En Inde, on utilise la bouse de vache pour fabriquer de la peinture écologique, antibactérienne et antifongique

Les autorités indiennes, à travers la Khadi and Village Industries Commission (KVIC), ont inauguré une unité de production de peinture écologique à base de bouse de vache. Un investissement qui vise à stimuler l’agroéconomie.

Certaines peintures conventionnelles ne sont pas seulement dangereuses pour l’environnement, elles constituent aussi un danger pour la santé. L’exposition aux produits chimiques contenus dans ces solutions peut effectivement entraîner des problèmes respiratoires et des maux de tête, pour ne citer que ça. En conséquence, il devient important de favoriser l’utilisation de peintures durables. En Inde, dans la ville de Jaipur, dans l’État du Rajasthan, une unité de fabrication de peinture à base d’excrément de vache fait parler d’elle. Ayant été inaugurée en 2021 par le ministre indien de l’Union pour les micros, petites et moyennes entreprises (MPME), Nitin Gadkari, l’infrastructure est gérée par la marque Khadi Prakritik Paint.

Certifiée par le bureau de normalisation indien

D’après ce membre du gouvernement indien, l’initiative, qu’il qualifie d’innovation technologique, contribuera à la création d’emploi et permettra aux agriculteurs d’augmenter leurs revenus. En plus d’être respectueuse de l’environnement, la peinture développée en collaboration avec la Khadi and Village Industries Commission (KVIC) possède des propriétés antibactériennes et antifongiques. De plus, elle est inodore. L’inclusion de la bouse de vache parmi les ingrédients a également un impact positif sur le coût de fabrication et, par conséquent, la rentabilité. Il faut savoir que le produit a reçu le feu vert du Bureau of Indian Standards (BIS) et peut ainsi être commercialisé sur tout le territoire indien.

L'unité de fabrication a été installée sur le campus du Kumarappa National Handmade Paper Institute (KNHPI), à Jaipur.
L’unité de fabrication a été installée sur le campus du Kumarappa National Handmade Paper Institute (KNHPI), à Jaipur. Crédit photo : Khadi India / pib.gov.in

Un large choix de couleurs

La peinture Khadi Prakritik Paint est disponible en deux variantes, Distemper et Emulsion. Selon Nitin Gadkari, le prix est nettement inférieur à celui des offres concurrentes. Le Distemper coûte seulement 120 roupies le litre, soit environ 1,3 €, alors que pour l’Emulsion, le prix du litre s’élève à 225 roupies (~2,55 €). Dans l’ensemble, la peinture innovante coûte deux fois moins chère que les peintures conventionnelles. Le catalogue de l’entreprise comprend jusqu’à 1 600 couleurs adaptées à différents types de besoins et de surfaces, que ce soit pour des applications extérieures ou intérieures.

Une source de revenus supplémentaires

Toujours d’après le ministre indien, qui est également ambassadeur de la marque Khadi Prakritik Paint, l’utilisation d’excrément de vache parmi les composants de la peinture permettra de faire de ces animaux une source de revenus supplémentaires. Grâce à l’unité de fabrication installée sur le campus de l’Institut national du papier artisanal de Kumarappa (KNHPI), à Jaipur, la capacité de production est passée de 500 l de peinture par jour à 1 000 l par jour.

La peinture a été lancée avec le double objectif d'augmenter les revenus des agriculteurs et de créer des emplois indépendants en Inde.
La peinture a été lancée avec le double objectif d’augmenter les revenus des agriculteurs et de créer des emplois indépendants en Inde. Crédit photo : Khadi India / pib.gov.in

Avant l’ouverture de l’usine, la peinture était fabriquée à la main. Enfin, sachez que le produit est également exempt de métaux lourds tels que l’arsenic, le mercure, le plomb et le cadmium. Plus d’infos : khadiprakrutikpaint.com. Que pensez-vous de cette peinture écologique ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
gaonconnection.com

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page