Innovation

FloWatt : la ferme hydrolienne la plus puissante au monde sera installée en France

C’est sur un site marin français, un des plus agités au monde en termes de courant de marée, qu’une ferme hydrolienne sera mise en place dans le cadre du projet FloWatt. L’installation contribuera à renforcer l’indépendance énergétique de la métropole.

Le raz Blanchard s’apprête à accueillir une puissante ferme hydrolienne. Cette portion de mer, entre la pointe de la Hague et l’île anglo-normande d’Aurigny, fait partie des zones où les courants marins sont les plus intenses en Europe. C’est justement pour cette raison que les prometteurs du projet FloWatt ont choisi l’emplacement pour y installer des hydroliennes afin de produire de l’électricité. Dans cette initiative ambitieuse, HydroQuest, fabricant français d’hydroliennes marines, s’est associé à Qair Marine, filiale dédiée au développement de projets EMR du groupe Qair. Leur objectif ultime est de permettre un déploiement commercial à grande échelle de l’énergie marémotrice d’ici la fin de cette décennie.

Enrichir le mix énergétique français

Le courant de Fromveur à Ouessant offre un potentiel d’énergie de 4 GW pour une production annuelle estimée entre 11 et 13 TWh. Au raz Blanchard, c’est une puissance autour de 3 GW que Thomas Jaquier, le jeune président de la société HydroQuest, et ses collaborateurs comptent exploiter. Le choix de cette localisation est donc stratégique. L’installation de la ferme pilote profitera énormément à la France. En effet, elle apportera une ressource supplémentaire pouvant enrichir le mix énergétique français et européen.

L'hydrolienne Flowatt
L’hydrolienne Flowatt. Crédit photo : FloWatt

Grâce à l’association d’une nouvelle génération de turbines hydroliennes signée OceanQuest avec la puissance des courants marins de la zone cible, la production d’une énorme quantité d’énergie renouvelable devrait être possible d’ici huit prochaines années.

L’hydrolienne HydroQuest a été développée par un ensemble de partenaires français, à la fois industriels, scientifiques et académiques Une technologie éprouvée et validée grâce à la réussite du projet test de la turbine de 1MW d’HydroQuest (2020-21) sur le site de Paimpol-Bréhat (le plus grand site de test d’énergie hydrolienne en France)¾ Un succès qui a permis de valider la fiabilité et la disponibilité de la technologie.Flowatt

Une installation capable d’alimenter jusqu’à 20 000 foyers

L’infrastructure énergétique sera composée de 7 machines de 16 mètres de hauteur et 26 mètres de diamètre pour un poids total de près de 200 tonnes. Celles-ci seront équipées de deux axes verticaux tournant chacun dans des sens opposés. Il est prévu que leur fabrication soit prise en charge par l’entreprise « Construction mécanique de Normandie » à Cherbourg. Selon les estimations, le coût de l’électricité produite par cet hydrolien sera comparable à celui d’un éolien flottant. Ainsi, il devrait être rapidement compétitif. Effectivement, chaque turbine sera en mesure de développer une puissance de 2,5 MW. Une production de 40 millions de kWh d’énergie par an est donc envisagée, ce qui équivaut à la consommation de 20 000 foyers.

Avec un potentiel de 3GW pour le seul Raz Blanchardy ce site est l un des plus puissant au monde. La production annuelle est estimée entre 11 et 13 TWhy soit l équivalent d un EPR. Une véritable force pour renforcer l indépendance énergétique de la France.Flowatt

Un impact environnemental minime

FloWatt produira une électricité verte, naturellement durable, mais surtout puissante. Comme les installations seront entièrement immergées et amarrées sous la mer, elles ne causeront aucune nuisance visuelle ou sonore. Par ailleurs, étant donné que les turbines tournent à une vitesse de 10 tours par minute, elles seront inoffensives pour les espèces marines. Enfin, sachez qu’à la fin de leur vie, elles pourront être recyclées. Pour plus d’info : www.flowatt.fr.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

24 commentaires

  1. Honnêtement, 7 fois 2.5 MWatt ca fait 17.5MW … 1 pour 100 d’un EPR (dont 40 seraient nécessaires pour remplacer les centrales existantes) … autant dire, une goutte d’eau dans le besoin de la France….

