Un homme de 81 ans atteint d’un cancer du poumon a décidé de refuser une chimiothérapie et de la remplacer par du cannabidiol… Des résultats publiés interrogent la communauté scientifique !

Même si les autorités sanitaires ont beaucoup de mal à l’accepter dans certains pays, le cannabidiol (CBD), un dérivé du cannabis, a plusieurs fois montré son efficacité dans le domaine médical et notamment dans la réduction des douleurs liées à des maladies invalidantes ou lors de soins palliatifs.

L’amalgame entre la drogue qu’est le cannabis et les bienfaits médicaux pourraient apporter légalement aux patients semble être encore un sujet tabou qui a du mal à évoluer. Un anglais de 81 ans a décidé de refuser un traitement de chimiothérapie contre le cancer du poumon qui le ronge et de se soigner uniquement avec de l’huile de cannabis. Une étude de cas particulier qui interroge sur le futur au vu des résultats de cet homme !


A lire également :  Dans cette maison de retraite de Genève on soigne les résidents avec du cannabis


Cet homme atteint d’un adénocarcinome pulmonaire a refusé catégoriquement la chimiothérapie qui lui était proposée et l’a remplacée de son propre chef par de l’huile de cannabis et uniquement par ce produit. Le rapport de cas de ce patient particulier a montré une diminution de son cancer d’environ 50% !

Le CBD est déjà utilisé dans certains services d’oncologie européens, il permet de réduire la douleur et les vomissements liées au traitement par chimiothérapie, mais également de redonner de l’appétit aux malades.

Attention, nous n’avançons pas que le cannabis deviendra un médicament donné à tous pour tous les maux mais nous avons du mal à comprendre pourquoi les autorités sanitaires sont si frileuses à l’idée de légaliser ces traitements médicaux à base de cannabis qui n’auraient déjà plus leurs preuves à faire quant à leur efficacité. A l’heure où de nombreux médicaments à base de morphine ou de codéine sont retirés du marché pour des effets secondaires potentiellement très dangereux, on se dit qu’il serait peut-être temps de trouver une alternative à ces produits. Et pourquoi pas le cannabidiol ?

Selon les informations des sites curioctopus &  ncbi.nlm.nih.gov
Photos de couverture de HQuality / Shutterstock