Innovation

Seabird : l’invention d’un matériau biosourcé pour remplacer le plastique des coupelles ostréicoles

Rendre les exploitations ostréicoles plus vertes, c'est probablement l'espoir de cette start-up française qui invente une matière biosourcée destinée à cette filière, fleuron de la France.

La France est le premier producteur d’huîtres en Europe avec près de 85 % de la production européenne. Cette production est assurée par plus de 3 000 entreprises de la filière ostréicole. On entend parfois dire que l’on fait « pousser » des huîtres, un vocabulaire étonnant qui s’explique par le fait que l’on utilise des coupelles ostréicoles pour y déposer de jeunes huîtres et pouvoir les « cultiver » ou les faire grandir. Ces coupelles ostréicoles sont généralement fabriquées en matériau résistant, tel que le plastique ou l’acier inoxydable. Pour pouvoir accueillir l’huître et lui fournir un environnement optimal de développement, elles sont de forme concave et attachées à des cordes spéciales, ou collecteurs. Pour remplacer le plastique de ces coupelles, la start-up Seabird, basée près de Lorient, invente les premières coupelles ostréicoles biosourcées. Découverte.

D’où est venue l’idée de cette invention ?

La start-up morbihannaise avait déjà inventé, en 2016, le premier filament de pêche écologique aussi résistant que les filets de nylon. Sa différence résidait dans le fait qu’il soit fabriqué en plastique biosourcé. Ces filets vertueux ont fait de Seabird une entreprise à la renommée internationale. Cette année, ils reviennent avec une nouvelle matière biosourcée, la coupelle ostréicole. Le matériau baptisé “compound” est un matériau à la recette tenue secrète, mais fabriqué à partir de canne à sucre injectée à 180° pour le moulage des coupelles. On sait également que la matière première est composée d’éthanol et de poudre de coquilles d’huîtres.

Bassin d'Arcachon (France), coupelles en plastique pour l'ostréiculture
Bassin d’Arcachon (France), coupelles en plastique pour l’ostréiculture. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Des débuts prometteurs pour l’entreprise

Seabird a donc inventé la matière, mais fait fabriquer ses coupelles biosourcées en Charente-Maritime, par l’entreprise Lyspackaging. 50 000 coupelles biosourcées sont déjà sorties d’usine. L’entreprise charentaise étant la seule à parvenir à utiliser cette matière pour fabriquer le produit fini : la coupelle ostréicole. Les coupelles biosourcées ont été soumises à une période d’essai de trois ans dans des conditions réelles de production sur douze sites de captage dans le bassin charentais. L’objectif était de vérifier leurs performances et leur résistance en milieu marin. Pierrick Barbier, référent scientifique du Centre pour l’aquaculture, la pêche et l’environnement de Nouvelle-Aquitaine (Capena), qui a supervisé l’expérimentation, résume les résultats obtenus. Les tests ont démontré que les coupelles biosourcées permettaient un captage aussi efficace, voire meilleur que les coupelles conventionnelles, notamment lorsque la reproduction des huîtres était faible. Concernant l’usure, après trois ans, il a été constaté que 98 % des coupelles conventionnelles étaient réutilisables, tandis que 87 % des coupelles biosourcées pouvaient être réutilisées.

À LIRE AUSSI :  Evovinyl invente le vinyle « végétal » et compostable à base de canne à sucre

Les huîtres et leurs coquilles, une formidable matière première !

Il semblerait que le compound de Seabird contienne de la poudre de coquilles d’huîtres. Et ce n’est pas la seule matière à utiliser, qui est considérée comme un déchet non réutilisable, à tort, évidemment. On peut citer les savons à la coquille d’huître, exfoliants, produits, eux aussi, en Charente-Maritime par Amélie Durand. Dans un tout autre registre, citons les pavés drainants, Vivaway, inventés par l’entreprise vendéenne Alégina, comme les toitures végétalisées Vivaroof. Ces deux inventions ont la particularité d’utiliser les déchets ostréicoles pour en faire de nouvelles matières, respectueuses de l’environnement. Et si vous ne savez que faire de vos coquilles d’huîtres, ne les jetez pas à la poubelle. Elles ont de remarquables pouvoirs que nous vous relations dans cet article qui leur était consacré. Plus d’informations : seabird.fr

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Sudouest.fr

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page