Environnement

Ecologie : il est désormais possible se faire enterrer dans un « cercueil vivant »

Le terme "cercueil vivant" ne veut pas dire être enterré vivant ! Mais dans un cercueil spécial qui permet un retour à la terre plus rapide... Et une fertilisation de la Terre plus riche.

La mort est un vaste sujet, tout comme le choix de ses funérailles… Alors qu’en France, la première forêt cinéraire voyait le jour en 2019 à Arbas (31), aux Pays-Bas, une société spécialisée propose désormais des « cercueils vivants » ! Cela peut sembler très étrange mais ce cercueil baptisé « cocon vivant » permet un retour à la terre plus rapide qu’avec un cercueil classique.

Son inventeur Bob Hendrikx, fondateur de la compagnie Loop of Life vient de mettre en terre son premier « cercueil vivant ». Cette première mondiale s’est déroulée à la Hague, et si l’on en croit les demandes croissantes, le cercueil vivant a… un bel avenir ! Explications.

À LIRE AUSSI :  Pour lutter contre les décharges sauvages, les déchetteries pourraient devenir gratuites pour le BTP

Concrètement et puisqu’il faut appeler un chat, un chat, le cercueil vivant est composé de mycélium, qui est en fait la partie souterraine des champignons. Il est aussi fait de racines et de plantes. Le mycélium peut transformer n’importe quel déchet organique en nutriments utiles à la Nature. Le mycélium est également utilisé pour la dépollution des sols.

Quel intérêt d’un cercueil vivant ?

Si l’on résume, le mycélium va permettre la décomposition plus rapide du corps humain… Alors qu’un cercueil classique rend le corps à la Terre en une dizaine d’années, celui-ci nécessiterait seulement deux à trois ans. Choisir le « cocon vivant » permet donc de rendre les sols plus fertiles et s’inscrit dans une démarche écologique… Même au-delà du vivant !

Crédit photo : Loop of Life
Ecologie : il est désormais possible se faire enterrer dans un "cercueil vivant"
Ecologie : il est désormais possible se faire enterrer dans un « cercueil vivant »

Une collaboration fructueuse

Loop of Life s’est associé avec Eer & Voldharing (pompes funèbres) et TU Delft pour créer son cercueil vivant. Et le créateur précise que chaque cercueil est unique, et que l’on peut même choisir de l’orner de champignon à la place des traditionnelles couronnes de fleurs ! Une dizaine de cocons vivants seraient d’ors et déjà en commande ! Finalement, nous prenons tant à la Nature chaque jour que lui redonner notre corps pour l’embellir est loin d’être une mauvaise idée !

Today we proudly present World's First Living…

Today we proudly present World's First Living…Many thanks to TU Delft, Naturalis Biodiversity Center Nederland, Eer En Volharding, Rabobank, YESDelft and all people involved from the start such as Bob Ursem, Frank Franse, Marc Krans, Peter Muller, Luc Schrover, Maurits Westerik, Gavin McIntyre, Evert de Niet & Eva Froger (GreenLeave | Natuurlijk een duurzame uitvaart), Vincent S.F.T. Merckx, Ruben Kranendonk and of course the whole Loop team consisting out if to many international kind hearts such as Alejandra Celis Vargas, Maarten Pater, Josephine Baán, Joppe de Waart, Vincenzo Giancaspro, Emma Luitjens, Iris Redinger, Priyanka Shah and See Jun Hong. And lastly my very own beloved mycelium network for their infinite support Helmie Brugman, Paul Hendrikx, Tim Hendrikx, Eugène Hendrikx, Mick Hendrikx and Lonneke Westhoff. We are just starting.

Publiée par Loop sur Lundi 14 septembre 2020

Via
Dezeen.com

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page