  2. « Un impact environnemental minime » ? Quel serait l’impact sur les courants marins locaux d’un déploiement massif de cette technologie ?

  3. Ces articles qui annoncent des productions hypothétiques (ici équivalent à un EPR) sont mensongers et contribuent à railler ces filières d’énergies renouvelables. Car en fait le projet une fois fini devrait avoir une puissance théorique de 18MW soit 100 fois moins qu’un EPR, sans parler de la disponibilité….

  4. Puissance annoncée par turbine 2,5 Mw
    Nombre d’heures maximum annuelles: 365 jours x 24 h= 8.725 h
    8725 h x 2,5 Mw= 21 Gwh
    Pourquoi annoncer 40 Gwh?
    Merci

  5. Coucou les anti-renouvelables, la canicule ne vous rafraîchi pas les idées à l’évidence…

    Bsuisse, avec 13 milliards d’investissement et 10 ans de retard pour l’EPR de Flamanville, c’est sûr que le nucléaire est tout sauf une goutte d’eau pour le budget de la France.

    Thomas, quel est le point commun en les hélices de bateau, les énergies carbones, le nucléaire et votre commentaire ? Les quatre sont infiniment plus nocifs pour l’environnement qu’une hydrolienne.

    Christophe, votre contribution est aussi vide que le néant qui sépare vos deux oreilles…
    Tentez donc de comprendre la différence entre un potentiel, une énergie et une puissance.
    Une notion par jour, pas plus, au risque de griller le peu de neurones qu’il vous reste.

    Xavier, l’article parle de 7 turbines de 2.5 MW chacune.
    Déroulons le calcul :
    – 7×2.5 MW = 17.5 MW
    – 17.5 MW * 365,24 jours (1 année bissextile tout les 4 ans) * 24h = 17.5 MW * 8766h = 153,4 GW.h
    La vraie question est donc : Pourquoi annoncer 40 GW.h au lieu de 153,4 GW.h ?
    Principalement parce que le courant de marée qui entraine les hydroliennes n’est pas constant mais sinusoïdale.
    Il est en quadrature de phase avec les cycles de marée:
    1 – Marée basse = étale = pas de courant
    2 – L’eau monte = flot = beaucoup de courant dans un sens
    3 – Marée haute = étale = pas de courant
    4 – L’eau descend = jusant = beaucoup de courant dans l’autre sens
    Le parc hydrolien produit 17.5 MW au maximum, mais pas en permanence.
    Il produit de l’énergie en symbiose avec son environnement, contrairement au fossile et au nucléaire qui saccagent les ressources naturelles jusqu’à l’épuisement en détruisant notre planète.
    On retrouve d’ailleurs cette attitude de prédation dans le vocabulaire des anti-renouvelables.
    Ils exigent une énergie “disponible” à l’envie comme il fantasme la disponibilité des femmes.

    Castaing, vous parlez du carnage de l’Erika, de l’Amoco Cadiz ou de Fukusima ?

    Bon réchauffement à tous !

  6. A la différence du solaire et de l’éolien, c’est une production absolument prévisible.
    Il y a toujours des courants de marée. Hormis l’étale de basse mer et pleine mer…..

  7. Chère Sophie,

    Merci beaucoup pour votre réponse bienveillante et constructive qui va faire avancer le débat sur la politique énergétique française. L’énergie hydraulique est probablement un des meilleurs compromis et nous avons un grand intérêt à investir et expérimenter dans le domaine. Cela n’autorise néanmoins pas à faire n’importe quoi en la matière.

