L’invention de la douche, l’histoire méconnue du docteur François Merry Delabost

Au XVIIIe siècle, se laver était impensable pour de nombreuses personnes. Explorez l'histoire du Dr. Jean Pidoux et du Dr. Merry Delabost, pionniers de l'hygiène quotidienne, malgré les idées reçues de leur époque.

Tous les matins, ou les soirs, selon vos habitudes, vous vous glissez sous la douche, et vous dites que c’est l’un des meilleurs moments de la journée. Ouvrir le robinet, régler l’eau pour qu’elle soit chaude et vous glisse le long du corps, sont des gestes que vous réalisez de manière habituelle. Mais, vous êtes-vous déjà demandé qui avait eu la bonne idée d’inventer la douche ? Eh oui, la douche n’est pas une invention si ancienne que l’on pourrait le croire, elle a seulement 150 ans ! Sur l’échelle du temps, c’est donc une invention récente qui a été mise au point par un personnage pour le moins inattendu. Nous aurions pu penser que la douche avait été inventée pour les aristocrates, et était un symbole du luxe ! Erreur, c’est plutôt le contraire qui s’est produit. Retour sur l’étonnante invention de la douche !

Qu’est-ce qu’une douche et qui l’a inventée ?

Prendre une douche, c’est profiter d’une « projection d’eau en jet ou en pluie qui arrose le corps et produit une action hygiénique », selon la définition du dictionnaire Le Robert. Si, aujourd’hui, les salles de bain, et donc les douches équipent la totalité des habitations, ce n’était pas le cas avant l’invention d’un certain Dr Merry Delabost. Avant qu’il n’ait son ingénieuse idée, les personnes se lavaient dans des baquets, des bassines, ou dans un évier. Et, c’était aussi le cas dans les lieux qui accueillaient de grandes quantités de personnes. Ainsi, les hôpitaux ou les prisons devaient faire avec les moyens du bord, pour que les malades ou les détenus puissent avoir une hygiène sommaire. Le docteur Merry Delabost est alors médecin-chef à la prison Bonne Nouvelle de Rouen. Las de devoir faire face à des maladies de peau, il imagine une toilette collective, qui serait plus hygiénique, également plus économique.

C'est un médecin de la prison de Rouen qui est à l'origine de la douche.
C’est un médecin de la prison de Rouen qui est à l’origine de la douche. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Pourquoi l’invention de la douche provient d’une prison ?

Avant cette invention qui révolutionnera l’hygiène dans les prisons, celle de Rouen était surtout connue pour ses conditions d’hygiène plus que déplorables. Considérée comme un véritable mouroir, les prisonniers qui y entraient ne pouvaient pas se laver et mouraient d’un manque d’hygiène. Le docteur Delabost avait pour idée de faire de la prison de Rouen, une « prison saine ».  Il imagine alors, sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur, un procédé d’ablution. Il introduira une innovation qu’il baptisera les « douches de pluie », une version moderne de la douche équipée d’un pommeau filtrant l’eau pour diffuser un doux filet. Le médecin, conscient de l’importance de l’hygiène, parvient à persuader le préfet, qui ordonne par la suite l’installation des premières cabines de douche. Les détenus bénéficieront ainsi de deux séances de douche par semaine, contribuant de manière significative à la réduction des problèmes de santé.

La douche impopulaire avant l’invention du Dr Delabost, mais pourquoi donc ?

Se laver ne date pas seulement de 150 ans, vous l’imaginez bien ! En 1597, les premiers lavements avaient été introduits par Jean Pidoux, lui aussi médecin, mais à la cour du Roi Henri IV. Ce docteur, que l’on pourrait aujourd’hui qualifier de visionnaire, préconisait des règles pour prendre des douches fréquentes, bénéfiques pour la santé. Cependant, à cette période, il s’était heurté aux idées reçues de son époque. Les têtes pensantes à ce moment de l’histoire tenaient l’eau pour responsable de la propagation de nombreuses maladies. Les lavements et les bains publics prendront leur essor au XVIIIᵉ siècle seulement. Les gens craignaient que l’eau ne les tue, mais ne s’imaginaient pas que quelques siècles plus tard, se laver serait une action quotidienne ! Avez-vous déjà imaginé que les gens pouvaient craindre des maladies en prenant une douche ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Wikipedia.orgAirzen.frJournals.openedition.org

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page