Innovation

Jean Pain, l’inventeur d’une méthode de compostage qui permet de produire de la chaleur et du biogaz

Jean Pain et son épouse Ida sont les pionniers du compostage en France. En 1969, ils inventent le compostage agrothermique grâce à un simple tas de broussailles !

Si vous vous intéressez aux différentes méthodes de compostage, vous connaissez peut-être déjà le nom de Jean Pain ? Cet homme, décédé en 1981, est connu pour avoir inventé une méthode de production de compost et d’énergie à partir de déchets organiques. Plus de 40 ans après son décès, son invention passionne toujours les foules et de nombreux professionnels l’utilisent encore. La méthode de Pain consistait à utiliser un grand tas de composts pour décomposer une variété de matières organiques, y compris des copeaux de bois, des branches, des feuilles et d’autres déchets végétaux. En se décomposant, ces matières dégagent de la chaleur et des gaz que l’inventeur a réussi à capter et à utiliser pour produire de l’électricité, chauffer de l’eau et alimenter divers autres appareils. Découverte.

Quelle est donc la méthode de Jean Pain ?

Retour en 1981. À cette époque, les médias étaient plus concentrés sur les bouleversements politiques que sur le compostage. Les jardiniers possédaient parfois un tas de fumiers dans le jardin, qu’ils faisaient brûler chaque année, lorsque le brûlage était encore autorisé. Dans les années 1970, Mr Pain inventait le compostage agrothermique, précurseur de ce qui deviendrait nos méthodes en 2023 ! Grâce à son compostage, il pouvait alimenter sa maison et se chauffer, uniquement grâce à son tas de broussailles. La méthode de Jean Pain consiste à collecter de grandes quantités de déchets organiques dans un tas construit d’une manière spécifique. Cela, en vue de favoriser la décomposition et la production de chaleur.

L’homme qui tire de l’énergie des broussailles
L’homme qui tire de l’énergie des broussailles. Capture d’écran du site onpeutlefaire.com

Lorsque les déchets organiques se décomposent, ils produisent de la chaleur. Celle-ci est récupérée par un système de captage des gaz générés par le processus de compostage, lui aussi inventé par Jean Pain. En 1979, son épouse Ida et lui écrivent un livre, « Un autre jardin », traduit en 16 langues. Mr Pain est promu au rang de Chevalier du mérite agricole pour son invention… Puis, il tombe dans l’oubli ! Depuis la prise de conscience du réchauffement climatique et de l’intérêt du compostage ainsi que des énergies renouvelables, sa méthode revient sur le devant de la scène.

Quelle est l’histoire de cet inventeur génial ?

Jean et Ida Pain s’installent en 1964 dans le Var, à Villecroze, chargés de garder le domaine de 240 ha. Les propriétaires du domaine autorisent les gardiens à cultiver leur potager et à posséder quelques chèvres pour mener une vie simple et au plus près de la nature. Les chèvres de Monsieur Pain seront à l’origine de son invention quand il décide de remplacer leur paille de litière (payante) par de petites broussailles (gratuites) issues de ses travaux de nettoyage.

Il entasse donc ses broussailles et s’aperçoit qu’après décomposition de ces dernières, les terres alentour semblent plus fertiles. Il utilise alors cette nouvelle litière sur ses cultures et la magie opère ! De cette découverte naîtront plusieurs essais avec des quantités d’eau différentes, pour obtenir le mélange parfait. En 1969, il trouve la formule magique et fait la une des journaux locaux, avec son jardin spectaculaire. Il teste alors son compost sur différents terrains et le succès est, chaque fois, au rendez-vous.

Du compost pour produire de l'énergie.
Du compost pour produire de l’énergie. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

En plus, il peut se chauffer avec son compost

On l’a vu, Jean Pain possède désormais un jardin fertile grâce à sa méthode de compostage. Mais, il s’aperçoit que son tas de composts produit aussi de la chaleur par fermentation, ainsi que du gaz, le méthane. Il invente alors une autre méthode qui permet de récupérer la chaleur, pour chauffer sa cabane. Selon l’inventeur, 50 t de compost peuvent produire de l’eau à 60 °C pendant 6 mois, à une vitesse de 4 l/min. Un radiateur branché sur le système de récupération de chaleur permet de chauffer une petite maison ou une serre.

Il suffit d’installer des tuyaux de polyéthylène dans le tas de composts, puis d’installer le tas plus bas que le bâtiment à chauffer. C’est bien connu, la chaleur monte. Pour le méthane, il suffit de placer « un bac de 25 m³ rempli de matière à compost et d’eau, puis hermétiquement fermé, à l’intérieur d’un tas de broussailles broyées fraiches de 80 m³ », explique le site Consoglobe. Un tuyau vient ensuite se brancher sur le bac et récupère le méthane. Le méthane est ensuite récupéré dans des chambres à air empilées et peut produire environ 4,5 kWh d’électricité.

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page