Une loi vient d’être votée en Suisse pour interdire le broyage de poussins vivants. On aurait pu penser que c’était déjà le cas partout dans le monde ! Mais non apparemment ! Scandaleux

Les pays européens s’engagent de plus en plus dans la cause animale en promulguant des lois pour les protéger. Après le permis de détenir un animal en Belgique, c’est la Suisse qui interdit le broyage de poussins vivants à destination de l’industrie agro-alimentaire.

On pourrait penser que c’est une évidence d’interdire ce genre de pratiques, malheureusement ce n’est pas le cas ! Par 13 voix contre 7, l’une des commissions du Conseil National a donc adopté cette loi mais en a repoussé quelques autres concernant l’importation de la fourrure ou la fin de l’importation des trophées de chasse. Il y a donc encore du boulot mais c’est un premier pas.


A lire également : Appli : SOS PETS en cas d’urgence pour vos animaux de compagnie


Il est donc légal dans les autres pays de broyer des poussins vivants. Les industriels avancent l’hypothèse du sexe des poussins pour s’adonner à ces pratiques monstrueuses. Un poussin mâle n’étant pas productif dans un élevage de poules pondeuses, il n’a pas d’autre alternative que de mourir.

L’usine de Hy-Line aux Etats-Unis broie ainsi plus de 150 000 poussins par jour sans prendre la peine de les endormir avant, ils sont jetés dans la broyeuse sans ménagement. Des entreprises françaises disent les étouffer dans un sac poubelle avant de les jeter morts dans les broyeuses mais on a du mal à imaginer qu’ils puissent prendre le temps d’endormir 50 000 poussins tous les jours.

Quelque soit l’animal, il est scientifiquement reconnu qu’ils sont dotés de sensibilité et donc ressentent la douleur ! C’est juste inhumain d’infliger ce genre de massacre à des animaux sans défense. La Suisse adopte donc cette loi mais devrait-il y avoir besoin de loi qui interdisent ces pratiques… Ce devrait être juste une question de bon sens, mais encore une fois l’argent avant l’animal ! Honteux !

Selon les informations du site tdg.ch
Photos de couverture de Nosyrevy / Shutterstock