    Si nous résumons :
    1) Je pose une question sur l’impact environnemental de la technologie, qui est insuffisamment abordé dans l’article à mon goût (la seule question qui me semblait importante n’est pas abordée)
    2) Vous répondez que mon “commentaire” (sic) est “infiniment plus nocif pour l’environnement qu’une hydrolienne”.
    Passons sur le côté ridiculement absurde de votre exagération. Mais en quoi poser une question est-il nocif ?

    Sachez que je travaille dans le domaine environnemental et que je suis également engagé à titre personnel, et que mon quotidien consiste à lutter contre des personnes de tous bords qui sont tellement engluées dans leurs certitudes qu’elles :
    * en deviennent incapables de toute écoute sur ce sujet – les réactions sont viscérales (= “Je détiens la vérité, les autres sont des idiots” et on s’énerve avant de chercher à comprendre)
    * argumentent avec leurs convictions personnelles, sans preuve scientifique
    De mon point de vue, ce sont ces attitudes qui sont nocives pour l’environnement, car elles empêchent tout débat, freinent ainsi la convergence des idées et transforment une problématique qui devrait être consensuelle en pugilat entre des “pro” et des “anti”.
    C’est d’autant plus dommage ici que ceux qui ont fait la démarche de lire cet article sont nécessairement plus concernés par les problématiques énergétiques que la moyenne française. Ce n’est pas en insultant ceux qui y sont indifférents que vous allez les convaincre, croyez-moi.
    Et de manière générale, un peu d’écoute, de respect et de patience ne font jamais de mal dans la vie.

    Bisous

  8. Bref, Thomas,rien que du blabla de votre part, sans chiffrage, sans répondant, si ce n’est que ce que vous dîtes à Sophie, vous pouvez vous l’appliquer à vous même.

  9. Bonjour a tous ,

    Un debat sur l’hydraulien est nécessaire et salutaire, comme pour toutes autre source d’énergie.

    Même s’il s’agit à ce stade de part faible de couverture de nos demande énergetiques, son developpement mérite d’être mené, ce d’autant
    qu’il s’agit pour la France d’un potentiel effectif.

    Les certitudes sur la continuité de production du nucléaire,opposée au renouvelables. sont rattrapées par la réalité (capacité de refroidissement pendant la baisse des cours d’eau, périodes de maintenance ) et ne peuvent plus être opposées comme dogme

    Les certitudes sur le prix réel de l’électricité nucléaire sont également à interroger avec la même acuité .

    En synthèse nous voyons bien que nous avons sans doute besoin de ne fermer aucune porte , car le nucléaire seul ne repond pas desxaujiurd’hui.a l’equation energetique

    .

  10. Rien qu’un bravo à Sophie Lamez qui a remis à leur place les perroquets de fakes de comptoir de bistrots qui pullulent sur les forums en nagent dans l’océan de leur ignorance.
    Serge Rochain

  11. Thomas
    Cessons les querelles d’égos
    Étant candide sur le sujet J’attendais une réponse plus intéressante qui face avancer le débat .
    Des chiffres , une analyse technique de cette nouvelle énergie et surtout un comparatif ( prix , efficacité, impact sur l’environnement ) avec l’éolien et le solaire et le nucléaire ….
    Merci à vous deux …. .

  12. Des centaines de millions d’euros d’argent public déjà “pompées”…ça continue…
    L’hydrolien marin ..avec des turbines posées au fond n’a aucun avenir vu les problèmes de maintenance (gouffre financier)…
    Les japonais et autres ne s’y trompent pas en développant des technologies …avec une maintenance plus aisée…
    Hydrolien marin français…pas mieux…et même bien pire que l’EPR….
    Utilisons l’argent public pour isoler les logements ..et inciter aux économie d’énergie…
    A force de prendre les citoyens pour des imbéciles en leur vendant du n’importe quoi !!!!

