Le « poumon vert » de Lyon, une forêt urbaine de 1 000 arbres va être plantée dans le quartier de la Confluence

Au cœur du quartier emblématique de la Confluence à Lyon, une véritable révolution écologique est en marche. En plus d'un projet de construction ambitieux axé sur la durabilité et l'innovation, une forêt urbaine composée de 1 000 arbres s'apprête à voir le jour.

Si vous êtes Lyonnais, vous connaissez forcément le quartier de la Confluence, un quartier emblématique de la ville. Il doit son nom à sa situation géographique, puisqu’il se situe à la confluence du Rhône et de la Saône. Autrefois dédié à des activités portuaires et industrielles, il a connu une transformation majeure ces dernières années pour devenir un quartier moderne et dynamique, marqué par une architecture contemporaine et une approche écologique. La reconversion du quartier de la Confluence a commencé dans les années 2000, avec pour objectif de créer un nouvel espace urbain intégrant des concepts de durabilité, d’innovation et de mixité. Un projet axé sur le développement durable et la préservation de l’environnement qui va connaître un nouvel élan. En effet, une forêt urbaine composée d’un millier d’arbres va « sortir de terre ». On vous explique pourquoi les forêts urbaines deviennent essentielles dans nos villes.

La forêt urbaine du quartier de Confluence, qu’est-ce que c’est ?

La création de la forêt urbaine géante fait partie de la seconde phase de construction du quartier de la Confluence. Elle se trouvera à l’entrée de la ville, en guise d’accueil « vert » aux habitants et visiteurs. De nouvelles constructions telles que des bureaux, des logements, un gymnase sont aussi prévues, mais le point d’orgue reste cette forêt urbaine. Depuis l’arrivée d’un maire écologiste, Grégory Doucet, les choix sont aussi politiques et veulent trancher avec l’ancienne municipalité dirigée par Gérard Collomb pendant près de 20 ans. Les élus actuels, en adéquation avec leurs valeurs écologiques, souhaitent moins de béton et plus de verdure ! La forêt urbaine qui sera plantée est un exemple concret des vœux de cette nouvelle équipe municipale.

Station BP, Lyon Confluence
Station BP, Lyon Confluence. Crédit photo : Hamonic + Masson & Associés

Quels sont les changements à venir dans ce quartier ?

À l’échelle d’un pays, c’est une « petite forêt », mais à l’échelle d’une ville comme Lyon, c’est un immense territoire de verdure qui verra le jour. D’ailleurs, cette forêt est déjà surnommée le « poumon vert » de Lyon, en référence à la forêt amazonienne qui se veut le « poumon vert » de la planète ! Son nom officiel sera néanmoins « Le Champ ». On y prévoit la plantation de 1 000 arbres sur un terrain vague actuel qui abrite également la station « Mue » où des événements réguliers ont lieu depuis plusieurs années.

L’objectif de la future forêt urbaine est d’accueillir des activités de l’Économie Sociale et Solidaire ainsi que de l’artisanat. Cette ambition tranche avec la première phase de développement de la Confluence, qui a vu la construction d’un grand centre commercial, de bureaux et d’hôtels. Ce projet impliquera quelques changements dans le quartier :

  • La station essence BP située à l’angle de la M7 et du cours Charlemagne, en face du Musée des Confluences, sera démolie. Une nouvelle station sera reconstruite juste en face, à proximité de la voie ferrée.
  • Le cirque et la fête foraine ne pourront plus s’installer à cet endroit et devront trouver un nouvel emplacement.

Pour que la forêt joue son rôle de poumon vert de Lyon, il faudra cependant attendre entre 10 et 15 ans.

Pourquoi les forêts urbaines deviennent essentielles dans les villes ?

Les forêts urbaines sont essentielles pour purifier l’air en absorbant les polluants comme le dioxyde de carbone et les particules fines, réduisant ainsi les problèmes de pollution et les impacts sur la santé. Elles atténuent également l’effet de l’îlot de chaleur urbaine en fournissant de l’ombre et en abaissant les températures locales. Les espaces verts urbains garantissent un habitat pour la biodiversité et favorisent le développement des écosystèmes. De plus, les arbres contribuent à gérer les eaux pluviales en absorbant l’eau, réduisant les risques d’inondation et améliorant la qualité des ressources en eau locales.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Actu.frWikipedia.org

Un commentaire

  1. Vous écrivez:

    “Depuis l’arrivée d’un maire écologiste, Grégory Doucet, les choix sont aussi politiques et veulent trancher avec l’ancienne municipalité dirigée par Gérard Collomb pendant près de 20 ans. Les élus actuels, en adéquation avec leurs valeurs écologiques, souhaitent moins de béton et plus de verdure ! La forêt urbaine qui sera plantée est un exemple concret des vœux de cette nouvelle équipe municipale.“

    En tant que journalistes, il est dommage que vous n’ayez pas pris soin de vérifier vos infos, et de chercher un peu plus loin que les communiqués de presse et les discours de propagande.

    En effet, le projet du champ n’a strictement rien à voir avec les choix de la municipalité écologiste, puisque le projet Confluence, dans sa globalité, intégrant la forêt urbaine nommée “Le champ”, est prévu ainsi depuis l’origine du projet, il y a donc de très nombreuses années, alors que Gérard Collomb était maire de Lyon.

    Attribuer l’idée du Champ à la la municipalité actuelle, au seul prétexte qu’il vous semble logique que les écologistes aient plus de légitimité pour vouloir planter des arbres, est donc, au mieux, un raccourci facile mais faux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page