Environnement

Des chercheurs de Yale ont inventé un bioplastique à base de sciure bois qui se décompose en 90 jours !

Enfin pourrait-on dire ! Des scientifiques américains utilisent des biodéchets, un solvant écologique et des déchets de bois pour fabriquer un bioplastique qui ne pollue plus la Nature !

Nous savons depuis longtemps que le plastique à base de pétrole met des centaines d’années à se dégrader dans la Nature… Et au vu du nombres de déchets plastiques qui jonchent les plages, les océans et les terres du Monde, on se dit que la dépollution, ce n’est pas pour demain !

Une équipe de chercheurs de l’université de Yale aux Etats-Unis, vient de mettre au point, un bioplastique à base de déchets de bois, qui se dégrade en seulement trois mois ! Qui plus est, le bioplastique conçu par les chercheurs, présenterait les mêmes qualités qu’un plastique conventionnel. Explications.

Si les chercheurs travaillent sur ce projet d’envergure, c’est pour tenter d’endiguer la pollution qu’engendre les déchets plastiques. Une étude parue dans la revue Nature Sustainability présente les caractéristiques de ce bioplastique qui pourrait sauver notre Planète !

Des biodéchets et du bois !

Au départ de cette expérience, des biodéchets comme les déchets végétaux ou les coquilles d’œufs. Les chercheurs ont ajouté à ces déchets, un solvant écologique et de la sciure de bois. Les déchets de bois peuvent être récupérées dans les scieries par exemple et transformés. Une fois ce mélange effectué, les scientifiques obtiennent une bouillie de polymères organiques et de cellulose. La substance obtenue est ainsi transformée en bioplastique.

À LIRE AUSSI :
Seules 20 entreprises seraient responsables de plus de la moitié des déchets plastiques à usage unique de la planète
Des chercheurs de Yale ont inventé un bioplastique à base de sciure bois qui se décompose intégralement en 90 jours !
Un solvant écologique et de la sciure de bois. Crédit photo : Shutterstock / WindVector

Une dégradation expresse comparée au plastique

L’équipe moule ensuite la matière obtenue sous différentes formes puis la soumet aux aléas météorologiques. Ainsi, le bioplastique s’avère très stable face aux UV, ce qui est une caractéristique indispensable si le bioplastique doit contenir du liquide. Le bioplastique a ensuite été enterré dans le sol. Au bout de deux semaines, la dégradation commençait déjà… Et après 3 mois, il ne subsistait aucune matière à l’endroit où il avait été enterré.

« De nombreuses personnes ont essayé de développer ce type de polymères plastiques, mais la résistance mécanique de leurs fibres s’était jusqu’à présent révélée trop faible pour remplacer efficacement les plastiques conventionnels, fabriqués à partir de combustibles fossiles », explique Yuan Yaox (co-auteur de l’étude) sur newatlas.com.

Ce bioplastique présente également l’avantage du solvant écologique récupérable quand il est à l’état de bouillie. Ce bioplastique pourrait servir à fabriquer des emballages ou des pièces automobiles… C’est un produit d’avenir qui fera du bien à notre Planète !

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page