« Le moulin 2.0 », une famille construit une mini centrale hydroélectrique pour alimenter 400 foyers en énergie

Les centrales hydroélectriques sont souvent l'initiative de particuliers désireux de faire un geste pour l'environnement. Un bel exemple avec cette mini centrale construite par deux passionnés qui œuvrent pour la planète !

La crise énergétique nous touche déjà de plein fouet avec une augmentation de 15 % sur le gaz en janvier, puis de 15 % sur l’électricité en février. Cependant , elle pourrait être encore plus dramatique sans le bouclier énergétique mis en place par le gouvernement pour tenter de limiter les augmentations. Un bouclier fiscal qui ne durera pas éternellement, il faut en être conscient. Par conséquent, venir à réduire sa consommation d’énergie est devenu indispensable afin d’éviter des factures astronomiques. Serge Poisson et son fils Antoine, respectivement retraité d’EDF et ingénieur, avaient-ils senti le vent tourner ? Originaires de Vire dans le Calvados, les deux hommes planchent sur la création d’une petite centrale hydroélectrique depuis 2020. Notons que celle-ci est destinée à alimenter en électricité quelques centaines de foyers. Découverte.

Un pari fou, mais intelligent.

Lorsqu’ils décident de construire leur propre centrale hydroélectrique, le père et le fils ignorent qu’elle pourrait être d’une grande utilité à la centaine d’habitants qui pourront en profiter. Avec les accords nécessaires, ils ont investi et entamé un chantier original le long de la rivière de Vire (14) pour réaliser leur projet. Cette ancienne friche industrielle longée par la rivière était laissée à l’abandon. Les deux hommes ont décidé de construire un petit barrage qui dévierait une partie de la rivière, en vue de la diriger dans un tuyau souterrain de 200 m qu’ils ont eux-mêmes installé. L’eau récupérée de la rivière viendra terminer son voyage dans un local qui cache la turbine, le cœur de cette invention. Cette dernière assure le fonctionnement du dispositif du haut de ses 3 000 l d’eau par seconde relate le site France Info.

Deux ans et 700 000 euros d'investissement.
Deux ans et 700 000 euros d’investissement. Crédit photo : Neozone (générée par une IA)

Un investissement considérable, mais qui porte ses fruits

Deux années de travaux et 700 000 € d’investissement ont permis de commencer à produire de l’électricité depuis l’été 2022. En raccordant les foyers à leur installation, les deux hommes affirment pouvoir alimenter en électricité près de 400 foyers proches de la mini centrale. C’est une petite révolution dans le Calvados, mais ce n’est pas une exception en France. En effet, les petites centrales parfois construites par des particuliers permettent de subvenir aux besoins énergétiques de 300 000 foyers au total. Le tuyau souterrain d’un mètre de diamètre assurera de faire tourner la turbine à plein régime, fournissant une électricité propre et issue d’une source renouvelable : l’eau de la rivière.

Un coup de maître, mais pas un coup d’essai

Serge Poisson et son fils étaient déjà à l’origine de la rénovation d’une petite centrale abandonnée qui est située également dans le Calvados. Dix ans après sa mise en service, elle leur rapporte un revenu annuel de 55 000 €, ce qui leur a permis d’investir dans leur tout nouveau projet écologique. Dans une interview accordée au Parisien, Serge explique que la première centrale hydroélectrique était à l’abandon depuis les années 1960 et qu’elle avait été construite en 1890 ! En 2010, il investit 250 000 € et rentabilise cette somme en sept ans seulement. La première centrale hydroélectrique alimente désormais 200 foyers locaux en électricité pour les besoins quotidiens tels que la lumière, l’alimentation des cuisinières ou celle de la machine à laver. Les deux hommes affirment qu’il est aujourd’hui beaucoup plus compliqué de construire ces mini centrales hydroélectriques, car les autorisations sont difficiles à obtenir, notamment par rapport à la protection de la faune aquatique. Ces initiatives privées rappellent à tous combien le potentiel de l’hydroélectricité devra être exploité si l’on veut tendre vers une production d’électricité verte et durable.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Positivr.fr

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

4 commentaires

  1. Ce n’est pas possible de lire des bêtises pareilles, pour cet article a été écrit par lobbyiste de l’hydroélectricité. L’impact de ces installations sur des petits cours d’eau et dramatique pour la faune aquatique. De nombreuses études sérieuses en apporte la preuve.

  2. Bonjour

    Vialle, je me suis demandé en lisant l’article si des réflexions ont été menées pour évaluer l’impact du projet sur la faune.

    Cependant l’article ne dit rien sur cette question. Cela ne prouve pas que cela a été ignoré par les entrepreneurs. On ne peut pas non plus déduire que cet article a été écrit par des lobbyistes de l’hydroélectricité.

    Vous avez des éléments pour vos affirmations ? Si oui, donnez vos sources. Sinon, ne lancez pas d’accusations sans fondement vérifiable.

  3. Pour critiquer un barrage de cette taille,prétextant un impact  » enorme » sur la faune ……il faut être sacrément têtu. De pseudo écologistes font perdre du temps et de l argent à tous

  4. Ces projets et réalisations écologiques gênent. Il aura toujours des dé -traqueurs qui n’ont jamais fait et pris le risque d’entreprendre sans oublier de donner des leçons. Entreprendre et risquer son patrimoine demande du courage. Etre contre tout sans mettre la sueur est le crédo pour nos hayatolas se disant écologiques non coupable et non responsable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page