  13. Hesse :
    Sur le fond vous avez raison, merci de me remettre à ma place, j’ai moi-même pêché par lassitude devant cette attitude. Sur la forme, j’aurais adoré pouvoir argumenter ma réponse d’une étude scientifique évaluant l’impact des insultes écologiques sur le débat environnemental, si vous en avez une je prends ;) mais mon constat personnel est plutôt négatif

    Hugo :
    1) Ce n’est vraiment pas une question d’ego – ce forum est anonyme – mais de principe : je suis choqué que des gens qui commentent ou posent des questions sur le sujet qui devrait être au coeur des débats se fassent insulter – ce n’est pas ainsi qu’on fait avancer un débat, et cela fait 30 ans que le sujet tourne en rond à cause d’attitudes de ce genre.
    2) Je n’avais pas vu de question laissée sans réponse, à part la mienne… Mais puisque vous en posez une, il y en a maintenant une ;)
    La meilleure source d’information pour la France reste selon moi RTE, vous pouvez commencer par la synthèse de leur rapport prospectif 2050 : https://assets.rte-france.com/prod/public/2021-12/Futurs-Energetiques-2050-principaux-resultats.pdf
    De manière générale, l’énergie hydraulique est déjà bien exploitée en France, son développement ne nous sauvera pas (il reste un potentiel équivalent à quelques réacteurs nucléaires) mais autant prendre ce qui reste à prendre !
    Concernant plus spécifiquement l’énergie hydrolienne maritime, seuls les lieux où de forts courants de marée existent sont intéressants, il n’y en a pas des masses ! Cela fait 20 ans que des expérimentations sont menées, avec un succès limité (comme le dit Armor) – mais toute recherche nécessite des dépenses à perte avant de trouver une technologie… ou pas. La technologie étant expérimentale, difficile de l’évaluer avant l’expérimentation.

    Sinon, le résultat d’une comparaison des sources d’énergies entre elles dépendra beaucoup… des convictions de celui qui la réalise :)
    – Prix : j’aimais bien cet article qui l’expliquait, même s’il date vraiment : https://jancovici.com/transition-energetique/electricite/quel-est-le-vrai-cout-de-lelectricite/
    – Efficacité : il faut différencier les sources pilotables (on produit ce dont on a besoin, comme avec un barrage) des sources dites “fatales” (la nature décide pour nous ce qu’elle nous donne, comme pour le solaire ou l’éolien qui sont très intermittents donc non autonomes, car ils nécessitent des compléments : soit une capacité de stockage, soit une source activable pour combler les creux de production – et donc il faut évaluer l’ensemble). RTE l’expliquait très bien dans un rapport mais je ne retrouve pas lequel :/
    – Impact sur l’environnement : comment comparer quelques grammes de déchets nucléaires mais qui existeront pendant des siècles, la pollution liée à l’extraction des matières premières (solaire notamment), la perturbation des écosystèmes (hydraulique)…?

  14. Merci Sophie Hamez,
    Une démonstration fulgurante et imparable.
    Tu démontres encore une fois que la femme est l’avenir de l’homme. C’est celle qui donne la vie qui peut le mieux la défendre en premier lieu pour préserver notre terre nourricière. Il s’agit bien d’une démonstration scientifique qui s’oppose aux affirmations idéologiques soutendues par des croyances infondées au mépris d’une réalité démontrée. Merci.

  15. Arrêtez de vous chamailler les enfants, une glace vous attend dans le salon.

    Très difficile de comparer toutes ces méthodes qui permettent à l’humain d’utiliser l’énergie pour ses besoins ou envies.
    Solaire, éolien, hydraulique, géothermie, marémotrice, pétrole, nucléaire,…..
    Tous ces systèmes nécessitent une quantité d’énergie grise plus ou moins importante dépensée pour générer et entretenir le dit système. Tous ces systèmes font des trous dans Mère nature pour y ponctionner des éléments de construction. Tous ces systèmes modifient l’es fonctionnement de mère nature et de ses hôtes.
    Chacun à sa façon. Et les discours des uns cachent certaines de ces conséquences quand le discours des autres omettent volontairement ou non d’autres conséquences.
    Consommer moins dans l’absolu serait idéal. Mais nous sommes de plus en plus nombreux et nous demandons toujours plus d’énergie pour nous satisfaire.

