L’invention d’un procédé pour transformer les couches de bébé usagées en matériau de construction

Au Japon, un groupe de recherche a développé un procédé de recyclage qui permet de réutiliser les déchets de couches jetables comme matériau de construction. Zoom sur cette invention qui pourrait aider à préserver l’environnement.

Les déchets non dégradables tels que les couches jetables représentent un risque majeur pour l’environnement. Ce risque est d’autant plus élevé, compte tenu du fait que les millions de couches usagés que nous jetons au quotidien finissent généralement dans les décharges et les centres d’incinération. C’est justement pour toutes ces raisons qu’une équipe de l’Université de Kitakyushu, au Japon, a mis au point une technique pour recycler les déchets de couches jetables et les transformer en matériau de construction. Concrètement, l’idée consiste à utiliser ce matériau composite pour remplacer le sable dans le béton et le mortier.

Des déchets qui constituent un danger environnemental

Pour nous aider à mieux comprendre leur invention, les chercheurs ont publié une étude dans la revue Nature. Selon leurs explications, le but de la recherche était de trouver des matériaux bon marché qui pourraient servir pour la construction de logements sociaux. L’équipe s’est donc tournée vers le recyclage des couches jetables dont les déchets sont majoritairement non dégradables. Effectivement, ces produits contiennent généralement de la pâte de bois et du coton, et parfois de la rayonne de viscose, sans oublier les plastiques tels que le polyester, le polyéthylène et le polypropylène.

Les couches sont surtout composées de pâte de bois, de coton, de rayonne viscose et de plastiques comme le polyester, le polyéthylène et le polypropylène.
Les couches sont surtout composées de pâte de bois, de coton, de rayonne viscose et de plastiques comme le polyester, le polyéthylène et le polypropylène. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Des échantillons testés séparément

Pour évaluer l’efficacité de leur nouveau matériau de construction, les chercheurs ont préparé une solution à base de déchets de couches jetables lavés, séchés et broyés avec du ciment, du sable, du gravier et de l’eau. Puis, ladite solution a été séchée pendant un peu moins d’un mois. À noter que celle-ci a été divisée en plusieurs échantillons avec des dosages différents. La résistance à la pression de chaque échantillon a ensuite été testée en laboratoire afin de déterminer la composition idéale pour une application donnée.

Un recyclage à grande échelle

Pour les besoins de leur test en laboratoire, les chercheurs de l’université japonais ont calculé les proportions nécessaires pour construire une maison de 36 m², respectant les normes de construction indonésiennes. Les résultats ont montré que les déchets des couches jetables pouvaient remplacer jusqu’à 10 % du sable nécessaire dans la composition du béton. Notons que le béton requis dans ce contexte est utilisé dans la construction de colonnes et de poutres dans une maison de trois étages. Ce taux est monté à 27 % pour les colonnes et les poutres en béton d’une maison à un étage, contre 40 % dans la fabrication de mortier nécessaire aux cloisons. Au total, pour la construction de leur maison de 36 m2, l’équipe a utilisé 1,7 m3 de déchets !

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans le journalisme en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page