PteroDynamics dévoile un drone futuriste capable d’atterrir de manière autonome sur une cible en mouvement

La start-up américaine PteroDynamics a mis au point un drone unique en son genre. Le Transwing possède des ailes repliables qui lui confèrent une autonomie et une charge utile exceptionnelles.

Basée à Colorado Springs, dans l’État du Colorado, aux États-Unis, PteroDynamics est une jeune entreprise particulièrement ambitieuse. Elle a commencé à travailler sur son drone Transwing en 2017. Il s’agit d’un eVTOL (aéronef à décollage et atterrissage verticaux électrique) qui a des ailes repliables. De plus, il est en mesure d’atterrir sur une cible en mouvement. Cela en fait un engin idéal pour des applications militaires. Justement, la marine américaine porte un grand intérêt pour l’appareil, si bien qu’elle a décidé de le tester. À première vue, le Transwing rappelle le légendaire V-22 Osprey dont les deux rotors basculants lui permettent de décoller et d’atterrir à la verticale, à la manière d’un hélicoptère, mais également de voler comme un avion. Cependant, PteroDynamics a misé sur une approche inédite et encore plus avancée.

Quatre moteurs électriques pour le propulser

Au moment du décollage, les ailes du drone sont pliées, plaçant l’axe de ses quatre moteurs à la verticale. Mais après une dizaine de secondes, lorsque la machine est dans les airs, ces structures tournent et se déploient avant de s’arrêter pour permettre un vol en palier. Grâce à cette conception, le Transwing se montre compact au sol, mais lorsque ses ailes sont déployées, il atteint une envergure de près de 4 mètres. Avec une masse maximale au décollage de 38 kg, il faut tout de même deux personnes pour le transporter. Comme vous l’aurez compris, cet eVTOL de PteroDynamics utilise quatre moteurs électriques dotés d’hélices pour voler. Cependant, après le décollage, il est possible d’éteindre deux d’entre eux afin d’économiser de l’énergie et d’augmenter ainsi l’autonomie.

Le drone XP-4 ici en vol d'essai peut atterrir sur une cible en mouvement de manière autonome.
Le drone XP-4 ici en vol d’essai peut atterrir sur une cible en mouvement de manière autonome. Crédit photo : PteroDynamics

Un aéronef qui intéresse l’armée américaine

Le fait qu’il possède des ailes permet à ce drone révolutionnaire de soulever une charge maximale de 6,8 kg. À noter que ces chiffres sont attribués au prototype actuel du Transwing, baptisé X-P4. D’ailleurs, c’est celui-ci que l’US Navy a récemment testé. Il semble que la marine américaine ait été largement satisfaite des résultats. Elle envisage effectivement d’intégrer le drone dans la liste de ses moyens logistiques. Celui-ci pourrait par exemple, servir de plateforme logistique navire-terre. Autrement dit, il pourrait être utilisé pour livrer des cargaisons sans recourir aux hélicoptères dont les coûts d’exploitation sont extrêmement élevés.

Une vitesse impressionnante

Au cours des essais menés par l’armée américaine, le X-P4 a effectué neuf vols. Chacun d’entre eux a été un succès. Le drone a été utilisé pour livrer des cargaisons depuis le pont de l’USNS Burlington alors que le navire naviguait près de Key West, en Floride. Comme indiqué plus haut, l’une des particularités de cette machine développée par PteroDynamics est qu’elle est capable d’atterrir sur une cible mobile.

Le drone de Ptero Dynamics en phase d'atterrissage.
Le drone de PteroDynamics en phase d’atterrissage. Crédit photo : PteroDynamics Inc. (capture d’écran vidéo YouTube)

Qui plus est, le décollage, l’atterrissage et la phase de navigation se déroulent de manière totalement autonome. Il est également intéressant de mentionner que le prototype actuel peut voler jusqu’à 185 km/h. Son autonomie est d’environ 110 km. La start-up ne compte pas en rester là. Un autre prototype plus performant et plus grand, baptisé X-P5, est déjà en préparation. Plus d’infos : pterodynamics.com. Que pensez-vous de cette invention ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page