Environnement

Une étude scientifique révèle pourquoi il ne faut surtout pas brûler ses déchets verts à l’air libre

A l'automne, il est tentant de brûler les feuilles mortes et autres déchets verts au fond du jardin... Pourtant c'est interdit et une étude nous explique pourquoi c'est néfaste pour l'environnement !

Il fût une époque où le mois d’octobre était celui où l’on avait à nouveau le « droit de brûler » nos déchets verts, mais ce temps est révolu depuis quelques années maintenant .Il est désormais totalement interdit d’allumer un feu de joie dans le jardin pour se débarrasser des déchets verts…

Et si cela n’est plus autorisé, c’est avant tout évidemment pour éviter tout risque d’incendie, mais également pour une question environnementale. Brûler à l’air libre dégage des fumées non filtrées extrêmement polluantes pour l’atmosphère. Des chercheurs français expliquent d’ailleurs l’impact des sources de combustion de biomasse dans l’atmosphère.

L’étude en question

L’étude parue dans la revue ScienceDirect revient sur plusieurs expériences, qui permettent de mesurer le taux de pollution des feux à l’air libre. Et sans surprise, les premiers résultats attestent que ces feux produisent beaucoup plus de particules fines que les feux issus d’une cheminée ou d’un poêle à bois.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont réalisé deux feux de bois de chauffage (hêtre, chêne et charme). Le premier feu provenait de deux appareils de combustion : cheminée et poêle à bois. Le second provenait de tests de combustion à l’air libre des mêmes espèces de bois.

Les résultats de l’étude

Pour un kilogramme de déchets végétaux à l’air libre, les émissions de particules fines sont 30 fois supérieures à celles émises par un appareil de combustion homologué. En revanche, la fumée du poêle à bois contenait 12 fois plus d’hydrocarbures cancérigènes. Les taux d’émissions de feux en extérieur sont 3 à 10 fois plus élevés que lors d’un feu dans un poêle.

feu de feuilles séchées
Pour un kilogramme de déchets végétaux à l’air libre, les émissions de particules fines sont 30 fois supérieures à celles émises par un appareil de combustion homologué. Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock /Mohd Rodi

Les conséquences sur l’environnement sont donc prouvées par cette nouvelle étude. Pour vous débarrasser des déchets verts, plusieurs solutions s’offrent à vous : la déchetterie, le compostage, le paillage, etc.

À LIRE AUSSI :
L'élévation des océans pourrait atteindre un niveau dramatique dans moins de 10 ans

Que risque-t-on à allumer un feu dans le jardin ?

Selon le site Service Public, les déchets verts regroupent :

  • L’herbe après tonte de pelouse;
  • Les feuilles mortes;
  • Les résidus d’élagage, de tailles de haies, arbustes ou débroussaillage;
  • Toutes les épluchures de fruits et légumes.

Comme nous vous l’indiquions, il est possible de recycler vos déchets verts dans un compost ou une déchetterie. Mais il est absolument interdit de :

  • Les brûler à l’air libre,
  • Les brûler avec un incinérateur de jardin. Par ailleurs, vendre ou prêter un incinérateur de jardin est interdit.

Certaines communes peuvent délivrer des dérogations dans certains cas (absence de déchetterie, obligation de débroussaillement). Si malgré l’interdiction en vigueur, vous décidez de brûler vos déchets dans votre jardin, les services d’hygiène de la mairie peuvent intervenir. Et vous vous exposez à une amende de 450€ maximum. Mais si une plainte est déposée par le voisinage pour nuisance olfactive, vous risquez bien plus que ce montant; ce sera à l’appréciation des autorités.

Le service public rappelle que “brûler 50 kg de végétaux à l’air libre émet autant de particules fines que rouler pendant 14 000 km avec une voiture à essence neuve”. Vous l’aurez compris, ce n’est absolument pas une bonne idée pour la planète !  Et nous vous déconseillons de déposer vos déchets verts dans la nature, en vous disant qu’ils se décomposeront; cela est un dépôt sauvage, et cela peut vous coûter bien plus cher qu’un aller-retour à la déchetterie.

Source
Futurasciences.comServicePublic.fr

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page