Innovation

Des chercheurs inventent un drone comestible pour fournir de la nourriture dans les situations d’urgence

Un drone dont les ailes se mangeraient ? Une idée révolutionnaire qui pourrait sauver la vie de ceux perdus en mer ou en montagne en attendant les secours !

L’invention que vous allez découvrir semble très étrange de prime abord, mais elle pourrait bien sauver des vies. Cette invention s’adresse à ceux qui pourraient se retrouver perdus, égarés en forêt, ou blessés au bas d’une falaise, dans l’attente des secours. Des scientifiques ont eu l’ingénieuse d’idée d’inventer un drone qui se mange, ou plutôt un drone doté de deux ailes comestibles. Ainsi, un randonneur ou alpiniste blessé pourrait être nourri simplement par le drone, en attendant qu’une solution soit mise en place pour l’extraire du lieu de l’accident. Les drones qui livrent de la nourriture existent déjà, alors pourquoi ne pas transformer le drone lui-même en une matière comestible, avec la certitude qu’il atteigne précisément sa cible. Explications.

Pourquoi inventer ce drone ?

Comme dit précédemment, les drones qui livrent des colis de nourriture existent déjà, mais ils sont actuellement incapables de couvrir de longues distances dans le cas de personnes perdues en mer, ou en montagne par exemple. De plus, la livraison du colis peut parfois être très imprécise et ne pas atteindre directement sa « cible » ! En inventant un drone « à voilures » avec des ailes légères, il pourrait avoir une plus longue portée, mais également une plus grande précision. Selon les scientifiques de l’institut de recherche Suisse EPFL, les drones actuels ne peuvent transporter que 10 à 30 % de leur masse en charge utile, ce qui réduit considérablement les apports de nourriture en cas d’urgence extrême. L’équipe de l’EFPL dirigée par Bokeon Kwak, chercheur postdoctoral, a imaginé un drone à aile fixe partiellement comestible, qui serait à usage unique, pour porter secours aux personnes en détresse.

Comment se présente-t-il ?

Les efforts des scientifiques se sont concentrés sur les ailes de ce drone salvateur. Sur un drone classique, ce sont les ailes qui occupent généralement le plus grand volume et ne posent aucun problème lorsqu’elles sont fabriquées dans un matériau léger comme le polypropylène expansé (EPP). Pour les transformer en aliments, il fallait donc trouver une matière première qui se rapprochait de l’EPP. Les scientifiques ont en conséquence opté pour des galettes de riz soufflé, l’alternative la plus ressemblante à l’EPP en termes de propriétés mécaniques. Dans la version que les scientifiques ont imaginée pour le moment, les ailes peuvent apporter autant d’énergie alimentaire qu’un petit-déjeuner (environ 300 kilocalories).

Les ailes du drone fournissent approximativement les mêmes valeurs énergétiques alimentaires qu'un petit-déjeuner.
Les ailes du drone fournissent approximativement les mêmes valeurs énergétiques alimentaires qu’un petit-déjeuner. Crédit photo : Bokéon Kwak

Comment ont-ils conçu ses ailes comestibles ?

Les ailes rectangulaires du drone forment des sortes de gâteaux en forme de palets découpés au laser en morceaux hexagonaux. Ces morceaux obtenus sont ensuite collés avec une gélatine comestible à base d’amidon de maïs ou de chocolat. Des tests ont également été réalisés avec un adhésif, mais la gélatine se serait avérée plus efficace pour emporter la cargaison à bon port. Pour protéger les ailes devenues des aliments, les scientifiques les recouvrent ensuite, d’un film plastique non comestible, lui. Concernant l’objectif des scientifiques, quant à augmenter la masse qu’un drone peut transporter, il est largement atteint avec les ailes comestibles, puisqu’il peut désormais transporter 50 % de sa propre masse comme charge utile comestible contre 10 % sur un drone classique. Un concept très intéressant qui livrerait de la nourriture rapidement et précisément, en attendant les secours, non ?

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page