    Néanmoins, diversifier les méthodes de transformation de l’énergie pour nos besoin est un moyen de réduire le déséquilibre qui apparaît lorsqu’une seule méthode est utilisée et que les désagréments de cette méthode ne peuvent plus être gommés par le temps et la résilience de la nature.
    Je pense donc que ce projet hydrolien est une bonne voie.

    (Petite appartée très personnelle pour ceux d’entre vous qui veulent bien y réfléchir.
    L’énergie que nous utilisons sur terre est soit extra-terrestre, soit terrestre.
    Pour ce qui est extraterrestre, il s’agit de l’énergie solaire, le magnétisme, le rayonnement cosmique et les énergies noires, antimatière ou autre que nous ne sommes pas encore en mesure d’utiliser. En résumé, il n’y a vraiment que l’énergie solaire que nous savons utiliser.
    Pour ce qui est terrestre, il s’agit de:
    – l’énergie thermique contenue dans le noyau terrestre (en quantité finie en vrai mais infinie à l’échelle de l’humanité), celle qu’on peut récupérer par endroit lorsqu’elle n’est pas très profonde,
    – l’énergie nucléaire (en quantité finie mais on ne sait pas à quel point) contenue dans certaines matières qui constituent la terre elle même,
    – l’énergie contenue dans le pétrole (qui est en quantité finie à l’échelle de temps de l’humanité) qui pourrait être considérée comme de l’énergie solaire d’il y a très très longtemps qui a re-combiné du carbone sous forme solide grâce aux plantes et animaux qui ont été enfouis il y a bien longtemps aussi pour finir en mélasse très énergétique,
    – l’énergie hydraulique des barrages (renouvelable à l’échelle du temps humain) qui est de l’énergie solaire qui a permit à l’eau de remonter dans les barrages sous forme de vapeur
    – du bois (renouvelable à l’échelle du temps humain) qui est de l’énergie solaire qui via la photo-synthèse a re-combiné le carbone qu’il y a dans l’air,
    – l’énergie éolienne (renouvelable à l’échelle du temps humain) qui est de l’énergie solaire qui chauffe un endroit et pas l’autre est qui crée des courant d’air,
    – l’énergie marémotrice (renouvelable à l’échelle du temps humain) qui est due, elle, a un savant mélange d’effet de gravité du couple lune-terre et d’effet ondulatoires de l’eau,
    Voilà, je crois ne rien avoir oublié.
    Pour résumer, il y a 3 énergies dont on peu se servir pour assouvir notre soif: nucléaire, géothermie, solaire et mare-motrice. Certaine sont renouvelables ou utilisables sans compter à l’échelle du temps humain, d’autres non.

    Alors, faisons le mais sans se bouffer le pif. )

  16. “On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs”
    Dans un grand bureau d’étude de recherche et développement, toutes les idées sont à creuser pour ne selectionner que celles exploitables. À titre personnel, je trouve que nous vivons une époque où les ingénieurs n’ont jamais cessé de trouver de nouvelles idées pour produire de l’énergie électrique. Certaines survivront et seront exploitées, d’autres iront à la corbeille ou ressortiront des cartons plus tard. En recherche, il ne faut jamais avoir un priori négatif. Je le sais à titre personnel pour l’avoir vécu : un brevet trop innovant que j’avais déposé en 1998 n’a été exploité que 20 ans après et sert de modèle pour son secteur industriel.
    Laissons le temps passer pour retenir les inventions les plus pertinentes. Il ne faut pas laisser les détracteurs faire leur travail de sape.

