Auto / Moto

PI-POP le vélo électrique à supers condensateurs et SANS batterie

Ne cherchez pas la batterie sur le PI-POP, elle n'existe pas... Elle est remplacée par de supers condensateurs innovants qui en font un vélo électrique révolutionnaire !

Les vélos électriques n’en finissent plus d’envahir nos villes ! Si c’est plutôt une bonne nouvelle pour l’écologie, le partage de la route est parfois compliqué entre ces nouveaux cyclistes et les automobilistes, il faut bien l’avouer. La plupart des grandes villes, les agglomérations, et même l’Etat encourage l’achat de vélos électriques à coup d’aides parfois très intéressantes. Cet engouement pour les vélos électriques encourage également le développement de nouvelles machines… Toujours plus performantes, toujours plus innovantes, et financièrement accessibles en bénéficiant des aides proposées. Dans le centre de la France, du côté d’Olivet (45), l’entreprise STEE, spécialisée dans l’électronique entre sur le marché du vélo électrique. Un nom rigolo, PI-POP, un petit concentré de technologie Made In France. Présentation.

PI-POP ou le vélo SANS batterie !

Vous avez bien lu, le PI-POP est un vélo électrique sans batterie… Mais comment est-ce possible lorsque l’on sait que c’est grâce à la batterie qu’il avance ? STEE utilise une technologie innovante basée sur les supers condensateurs. Au premier regard, il ressemble donc à un vélo électrique classique, mais en fait, c’est un vélo RÉVOLUTIONNAIRE ! PI-POP est le fruit de la recherche de plusieurs années par Adrien Lelièvre, directeur de STEE qu’il a repris en 2016. Actuellement, l’entreprise emploie 25 personnes et continue de développer le PI-POP

La technologie des supers condensateurs !

Le vélo électrique du Loiret pèse environ 20 kilos et embarque donc des supercondensateurs en lieu et place de la batterie. Ces pièces mécaniques et électroniques vont emmagasiner l’énergie dès lors que le pédalage est activé. Ils vont ensuite redistribuer l’énergie dès lors que l’appui sur les pédales se fera plus fort… Le PI-POP déclenchera donc l’assistance électrique dès l’amorce d’une côte ou en cas d’accélération.

À LIRE AUSSI :
Vélo électrique : Carrefour se lance dans l'électrification des cycles avec des kits de conversion

PIPOP un vélo vraiment pas comme les autres !

Outre sa technologie innovante et le rendement excellent qu’il procure. Il faut savoir que le PI-POP est fabriqué à partir d’anciennes bicyclettes désossées. STEE y insère seulement la nouvelle technologie, donc le supercondensateur. Le PDG précise également que son innovation ne contient pas de produits chimiques ou de terres rares. Le principal avantage de ce genre de cycle est de ne pas avoir besoin d’avoir une batterie chargée avant de l’enfourcher… La recharge commence dès lors que commence le pédalage.

Premiers succès du PI-POP

STEE fabrique donc essentiellement des cartes électroniques, mais a déjà assemblée une vingtaine de vélos… 20 vélos qui se sont d’ailleurs vendus en quelques jours, tant l’innovante « batterie » enchante. 10 000 fans suivent le projet de STEE et ils étaient évidemment les premiers clients. Pour le moment, le PI-POP est vendu au prix de 1995€ mais STEE compte lancer la fabrication de 100 vélos supplémentaires avant d’en produire environ 1000 chaque année. Nul doute qu’ils trouveront preneurs, d’autant plus que l’entreprise du Loiret vient de signer un contrat avec l’enseigne BOULANGER qui assurera la distribution au grand public.  A suivre donc ce PI-POP Made In France !

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

11 commentaires

  1. Bonjour,
    J’avais suivi avec intérêt la présentation du projet Ufeel qui semblait reprendre les mêmes principes pour la propulsion. PIPOP en est-il la continuité ??

  2. Apparement c’est la même société UFEEL (maintenant STEE? On se demande pourquoi si c’est le cas) qui est passée du concept de vélo au design futuriste, à un prototype de test plutôt moche (c’etait un petit vélo avec une grosse caisse à la place du porte bagage) pour arriver à un modèle plus commun (qui a une bonne gueule). Sur ce vélo on doit constamment pédaler (à une vitesse toujours égale?) pour recharger les supers condensateurs ce qui est un peu déstabilisant au premier abord. Si au pédalage le pédalier sent une difficulté (ex: dans une montée) l.assitance électrique se renforce et vous assiste encore d’avantage. Ça me parait une super idée du point de vue de écologique.
    Reste à voir si on pédale dans le vide ce que ça fait comme sensation , y a t’il un rapport entre la vitesse de pédalage et la vitesse effective.

  3. Bonjour, je me suis intéressé à ce concept de vélo à assistance dès le début… J’ai écrit plusieurs fois au concepteur qui n’a jamais pris la peine de me répondre : silence radio!!!! Impossible de parvenir à commander ce nouveau type de vélo. Je suis déçu. Finalement, mon épouse et moi avons investi dans de bons modèles de vélos à assistance électrique.

  4. Donc on se fatigue inutilement sur le plat pour charger les condensateurs, et on n’a aucune garantie qu’il y aura assez d’énergie pour monter une côte un peu sérieuse (un condensateur contient environ 50 fois moins d’énergie qu’une batterie de VAE) ?

  5. Je pense que ce concept est plus adapté aux terrains peu accidentées. Et pour répondre à une question plus haut, les matériaux composant le SC sont ordinaires… En revanche il y a c’est vrai, un pilotage électronique et sa cohorte de semi-conducteurs… ce qui outre le besoin en silicium, maintient quand-même une certaine dépendance “extérieure”. Donc on est pas dans les mêmes quantités de matière première c’est bien, on reste dépendants en période de tarissement des composants c’est moins bien…

  6. Bonjour,
    Apparemment il semble que ce type de vélo soit adapté au “vélotaf” et non au vélo tout terrain. De ce que j’ai pu en comprendre, après avoir regardé une vidéo du concepteur sur bfm business (de mémoire), il faut un certain temps pour que le vélo se charge, on ne se fatigue pas forcément en permanence, c’est une peu comme on faisait du vélo avec un dynamo enclenchée. La recharge semble ne se faire que lorsque le vélo roule et non uniquement quand on pédale, apparemment la recharge se fait également dans le cas du freinage. Ce qui est dommage c’est qu’il ne soit pas possible de le tester avant d’investir 1995€. Le vélo sera commercialisé prochainement chez “boulanger”. Les composants seraient plus durable que pour une batterie.
    Voilà pour les infos glanées .
    Bon courage pour vos recherches et restez positifs :-)

  7. c’est un vélo pour les gens qui habitent en haut d’une montagne … ils rechargent en descendant mais comme le rendement n’est pas parfait (frottements , pneux , charge, stockage électrique , etc… ) ils ne peuvent pas remonter jusqu’à la maison le soir … Au moins sur un vélo classique , il suffit de fournir directement l’énergie quand on en a besoin …
    Quel poids de super condensateurs pour 50 KM d’autonomie? et quel cout aussi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page