Environnement

TexFad : Un entrepreneur ougandais recycle les tiges de banane en fibres textiles

L'Ouganda est le premier producteur de banane d'Afrique de l'Est, pourtant les tiges sont jetées... Muturi Kimani a décidé de les transformer en fibres textiles et compte en faire un poumon économique dans son pays.

Un dicton dit « Tout est bon dans le cochon » ! Mais si l’on en croit cet ougandais, le dicton pourrait être transposé à la banane ! Alors que la plupart du temps, les tiges de bananes sont jetées et non utilisées, Muturi Kimani, à la tête de TexFad trouve un moyen de les recycler.

En effet, il utilise la tige de banane pour en faire des fibres textiles. Ce matériau textile sert ensuite à fabriquer des accessoires de mode ou de la décoration intérieure. A la tête de son entreprise, Muturi Kimani propose également aux femmes et jeunes filles des formations professionnelles. Une belle idée pour l’environnement et pour l’emploi.

Plutôt que de jeter, cet homme, passionné depuis toujours par le tissage, a eu l’idée de récupérer les tiges de banane pour en faire du textile. Grâce à cette partie de la banane, il parvient à créer du tissu, générer des revenus et des emplois.

TexFad se situe dans la capitale ougandaise, Kampala, dans laquelle le chef d’entreprise a installé des machines d’extraction. Les fibres sèchent ensuite au soleil puis servent à fabriquer divers accessoires comme des sets de table ou des paniers.

Mais ce n’est pas tout ! Les résidus de la tige de banane sont transformés en briquettes de combustible ! L’Ouganda étant le premier producteur de bananes en Afrique de l’Est, la matière première ne manque pas. C’est aussi l’un des aliments de base des ougandais. D’ailleurs TexFad rachète les tiges de banane aux producteurs locaux, ce qui permet aussi à ces agriculteurs d’en tirer quelques revenues.

TexFad : Un entrepreneur ougandais recycle les tiges de banane en fibres textiles
Nouvelle génération de tapis de table en fibre de banane 100 % bio tissés à la main au TEXFAD” .Crédit photo : Texfad / Facebook
Pour le moment, le seul ralentissement au développement de cette économie circulaire se trouve dans le coût des machines d’extraction. Si, actuellement TexFad embauche seulement 23 personnes, le chef d’entreprise espère faire de son invention, un centre névralgique en Ouganda… Et exporter ses accessoires en tiges de banane dans le monde entier !

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page