  17. Waw!!!
    Après on se pose la question de pourquoi les gens ne prennent pas le temps de s’intéresser aux problèmes environnementaux?
    Bah du fait de l’existence des personnes ultra agressives comme Sophie mère nourricière de mon “sauve qui peu, encore une relou qui va me prendre la tête avec ces idéaux plutôt que d’écouter mes questions, et tenter d’y répondre “… et tous les fans boys qui soutiennent l’hystérie de ces personnes.
    Comme dit dans une commentaire plus haut, le problème aujourd’hui c’est de trouver des gens correctement câblés, capables d’aborder un débat autrement que par le prisme du parti pris, ou de l’idolâtrie.
    Nos évidences ne sont pas celles du voisin, tout comme notre niveau de compréhension, et de compétence.
    Il est essentiellement lié à l’éducation, au niveau d’étude, ainsi qu’aux centres d’intérêt.
    Et vu le niveau scolaire aujourd’hui il reste la sensibilisation, et l’information, mais avec bienveillance.
    Quand aux bouffis de certitudes, ils deviennent un frein au phénomène.
    On ma toujours dit que la science c’est le doute, et que le jour où le doute s’estompe, on entre dans la religion.
    Reste la balance bénéfice / risque, qui permet de raisonner en moindre mal.
    Donc merci de répondre aux questions posées sans agressivité, avec des sources, et l’envie de transmettre. Avec pédagogie en sorte.
    Bonne journée

  18. Il y a comme de la nervosité dans l’air…
    Bien qu’il produise des déchets à long terme, personne n’a trouvé mieux que le nucléaire pour avoir de l’électricité en abondance, à moindre coût et facilement pilotable grâce à l’adjonction de barrage.
    Phoenix, Super Phoenix et Astride étaient, me semble t-il, des réacteurs expérimentales destinés à pouvoir produire de l’électricité avec ces fameux déchets nucléaire et qui auraient au final une durée de vie très courte.
    Du coup avec leurs arrêts, nous avons perdu les milliards investis, l’avance technologique, les connaissances, l’experience acquise… Etc
    Mais tout sera remplacé par des milliers d’éoliennes, d’ hydroliennes et les centrales à charbon et gaz nécessaires pour combler l’intermittence… Et peut-être même par les EPR chinois et russes car ils sont en passes d’y arriver.
    Beaucoup gueulent après le nucléaire mais tous sont bien contents de profiter du confort qu’il apporte, même si ce n’est pas la panacée, et gueulent à nouveau quand tonton Poutine menace de couper son gaz.
    Voyons voir comment les allemands vont se débrouiller attendu qu’ils ferment leurs dernières centrales nucléaire et cela nous donnera un aperçu de notre futur.
    Tchernobyl est dû à la dérive de l’organisation burocratique socialo-communiste du régime Soviétique qui pour satisfaire aux demandes politiques effectua un test dans des conditions impossible à réaliser.
    Fukushima est dû aux dérives du système privé d’exploitation du site nucléaire qui préféra ne pas suivre les recommandations techniques de sécurité afin de préserver ses bénéfices (un mur de protection contre une vague géante de 6m c’est moins cher qu’un de 10 comme réclamé)

  19. Éric, petite précision, le principal avantage du nucléaire par rapport aux autres sources peu carbonées, c’est sa capacité à être déployée massivement en utilisant peu de surfaces.
    Hormis ce critère, l’hydraulique est mieux en tout point que le nucléaire (à part qu’il est bien plus dangereux à l’exploitation – une rupture de barrage peut faire des milliers de morts). Hélas, cette contrainte de l’hydraulique fait que le potentiel restant à exploiter en France est très limité.

  20. Bonjour
    Je suis admiratif devant tant de chiffres et de connaissances de tous.
    Mais, moi je m’inquiète un peu sur la durabilité de ce projet.
    La nature est tellement bien faite qu’elle risque à terme de coloniser toute la structure.
    Les moules, les huîtres et autres coraux adorent les récifs pour pouvoir s’y développer, bon point aussi pour les poissons… Mais à terme risque de bloquer la production… Telle une bonne et belle épave de bateau..

  21. Cessons de nous chamailler… Nous devons assurer cette transition de toute façon et le plus rapidement possible. Les technologies qui s’imposeront seront celles qui sont le plus rentable ; soit le prix du kWh… Dans ce domaine, le nucléaire, et surtout les EPR, sont très mal barrés… Ce n’est pas un problème de dogme, mais les lois du marché, contre lesquelles pleins de gens ont essayés de lutter depuis des milliers d’années… Sans aucun succès ! Les EPR et la fusion c’est génial, mais a l’heure actuelle c’est trop cher, très compliqué à mettre en œuvre et pose des problèmes de recyclage (coûts !)

