ramassage du bois mort interdit, là aussi, on est encore sur une réglementation venue d’un autre âge.
    Je collecte du petit bois chaque année au bord des routes, le plus souvent dans les fossés et quand je vois l’absence d’entretien manifeste du réseau, je considère que mon action est quasiment d’utilité publique.
    C’est du 100% gagnant/gagnant.

    1. Cela n’est pas tout à fait exact la décomposition des rémanents contribue au développement des sols champignons sel minéraux micro organisme bref un monde qui nous échappe salutations

  4. L’ordonnance de Brunoy est la première réglementation forestière en langue française connue. Elle fut édictée le 29 mai 1346 par Philippe VI de Valois dans son château de Brunoy, en forêt de Sénart. L’idée est de préserver les ressources forestières, comme le démontre son article 4 : « Les maîtres des eaux et forêts enquerront et visiteront toutes les forez et bois et feront les ventes qui y sont, en regard de ce que lesdites forez se puissent perpétuellement soustenir en bon estat “. Cette politique de préservation de la forêt restera une constante de l’histoire de France, notamment avec Colbert et son ordonnance de 1669. Elle est reprise aujourd’hui dans le concept de développement durable.

  5. La surface forestière augmente depuis quelques années en France le droit d’affûtage existe encore mais le travail en forêt est difficile et remplir la citerne de fioul et plus facile.

  6. Concernant l’affirmation que les bois tendent à se raréfier suite à l’urbanisation, il faut la pondérer et la relativiser car celà est vrai pour les zones urbaines à fortes densité de population celà est faux voire le contraire dans le monde rural ou la désertification et la disparition des paysans engendrent une augmentation significative des zones boisées et non entretenues !

  7. Le bois est très bon marché, il est vrai. Mais nécessite un investissement conséquent : tronçonneuse, serpe ….
    De plus, on doit faire ” le ménage dans la forêt” , couper dans les règles, parfois débroussailler, ce qui demande un investissement en temps assez conséquent.
    Rien n’est gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page