L’invention d’un bioplastique composé de bois, finaliste du concours « Prix de l’inventeur européen 2023 »

Une équipe de chercheurs de la KU Leuven a créé un procédé à faible coût et plus écologique pour produire des bioplastiques. Elle fait partie des finalistes du Prix de l’Inventeur européen 2023 grâce à ce projet innovant.

Le plastique est un matériau recyclable, rentable et polyvalent. De nombreux secteurs y recourent pour fabriquer des ustensiles de cuisine, des jouets, des brosses à dent, des bouteilles, des filtres à café, etc. Malgré ses multiples avantages, ce matériau présente cependant deux inconvénients majeurs. Tout d’abord, la production des plastiques issus du pétrole débouche sur des émissions de gaz à effet de serre non négligeables (1,8 Gt en 2019, soit 3,4 % des émissions mondiales). Par la suite, les déchets plastiques ne peuvent se décomposer que dans des centaines, voire des milliers d’années. Ils polluent donc le sol, les cours d’eau, les océans et les rivages. De plus, ils représentent une menace pour la biodiversité.

Mais aujourd’hui, pour limiter ces problèmes, des chercheurs suggèrent de produire du plastique d’origine biologique. Michiel Dusselier et Bert Sels, des chercheurs de la KU Leuven, en Belgique, ont notamment trouvé une nouvelle approche qui permet de fabriquer du bioplastique plus écologique et plus abordable. Ils ont utilisé de l’acide lactique plutôt que du pétrole dans ce nouveau processus. Découverte.

Des pièces en bioplastique créées avec ce procédé de fabrication. Crédit photo : EPO (Office Européen des Brevets)

Qu’est-ce qui distingue ce procédé des autres ?

Cette équipe de recherche belge a mis au point une méthode plus durable pour fabriquer du bioplastique, appelé « acide polylactique » (PLA). Ce nouveau processus ne nécessite aucun combustible fossile ni produit chimique toxique. Il consomme moins d’énergie, car il fonctionne à une température inférieure de 100 °C par rapport à celle utilisée dans la méthode traditionnelle. Cela contribue à alléger les coûts de production de ce matériau. D’ailleurs, ce nouveau procédé se passe en une seule étape, selon ces chercheurs. En effet, le plastique PLA est fabriqué à partir de l’acide lactique dérivé des ressources naturelles telles que les copeaux de bois et le sucre.

Les copeaux de bois font partie de la matière première pour créer ce bioplastique.
Les copeaux de bois font partie de la matière première pour créer ce bioplastique. Crédit photo : EPO (Office Européen des Brevets)

Cette matière première est convertie en lactide, qui est ensuite polymérisé. Pour être plus clair, le processus est établi à partir d’un catalyseur zéolitique synthétique, appelé « H-Beta ». En pratique, les molécules d’acide lactique sont piégées dans les pores de ce catalyseur. Elles réagissent directement au lactide de haute pureté. À titre de comparaison, la synthèse conventionnelle de ce composé repose sur un processus coûteux qui se déroule en deux étapes de conversion. Ces scientifiques ont aussi abordé une meilleure gestion des déchets générés lors de la transformation de l’acide lactique en lactide. Ils suggèrent de réutiliser les sous-produits et les matières premières inutilisées afin de limiter les déchets.

Une innovation reconnue et brevetée

La société TotalEnergies porte un grand intérêt à ce projet de production de plastique PLA moins coûteux et moins polluant. Elle a acquis les droits (EP2941422B1​) sur ce procédé innovant, qui a ensuite obtenu un brevet. D’après le professeur Bert Sels, collaborer avec l’industrie permet aux inventeurs d’adopter la bonne stratégie en matière de propriété intellectuelle. En effet, cette équipe de chercheurs est convaincue qu’elle devait travailler avec cette entreprise pour obtenir un bon brevet. Il convient également de noter que Michiel Dusselier et Bert Sels sont finalistes dans la catégorie « Industrie » du Prix de l’inventeur européen 2023 grâce à leur innovation. Plus de 600 candidats ont participé à ce concours.

Pièces en bioplastique.
Pièces en bioplastique. Crédit photo : EPO (Office Européen des Brevets)

Ce qui a inspiré ces chercheurs

Michiel Dusselier, professeur titulaire à la KU Leuven et titulaire d’un doctorat en ingénierie des biosciences, s’intéresse particulièrement aux plastiques et à leur impact environnemental. Il a même choisi ce sujet comme thème de son doctorat. Lorsqu’il a constaté que des albatros étaient tués à cause du plastique, cet amateur d’ornithologie a voulu trouver une solution concrète à ce problème. Il a pris contact avec Bert Sels, un expert en ingénierie des biosciences, pour réaliser avec lui les travaux de développement de ce procédé de fabrication de bioplastique écologique. Plus d’informations : Epo.org. Que pensez-vous de cette invention ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
epo.orgepo

Tsiory Laurence

Titulaire de licence en communication et en langue française, je travaille comme rédactrice web depuis déjà plus de dix ans. J'ai collaboré avec quelques agences de communication locales avant de rejoindre l'équipe de Neozone. Ce qui m'a permis de consolider mon expérience en matière de création de contenus web au fil du temps. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris. Mon objectif, c'est de vous fournir des informations, des solutions et éventuellement des conseils. Je peux traiter divers thèmes, mais mes sujets préférés sont l’innovation, la technologie, le voyage, l’immobilier et les actualités. J’espère que mes articles vous permettront de connaître des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficaces. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

5 commentaires

  1. Nous avons beaucoup voyagé en Amérique centrale et du sud, les plastiques qui volent partout le long des routes et dans les champs nous ont attristés. J’imaginais que l’on pourrait trouver un moyen de recycler ces plastiques pour le bénéfice des locaux et les encourager a ne plus jeter ces plastiques. Votre invention apporte une solution au recyclage de ces plastiques fabriqués de plus a moindre coût. Bravo à toute l’équipe.

  2. C’est apparemment génial.
    Mais Total a déjà mis la main sur le brevet et peut-on être certain que cela soit une bonne chose.
    On nous présente souvent des nouveautés géniales. …. Et puis on n’en entend plus jamais parler.

  3. Tres bien mais rien n est dit sur la resistance et la biodegradbilite de ce composé en mulieu naturel….??? Aussi facile que le materiaux initial ( le bois ) ???.
    Le coup de totla n est t il pas un baisé dewla mort.. laisser pourrir un brevet concurrentcen le rachetant….

  4. Cela existe depuis plusieurs années en chirurgie pour les clips resorbables ou les sutures. (exemple : les clips des Absorbatack de chez Covidien qui sont résorbés en quelques semaines par notre organisme dans le ttt de hernie par plaque).
    Ce serait intéressant de connaître la biodégradabilité de ces composants ou la recyclabilité ( ce qui est moins intéressant pour tous le règne vivant.. Hors humain)
    En l’absence ce procédé “hightech” serait encore un greenwashing inintéressant. Donc méfiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page