  22. Les eternel pro nucléaire qui croit qu un réacteur nucléaire ça n a pas de durée de vie
    Que ça fonctionne par magie sans un fleuve avec un niveau d eau suffisant, courant assé fort, température d eau suffisamment basse, dureté de l eau à gérer…
    Le jour ou vous comprendrez que l hydrolien c est pas de la religion ou du vaudou ça existe depuis des temps ancien avec les premier moulin à eau… que temps que la lune est autour de nous y aura un phénomène de marée
    Mais le parc nucléaire français à en gros 40ans, a été construit quand vous étiez gosse (j en fait parti) ou vous alors vous n etiez même pas né
    Vous arrivez toujours pas à capter qu on joue chaque jours qui se passe à tirer sur l elastique tendu de la fin de vie des cuves, que le parc ne doit guère tourner 50% du temps à cause de son environnement climatique
    Que remplacer les réacteurs ça prend 10-15ans par réacteur et que les equipe compétente capable de ça n existe plus ne reste qu 1 ou 2 equipe de sous-traitant itinérant qui passe leur temps à faire des “grand carenage” pour tirer sur la corde durée de vie (sans toucher au maillon faible la cuve)

    Mais vous pro nucleaire de bistrot vous êtes plus fort que les ingénieurs de la branche nucleaire
    Vous avez une baguette magique qui fait sortir 26 réacteur (la moitié du parc) de terre au bon endroit encore viable niveau climat pour les faire tourner 40ans
    Bien sûr avec votre magie ils vont apparaitre en 6mois vous pourrez tous par magie et la magie de la commission europe roulez avec des voiture électrique à 50000 balles rechargé avec là encore d un triplement de production d electricité qui bien sur la encore de l energie magique
    On arrive déjà pas à devenir entièrement indépendant niveau nucleaire (d ou le terme MIXE energetique)

    Il va être beau votre monde pro nucleaire ou vous devrez choisir entre faire du trajet boulot/dodo en nucleaire ou savoir si vous voudrez en hiver vous chauffer en électrique (mm une pompe à chaleur c est electrique) que votre réfrigérateur ai encore du courant ou votre chauffe eau de l eau chaude pour vous laver
    Ah le monde des bisounours des pro nucleaire qui n ont pas le courage de comprendre que leur monde merveilleux du nucléaire ça marche pas avec de la magie, et qui en vive cuillère en or dans la bouche car ça marche depuis le temps de leur parents… mais que voilà ça arrive à ça limite de fonctionnement et que le réchauffement climatique… bah c est pas qu une poussière dans l engrenage pour continuer à tourner

    Faite un peu de chimie/physique avancé et aller visiter une centrale (quoi que je pense pas qu on puisse encore visité aussi bien une centrale qu avant la guerre d Iraq pour des raisons de sureté)
    Avant de sortir vos bêtises anti hydraulien
    Le refroidissement de votre cher nucléaire s appui sur l hydrolien bande de comique

  23. MagiX : merci pour ce bel exemple de dialogue constructif et respectueux, et qui plus est particulièrement pertinent (personne n’est « anti hydrolien » ici ; personne n’a dit que le nucléaire était une technologie simple ; etc. Alors pourquoi ce torrent de haine ?)
    Par ailleurs, il y a pas mal d’imprécisions dans votre message. En particulier vous semblez considérer l’hydraulique comme la solution ultime, alors que son potentiel est très limité en France, comme je l’indiquais plus haut. A titre de comparaison, le plus grand barrage du monde, les Trois-gorges en Chine (sans parler de ses conséquences sociales et écologiques), a une puissance maximale équivalente à une quinzaine d’EPR, alors que son bassin versant fait… deux fois la surface de la France métropolitaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page